Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2012

Jeanne d'Arc au bûcher de Paul Claudel

Jeanne-1.jpg


Crypte de l'Eglise St-Sulpice

33, rue St-Placide

75006 PARIS


(M° St-Sulpice)


loc. 02 37 33 02 10


Tarifs : 15€ & 12€


chaque soir à 20h.30 sauf les lundi et mardi

le dimanche à 17h.


jusqu'au : 27 OCTOBRE 2012


 

Texte de Paul Claudel


Musique d'Olivier Messiaen


Mise en scène : Emmanuel Ray


 

avec : Mélanie Pichot (Jeanne) - Pierre-Yves Desmonceaux (frère Dominique) - François Cornu au piano.

 

On croit ou pas au mythe de Jeanne d'Arc mais sans doute ne va t-on pas voir une pièce traitant de ce sujet complètement par hasard ... Et puis en dehors de toute notion religieuse, cela fait partie de notre patrimoine tant culturel qu'historique qu'on le veuille ou non. Qui mieux que Claudel pouvait alors évoquer ce personnage ? On connaît le mysticisme de cet auteur, ses envolées lyriques aussi, (parfois pour ne pas dire : souvent) lesquelles font que Paul Claudel a son public. Il attire les uns et rebute les autres mais tous unanimes s'entendent à reconnaître l'immensité de son talent. 

La Jeanne que nous allons découvrir n'est plus en vie, au moment où elle s'exprime mais en revanche s'interroge, non sur sa foi mais sur sa démarche ... Où et comment a t-elle puisé l'énergie lui permettant d'en arriver là, à ce don de soi absolu, jusqu'à la mort ? Or, tout comme Electre, Jeanne est jusqu'au-boutiste. 

Pour l'incarner, Mélanie Pichot est parfaite, sublime de sincérité.

Pierre-Yves Desmonceaux  (frère Dominique) prête sa haute stature , sa voix superbe au phrasé impeccable, à ce personnage tout à la fois protecteur et consolateur. Et puis, il y a le lieu ! On ne pouvait imaginer plus bel écrin pour abriter ce texte. Rien que le fait d'y descendre met le spectateur en condition.

Il convient maintenant de parler de la musique. On aime ou pas Olivier Messiaen tant il est vrai qu'une oreille se cultive et certes pas du jour au lendemain. François Cornu est au piano et le metteur en scène, Emmanuel Ray a voulu conjuguer cette musique au texte. C'est sa vision des choses et nous ne saurions l'en blâmer même si aux yeux de certains ce mariage peut constituer un hiatus. La démarche n'en est que plus intéressante ...

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

Jeanne-2.jpg

14:59 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

04/09/2012

Les Franglaises par et avec Les Tistics

les-tistics.jpgLa Pépinière Théâtre

7, rue Louis Le Grand

75002 PARIS


(M° Opéra)


loc. 01 42 61 44 16


www.theatrelapepiniere.com


Tarifs de 29€ à 39€

moins de 26 ans : 12€


Du mardi au samedi : 21h


matinée le samedi à 16h.


avec : Saliha Bala, Marsu Lacroix, Daphnée Papineau, Roxane Terramorsi, Quentin Bouissou, Yoni Dahan, William Garreau, Philippe Lenoble, Adrien Le Ray, PV Nova, Romain Piquet, Laurent Taieb.


 

Ceux qui ont joué les cancres durant les cours d'anglais, n'auront plus qu'à se mordre les doigts car leur plaisir sera forcément divisé par deux. En revanche, tous ceux qui ont suivi le mouvement anglo-saxon musical durant ces dernières décennies, seront transportés de joie.

Ils sont douze à faire leur apparition sur scène en costume noir et blanc : pantalon pour les hommes et jupes pour les filles (c'est même le seul classicisme constaté) et cravate pour tous ! ...

On a choisi le plus corpulent pour jouer au Maître de cérémonie ce dont il s'acquitte avec bonhomie, finesse et facétie.

Vous qui avez l'habitude de vous caler dans un fauteuil de théâtre parce que c'est le seul endroit où vous puissiez encore dormir ... (ça existe !) vous risquez fort d'être quelque peu bousculé. En effet, le public est vigoureusement encouragé à participer au spectacle au moyen de traductions de textes dont il faudra trouver le titre original. 

Qui a dit que les français se limitaient à la langue de Molière ? Certains, il est vrai mais en ce cas, ils resteront de simples spectateurs ce qui est un moindre mal. Car le spectacle est complet nous fournissant plusieurs modes d'expression :  chant, comédie, danse. Rien n'y manque, pour notre plus grand plaisir. 

Les titres ?... vous ne vous figurez tout de même pas que je vais vous les donner, bande de tricheurs ! Allez-y, je vous promets que vous passerez sur place un excellent moment.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

franglaises.jpg


10:35 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

30/05/2012

Folles Noces de et par Catherine Delourtet et Jean-Paul Delver

THEATRE 14

20, avenue Marc Sangnier

75014 PARIS


(M° Porte de Vanves)


Loc. 01 45 45 49 77


theatre14@wanadoo.fr


Pl. 25€ - T.R. 11 à 18€


A 20h.30 : Mardi & Vendredi,

A 19h : Mercredi & Jeudi, 

A 16h. & 20h.30 le Samedi.


Jusqu'au 7 Juillet 2012


Une production DALVA en coréalisation avec le Théâtre 14

 

contrejour.jpg

 

 

Le cortège nuptial fait son entrée côté public par l'allée principale. 

Entre ces deux là, c'est d'ores-et-déjà l'artillerie lourde et les dialogues sont d'une légèreté pachydermique et d'une épaisseur à tout le moins marquée.

Heureusement pour nous, cela aura tendance à s'arranger par la suite ...

Le marié a une cravate rose et des gestes pas trop virils bien qu'il faille reconnaître que le comédien (Jean-Paul Delvor) a du talent et chante bien. Sa partenaire en fait des tonnes mais il semble que le public très troisième, voire quatrième âge, (il s'agissait d'une matinée) apprécie, puisque chaque numéro est applaudi à tout rompre. Il est vrai que le répertoire musical justifie cette joyeuse nostalgie : Bourvil, Fernandel, Dranem, Georgius et les Frères Jacques y sont pour quelque chose; pas seulement alors au passage on révise les classiques ! 

Costumes et perruques sont eux aussi d'un autre temps et il faut reconnaître que les changements sont rondement menés. Et puis, n'en faut-il pas pour tous les goûts ? 

Nos deux interprètes avaient pourtant fait leurs preuves dans les spectacles de Roger Louret et ceux qui y ont assisté conservent  le meilleur souvenir de La Java des Mémoires et des Années Zazous pour ne nommer que ces deux là. 

Alors quoi ? ... Il est malaisé de tout faire soi-même or ils ont écrit les dialogues (c'est même là que le bât blesse) se sont eux-mêmes mis en scène ... Il manquait d'évidence un oeil extérieur, le nôtre étant davantage critique.

Un sans faute pour Thomas Ribes qui les accompagne avec brio tant à la guitare qu'aux claviers. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Cesaretcleopatre.jpg

( Photos : Philippe Taris )

13:30 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent