Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2012

Goldoni / Haydn : Lo Speziale (opéra-bouffe)

visuel-speziale.jpgTHEATRE ARTISTIC ATHEVAINS

45 RUE Richard Lenoir

75011 PARIS

(M° Voltaire)

loc. 01 43 56 38 32

du 10 Janvier au 26 Mars 2012

Adaptation, direction musicale et piano

Andrée-Claude Brayer

Mise en scène : Anne-Marie Lazarini

avec Jean-François Chiama (ténor) : Sempronio,

Karine Godefroy (soprano) : Grilletta,

Laurent Herbaut (baryton) : Volpino,

Xavier Mauconduit (ténor) : Mengone.

Pour l'orchestre : Romain Sénac (violon) - François Martigné (alto) - Guillaume Martigné (violoncelle) - Jean-Marie Poupelin (hautbois) - Norbert Vergonjanne (cor) & Andrée Claude Brayer (piano)

les3speziale.jpg

Double découverte car j'avoue humblement que je ne connaissais ni ce texte de Goldoni ni l'opéra-bouffe de Haydn, or ne va t-on pas au théâtre pour découvrir en permanence ? 

Qu'Anne Marie Lazarini en soit remerciée car elle a monté ce double ouvrage avec bonheur.  Le décor est sobre et classique, la mise en scène s'intègre complètement à l'action et les voix m'ont parues irréprochables. Un quasi sans faute par conséquent. 

Le thème est caractéristique de l'époque à laquelle il fut écrit, un barbon est amoureux d'une jeune femme, laquelle lui préfère bien entendu un autre homme moins riche mais plus jeune. Un troisième prétendant semble avoir toutes les qualités, jeunesse et argent mais sera dédaigné par la belle, certaines époques étant finalement plus morales que d'autres.

Fidèle à mon éthique laquelle consiste à ne pas raconter par le détail, ce que j'ai vu, je me garderai bien de vous en dire plus tout en vous incitant vivement à aller voir et entendre cet opéra-bouffe parfaitement réussi. Et puis cette oeuvre étant peu connue, il serait criminel de vous priver de l'aller découvrir. Seul petit hiatus : les sur-titres ne s'adaptent pas à toutes les vues mais fort heureusement, tout le monde n'est pas myope et du reste, l'histoire en dehors du mot à mot se suit très bien et puis le sachant, vous pourrez ainsi vous situer à la bonne distance. Cette réalisation est programmée jusqu'à fin mars et comme il convient de ne jamais bouder son plaisir, n'attendez surtout pas pour y aller ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

3costumes.jpg

( photos : Marion Duhamel )

 

 

14:45 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

10/12/2011

Elle était une fois .. ANNE BAQUET, nouvelle création 2011

Anne-Baquet.jpg


THEATRE RANELAGH

5, rue des Vignes

75016 PARIS

(M° La Muette ou Passy)

Loc. 01 42 88 64 44

www.theatre-ranelagh.com

tarifs de 10€ à 32€

Anne Baquet, soprano

Damien Nédonchelle, pianiste et directeur musical.

Mise en scène : Jean-Claude Cotillard

 

Par le biais de ses deux précédents concerts, Anne Baquet nous a familiarisés avec la limpidité de son timbre de soprano plongeant chaque fois ceux qui l'ont entendue dans le ravissement le plus complet.

Cette fois, c'est un conte musical qu'elle nous propose de découvrir en ce lieu magique du Ranelagh et dont l'objectif est la diversité.  

En effet, que rêver de mieux que ces ancestrales boiseries pour mettre en valeur une voix ? Dans cette salle, un souffle passe et il se trouve que celle de la dame ne manque pas non plus de puissance, elle va nous le prouver à diverses reprises et plus spécialement quand elle se transformera en cantatrice russe. 

Le spectacle commence, présenté par un timbre off masculin, à la diction parfaite et l'image qui se présente ensuite à nos yeux est saisissante tant sur le plan esthétique que par la symbolique qu'elle véhicule ... Face à cette apparition féerique, nous retrouvons immédiatement notre âme d'enfant, admirative sans aucune réserve possible. 

L'humour véhiculé par les textes ne tardera pas à succéder à la transcendance.

C'est alors que nous allons apprendre l'histoire de cette fillette flanquée de deux copines, lesquelles ne seront pas toujours bien intentionnées. Il est vrai qu'elles sont toutes trois amoureuses du beau Jason, ce qui les amènera à se jalouser.

Anne Baquet s'amuse à mimer tous ces personnages peuplant la vie de l'adolescente, lesquels ne seront pas moins de onze ... Pour cela, il lui fallait un costume neutre, passe partout et forcément en deçà de ce que nous aurions souhaité pour elle, surtout après la vision du début ! 

Damien Nédonchelle est son support pianistique et beaucoup plus car la mise en scène les fera tous deux participer activement au final par un jeu de scène endiablé. Leur talent respectif et conjugué fera donc la joie non seulement des mélomanes mais des musiciens qui ne pourront qu'être convaincus par cette double prestation. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

elletaitunefois.jpg


16:37 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

07/12/2011

French class de et par Frédéric Strouck

Strouk-h.jpg


THEATRE des BLANCS-MANTEAUX

15, rue des Blancs-Manteaux

75004 PARIS

(M° Hôtel de Ville)

Loc. 01 48 87 15 84

www.blancsmanteaux.fr

Un cours d'anglais musical en 50 tubes

Du lundi au mercredi à 21h.

le dimanche à 16h.

Mise en scène par : Sophie Tellier & Olivier Podesta.

 

Rêver de l'Amérique (depuis quelques temps) révèle une sévère myopie !  N'importe, laissons nous porter d'autant que les chansons s'étalent sur une assez belle période. Georges Michel entendez Frédéric Strouck nous fait partager ce qui fut le rêve de beaucoup. Or entre rêve (projet) et utopie (constatation) quelques décennies peuvent parfois s'intercaler. Il ne suffit alors que de vivre intensément le temps qui s'écoule entre les deux. 

Précisément, il est là pour nous le raconter et nous allons le suivre tout au long des péripéties. Car depuis le garçon timide jusqu'au prof d'anglais qui maîtrise parfaitement sa fonction, il s'en est passé des choses ! ...

Saluons tout d'abord l'intelligence des vidéos (une fois n'est pas coutume) -

Celles-ci ont l'avantage de nous mettre immédiatement dans l'ambiance " et plus si affinités " bien sûr, " comme d'habituuuude " ...

Les chansons qui illustrent le propos se succèdent à un rythme dingue et on aurait le vertige à essayer de les mémoriser. Pour les spectateurs, la pléthore de références rend la mémorisation quasi impossible ce qui nous amène à nous interroger. Car enfin, comment fait-il pour maîtriser tout cela ? Il faut dire que notre auteur-interprète mouille la chemise et pas seulement au figuré. Quelle énergie dans le coca ! On sait qu'il a fait installer une fontaine de ce liquide dynamisant dans le jardin et confrontés à ce punch, on finit par se demander si sa douche n'en recrache pas également ? Qui sait, peut-être est-ce grâce à ce liquide " trop sucré et marronasse " qu'il scotche les spectateurs ? Car le public n'est pas oublié dans ce spectacle survitaminé et aura plus d'une fois la possibilité de coller à l'action en y participant de sa place. (Là je pense à ceux qui sont terrorisés à la perspective de monter sur scène : qu'ils se rassurent, ils pourront rester entre eux. )

L' humour est omniprésent et même un certain humour (...) et je n'en dirai pas plus puisque c'est ici que les athéniens s'atteignirent. Mais, chut ! allez-y, vous saurez tout ! 

 Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Strouck-Dallas.jpg

photos : B.Fortrye

15:49 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent