Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2010

Ca travaille encore - Spectacle musical -

VINGTIEME THEATRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS

(M° Ménilmontant)

Réserv. 01 43 66 01 13

Pl. 24/19/12€

du mercredi au samedi à 21h.30

dimanche à 17h.30

jusqu'au : 14 avril 2010

Mise en scène : Jean-Luc Paliès

Textes : Louise Doutreligne

Direction musicale : Isabelle Zanotti.

avec : Claire Faurot, Laura Pélerins, Isabelle Zanotti, Alain Guillo, Miguel-Ange Sarmiento.

au piano : Jean-Christophe Déjean ou Thierry Pichat

Contrebasse : Alexandre Perrot

Batterie : Jean-Baptiste Paliès.

ca-travaille-1.jpg

 

Certains diront que ça travaille (non pas) encore mais (en plus) du chapeau car les couvre-chefs sont nombreux et quasi omniprésents. 
Cette rétrospective musicale démarre carrément à Zola et pour être plus précis au 21 mars 1877 afin d'arriver jusqu'à nous (ou presque) avec " Les mains d'or " de Bernard Lavilliers grâce à un fil conducteur ayant pour prétexte " le Travail " car sans  cette obligation, comment vivre ? Au fait, à quoi sert le travail ? A avoir de l'argent, pardi ! Car il en faut pour gagner le droit de s'amuser, de célébrer l'Amour et la beauté et tout cela en chansons.
Certes, les amateurs de hip-hop et de rap trouveront peut-être que tout cela est passé de mode mais leurs aînés grâce à ce témoignage vocal se souviendront des moments qu'ils ont vécus, le répertoire musical populaire pouvant se comparer à ces bornes qui jalonnaient jadis les routes que nous empruntions. Maintenant par mesure de sécurité (sans doute) on a placé les indications en hauteur car comme chacun sait, " la route est un long ruban, qui défile, qui défile ... " mais c'est bizarre, on ne retient plus les paroles de chansons nouvelles. Tout va tellement vite !
Et puis, n'en doutons pas, il en a fallu du travail pour mettre au point ce spectacle car Jean-Luc Paliès est avant tout un perfectionniste. Ici, point de nostalgie il convient que la joie domine, s'impose, explose ! Ils vont tous s'y employer afin de nous rappeler que - en cette période de chômage généralisé - évoquer le travail est encore le meilleur remède pour retrouver la bonne humeur. Les textes de liaison sont signés Louise Doutreligne et ces dialogues permettent à l'action de rebondir de chanson en chanson.
A voir, ne serait-ce que pour s'offrir une petite révision d'un répertoire que finalement nous n'avons pas oublié.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(photos : Cécile Abescat)

Catravaille-2.jpg

 

23:49 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

22/02/2010

Monty Python's SPAMALOT

piece-comedia.jpg

THEATRE COMEDIA

4, bd de Strasbourg

75010 PARIS

(M° Strasbourg-St-Denis)

Loc. 01 42 38 22 22

www.theatrecomedia.fr

Pl. de 15 à 65€

du mardi au vendredi à 20h.30

samedi à 17h. & 21h.

dimanche à 17h.

Adaptation et mise en scène : Pierre-François Martin-Laval.

Livret et paroles de Eric Idle.

Direction musicale : Mathieu Gonet. Chorégraphie : Stéphane Jarny,

Décors : Franck Schwarz, Costumes : Jean-Michel Angays.

avec Jean-François Martin-Laval, Gaelle Pinheiro, Olivier Denizet, Philippe Vieux, Grégoire Bonnet, Arnaud Ducret, Andy Cocq, Laurent Paolini, Edouard Thiebaut, Tiffany Jamesse, Arnaud Denissel, Sophie Gemin.



Avant que le spectacle commence, on découvre une immense et lourde entrée de château fort, encadrée de deux tours, le tout surmonté de nuages ayant la densité d'une triple pression de crème à raser. Mais là, aucun risque car c'est le délire le plus absolu du début à la fin. Quelle pêche, ils ont tous !
Pourtant porter ce classique de dérision à la scène n'était pas une mince affaire, surtout avec la perspective de transformer le film en comédie musicale digne de Broadway, ce qui paraît logique puisque c'est là qu'elle fut créée.
Qui donc oserait encore dire qu'en France nous n'avons pas d'artistes complets sachant jouer bien sûr mais également chanter et danser de façon optimale ? ...
Ou alors c'était en des temps immémoriaux car la preuve du contraire est faite.
Ils sont tout bonnement for-mi-da-bles ! Confrontés à ce duel qui oppose le roi Arthur au chevalier noir, c'est simple : les bras nous en tombent.
La procession de moines chantant des cantiques (je ne vous dirai pas ce qu'ils font en plus) est purement et simplement hilarante. La distribution de courrier par le facteur une pure trouvaille ... (et là aucun spam possible). Les acrobaties vocales de la dame du Lac révèlent un grand professionnalisme. Le doigt de Dieu (et pas seulement) est lourdement chargé de signification (ne parlons pas de son accent) et même l'entracte ne parvient pas à casser le rythme tant les spectateurs sont impatients de découvrir la suite. Vous l'avez compris, cette réalisation est un maelström joyeux qui nous entraîne à sa suite et mérite d'avoir ici un succès équivalent au clin d'oeil du début. Vous voulez savoir à quoi je fais allusion ? Et bien c'est simple, allez y car certains spectacles ne se racontent pas. Il faut les voir et croyez moi, vous ne serez pas déçus.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

sacré-graal.jpg

 

 

11:02 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

27/01/2010

Non, je ne danse pas ! de Lydie Agaesse

dansepas.jpg

photo : Claire Besse.

 

 

LA PEPINIERE THEATRE

7, Rue Louis-le-Grand

75002 PARIS

M° Opéra

Loc. 01 42 61 44 16

www.theatrelapepiniere.com

Places : 35/25€ - TR : 11€

du mardi au samedi à 21h.

matinée le samedi à 16h.

Mise en scène : Jean-Luc Revol

avec Magali Bonfils, Christine Bonnard, Florence Pelly, Ariane Pirie

au piano : Thierry Boulanger ou Patrick Laviosa.


Les soirs de pleine lune les incitent à sortir de chez elles, à se rencontrer pour évoquer leurs espoirs, leurs défaites aussi parfois " 17 amours en 33 ans " cela fait un peu beaucoup mais l'énergie est intacte, le besoin d'aimer omniprésent. Nous allons les découvrir car elles vont se raconter, avec nostalgie, humour et drôlerie. Ce comique de décrochage nous emmène à sa suite et le rythme est enlevé, des vagues de rires parcourent la salle. Ces comédiennes, chanteuses et danseuses (car elles savent tout faire) symbolisent l'arc-en-ciel qui ramène l'espoir après la pluie. Tout est coloré dans ce spectacle, c'est un feu d'artifices qui crépite à tout moment. Les interprètes vont et viennent rivalisant de talent attendrissantes, joyeuses bref cette mini comédie musicale est portée par quatre grandes artistes qui nous ravissent littéralement. Ah ! que l'on voudrait que nos voisines leur ressemblent mais avant que ce miracle improbable s'accomplisse, mieux vaut aller les voir et vite car le plaisir garanti ne supporte aucun retard.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

photo : Philippe Lacombe.

NJNDP.jpg

 

 

 

09:53 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

14/04/2009

La psy qui chante ...

aff. JPierre Desclozeaux.jpg

Théâtre ESSAION

6, rue Pierre au Lard

75004 PARIS

Loc. 01 42 78 46 42

du mardi au samedi à 21h.30

(sauf le 29 avril)

jusqu'au : 2 MAI 2009


" Une fabuleuse histoire des thérapies de l'âme "

avec : ANNE CADILHAC (psychophile névrosée, pianiste bipolaire)

- JEAN-FRANCOIS WOLFF (thérapeute anxieux, pianiste compulsif)

sous l'oeil obsessionnel extérieur de JEAN-YVES DRETZOLIS.


Anne Cadilhac ( en voiture, Anne-Lise ! ... ) à moins qu'il s'agisse de Déborah car on peine désormais à se retrouver parmi la vraie vie et la vie virtuelle ... nous propose un délire scénique et musical en compagnie de Jean-François Wolff histoire de prouver également qu'elle n'a pas peur du loup.
LUI, c'est Jacques-Marie Boudinevsky qui ne peut que mener les choses rondement et qui chante du Michel Legrand quand il est content.
ELLE, tourne en rond telle une Garbo dépressive en répétant " I want to die " faute de pouvoir dormir en toute quiétude en son jardin intérieur ...
Deux sympathiques toqués (entendez par là, victimes du T.O.C : trouble obsessionnel compulsif) qui vont convoquer tous les pontes parmi les plus connus de la psychanalyse, afin de résoudre leurs problèmes, depuis l'incontournable Freud, jusqu'à Lacan, en passant par Dolto et Jung bien entendu, tout cela en musique (et chansons.)
Tout deux pianistes, ils se relaieront au clavier quand ils ne choisiront pas le duo pur et simple. C'est un peu décousu voire carrément foutraque et gentiment borderline. Certes, on souhaiterait un peu plus de folie mais on passe en leur compagnie un agréable moment. Par conséquent, ne boudons pas notre plaisir.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

ensemble.jpg

 

10:44 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent | Tags : musique, thérapie