Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2012

Cabaret jaune citron

CJC-guitare.jpgL' Auguste Théâtre

6, Impasse Laumier

75011 PARIS


(M° Philippe Auguste)


loc. 01 48 78 06 68

Pl. 20 € & 16 €



 

Mise en scène, livret, lyrics : Stéphane Ly-Cuong

avec Clotilde Chevalier, Thibault Durand et Ayano Baba.


Suite au succès rencontré,

PROLONGATIONS du 18 au 27 MAI 2012

les 18, 22, 24, 25 & 26 MAI à 21h

les 20 & 27 MAI à 17h.30

 

cab-jc-piano.jpg


La communauté asiatique a toujours su se faire discrète en France. Presque trop puisque la plupart d'entre nous la connaît mal. Pourtant sur les trois interprètes présents sur scène, deux ont prouvé leur intégration maximale en françisant leurs patronymes. Qui pourrait sans les voir deviner leurs origines derrière les noms de Clotilde Chevalier et Thibault Durand ? (Plus franchouillard, on meurt ! )

Ayano Baba sera Ma (la mère) mais également, la pianiste.

Commençons donc par les deux premiers, 

- Thibault sera Laurent, Nam et le guitariste ...

 - Clotilde est ici Yvonne NGuyen, jeune femme française, d'origine vietnamienne qui gère comme elle peut sa double nationalité au risque de se faire irrévérencieusement traiter de " banane "  puisque jaune dehors et blanche dedans. Mais ce n'est là qu'une plaisanterie car il est évident que l'addition de deux cultures ne peut que constituer un enrichissement. Toutefois, cela ne va pas sans crise ...

Par le biais de commentaires non dénués d'humour et de nombreuses chansons, nous apprendrons donc son histoire. Le spectacle est enlevé, agréable à voir et entendre et le public ne tarde pas à être transporté.

Cette joyeuse subtilité ne peut que vous ravir, battant en brèche l'idée reçue qui veut que les asiatiques soient énigmatiques par définition. Allez-y et vous serez très vite convaincus du contraire ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

cabaret-jc-1.jpg

(photos : Frédéric Tousche)


 

 

14:37 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

05/03/2012

L'envers du décor

visuel-envers.jpg

THEATRE RANELAGH

5, rue des Vignes

75016 PARIS


Métro : La Muette ou Passy

Loc. 01 42 88 64 44


www.theatre.ranelagh.com

Pl. de 10 à 35€


du mercredi au samedi à 21h.

Dimanche à 15h.30


Une comédie sentimentale et musicale de

Florence Andrieu et Flannan Obé

avec Yves Meierhans au piano.


Tous les amoureux du théâtre en général et de l'art lyrique en particulier seront ravis d'assister à ce spectacle puisque les deux interprètes excellent tant sur le plan voix que sur celui du jeu à l'état pur. Certes, tous ceux qui appartiennent à la famille des artistes de scène apprécieront d'autant plus car il y a d'évidentes tranches de vie qui nous sont restituées là. Je reste malgré tout sceptique quant à la possibilité de trouver un chanteur qui soit capable d'un tel brio après 7 longues années de silence ( le personnage, bien sûr ! )  car Flannan Obé a une très belle voix et d'évidentes dispositions tant sur le plan charme que sur celui des trouvailles comiques.

Quelques mots de l'histoire ... une chanteuse va tomber en panne de partenaire en cours de tournée. Tout naturellement son musicien et accompagnateur lui suggérera de faire appel à un ancien compagnon de scène et même un peu plus car ... Les retrouvailles ne manqueront pas de s'avérer aussi conflictuelles que passionnées. Passionnantes également puisque par une sorte de miracle, des airs que nous croyions oubliés (pire : obsolètes) vont se présenter à nous comme au sortir d'une véritable cure de jouvence !  

Entre autres ... Les Palétuviers ... et Florence Andrieu qui n'a rien d'une Pauline Carton, chante à ravir et dansera un peu plus tard le tango avec sensualité.

Les spectateurs ont de façon unanime manifesté leur joie tout au long du spectacle  (encore plus à la fin bien sûr, les rappels étant là pour en témoigner) certains sont  repartis à regret mais en chantant. Le spectacle étant programmé jusqu'à 17 Mars, n'attendez surtout pas, courez y vite !

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

anversenlarge.jpg

(Photo : Matthieu Salas)

16:02 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

23/02/2012

L'or, d'après Blaise Cendrars

L'or-h.jpg


THEATRE LA BRUYERE

5, rue La Bruyère

75009 PARIS


(M° St-Georges)

loc. 01 48 74 76 99


A 16 h. le dimanche

& 20h.30 le lundi.


Relâche les 26, 27 février, 25, 26 mars 2012


Mise en scène Xavier Simonin

Collaboration artistique : Jean-Paul Tribout

musique : Jean-Jacques Milteau


avec Xavier Simonin et Jean-Jacques Milteau


 

Sans Blaise Cendrars, il y a fort à parier que le général Suter ne serait pas parvenu jusqu’à nos mémoires avec une aussi flamboyante notoriété. 

Ce suisse-allemand quittera femme et enfants à l'âge de 31 ans pour vivre SA grande aventure en découvrant la Californie . Cela ne suffit néanmoins pas à sa satisfaction et son orgueil, animé par une volonté dévastatrice l’amènera à devenir le plus grand propriétaire terrien, allant jusqu’à baptiser l’Etat du nom de Nouvelle Helvétie.

Cette fulgurante destinée est illustrée et figurée  avec talent par Xavier Simonin qui déploie fougue et énergie à rendre son personnage . En indispensable contrepoint, Jean-Jacques Milteau assure la partie musicale : ses harmonicas restituent parfaitement l'atmosphère de ce grand Ouest américain, ou du moins l’image que les films de western holllywoodiens nous en ont donnée. L’effet joue pleinement.

Comédien et musicien se donnent ainsi la réplique en une symbiose parfaite.

La scénographie est sobre, voire minimale ; alors pourquoi ai-je été dérangée par ce micro à pied que le narrateur utilise ponctuellement et dont pourtant il semble n’avoir nul besoin ?

On se laisse porter par l’enthousiasme sans pareil de ce spectacle et ce microphone, objet métallique, s'interpose  comme pour sembler vouloir nous rappeler que nous sommes bien face à une scène de théâtre, et non dans le grand Ouest  où la magie opérant, sans avoir emprunté de machine à remonter le temps, nous pensions être arrivés, nouveaux pionniers d’un voyage spatio-temporel.

A cette réserve près, ne boudons pas notre plaisir et laissons nous guider par ce qui nous est permis de voir et entendre car l'un et l'autre des personnages en scène font plus que mériter le déplacement.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

L'or-en-large.jpg

photos : Pierre François. 

15:55 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent