Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2011

Périphéries humaines de Euryale Collet Barquero

LAVOIR MODERNE PARISIEN

35, Rue Léon

75018 PARIS

M° Château Rouge

loc. 01 42 52 09 14

Mardi 5 AVRIL 2011 à 20h.30

spectacle réalisé d'après un recueil de paroles des habitants de l'Essonne.

Mise en scène de Zmorda Chkimi

Interprétation : Jean-Claude Dreyfus, Suzanne Marrot, Vincent Ozanon, Iljir Sélimoski

Danse : Naïma Ouarda - Musique : Mehdi Chaib.

Jean-cl.dreyfus.jpg

 

Le Lavoir Moderne Parisien est un lieu qui a ses habitués et une atmosphère particulière que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Il s'y passe beaucoup de choses à cette particularité près que la programmation est toujours axée sur l'humain et l'universel. Ici, les frontières sont abolies. Ces Périphéries humaines ne parlent de rien d'autre. Un dialogue central s'installe entre un immigré venu de contrées plus chaudes que la nôtre et un blond venu vraisemblablement de l'Est. Deux tempéraments absolument différents vont alors s'opposer et une amitié faite de bourrades, de prises de bec, comme seuls les hommes peuvent en inventer.
En réalité, l'un et l'autre sont logés à la même enseigne, c'est seulement leur perception qui diffère ... Et puis, il y a deux personnages féminins qui dansent et chantent. Un musicien aussi, car tous les modes d'expression sont représentés.
Ces êtres ont à la fois des racines différentes et en sont dépourvus ne sachant plus lesquelles choisir et ne le pouvant pas. Leur présence se situe quelque part entre espoir et rêve. Aucune nostalgie pourtant, le rythme étant celui d'une vie en mouvement perpétuel. Il y avait hier un absent et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de Jean-Claude Dreyfus dont la stature imposante nous a bien manqué mais force est de reconnaître que sa voix off quand elle résonnait, investissait l'espace de façon plus que troublante car il était alors omniprésent. Souhaitons lui un prompt rétablissement car sans lui, le théâtre ne serait pas ce qu'il est.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 

 

21:15 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

22/03/2011

La petite chronique d'Anna Magdalena Bach

pte-chronique.jpg

THEATRE DOUZE

6, avenue Maurice Ravel

75012 Paris

(M° Porte de Vincennes)

loc. 01 44 75 60 31

Pl. 13€ - TR. 11€

du jeudi au samedi à 20h.30
dimanche à 15h.30

Durée du spectacle : 1h.10 -

Spectacle théâtral et musical

Adaptation et mise en scène : Hélène DARCHE.

avec : Louise BOUVET (la fiancée) - Laétitia BRECY (l'épouse amoureuse) - Stéphanie LANOY (la jeune mère) - Christine SAMMER (la veuve inconsolable) - Nathalie SOUSSANA (la musicienne)

 

chronique-malle.jpg

 

Ce texte d'Esther Meynell publié en 1925, adapté et mis en scène par Hélène Darche traîte de l'amour conjugal cultivé et préservé au delà de la mort.
Autant dire un sentiment rigoureusement obsolète à notre époque, suspecté de traumatisme, lequel devrait amener celui ou celle qui le cultive en ce 21ème siècle directement dans le cabinet d'un psy' !
Heureusement, à l'époque de Bach, il n'en était rien. une femme pouvait chérir son époux sans être pour autant ridicule et lui vouer un amour quasi religieux.
Et oui, ce sentiment était encore éternel, que voulez-vous ? ...
Anna Magdaléna fut la seconde épouse de Jean-Sébastien Bach et leur vie nous est retracée par le biais d'un imaginaire journal intime.
Cinq comédiennes incarnent de façon ludique ce personnage de femme  exceptionnelle ce, tout au long de sa vie, à savoir, la toute jeune fiancée, puis l'épouse amoureuse, la mère comblée, ensuite la mère déchirée et la veuve à jamais inconsolable.
C'est beau comme du ... ? ... (ne cherchez pas) du Bach, tout simplement.
Magdalena nous narre leur rencontre et comment l'homme lui est apparu, " grand, gros, large et fort " puis elle évoquera sa vie de couple tout au long de ces trente années de mariage. Les comédiennes sont belles et vives, les costumes d'un goût exquis tandis que la musique par le biais d'un piano et d'un violoncelle transcende le tout.
Les interprètes jouent et chantent à ravir. Si ce n'est déjà fait on a alors furieusement envie de partager ce moment privilégié avec l'être aimé afin qu'aucune subtilité n'ait la moindre possibilité de se perdre ...  Le spectacle se donne encore jusqu'au 3 avril et je ne saurais trop vous recommander de l'aller voir.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

chronique-3.jpg

photos : D.Royer

 

21:53 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

28/02/2011

Trinidad, Le Miroir.

entrer des mots clefs

Théâtre Trévise

14, Rue de Trévise

75009 PARIS

(M° Gds Boulevards ou Cadet)

loc. 01 48 65 97 90

Le LUNDI à 20H.

Mise en scène : Christophe LUTHRINGER

avec TRINIDAD et Vanina SICURANI

 

La dame qui dans l'émission de France-Inter, " Le fou du Roi " parle plus vite que son micro est de nouveau sur scène avec un spectacle intitulé " Le Miroir " mais celui-ci n'est pas destiné aux alouettes puisque ce thriller psycho-humoristique met en scène deux personnages (présents, car il y en aura beaucoup d'autres), " Trini " la brune aux reflets roux, accompagnée de la blonde Vanina Sicurani.

Grâce à la première, les personnages vont défiler à la vitesse grand V, depuis la gardienne de l'immeuble, en passant par Maître Dong et ses aphorismes qu'il glane parfois à proximité des temples érigés en l'honneur de l'empereur Vespasien, sans oublier Nana Mouskou... rong et Tantra 1er, le sage indien. Transformisme assuré !
 

Tout cela n'est en fait que le prétexte à une recherche des origines laquelle se déroulera au fur et à mesure des péripéties. D'un énorme carton les souvenirs vont surgir un-à-un, dont un surprenant 33 T. de Jessy Gordon.

C'est alors que Vanina prendra le relais grâce à sa voix envoûtante et son allure de vamp cinématographique en un spectaculaire dédoublement de personnalité puisque l'une rêve d'être l'autre, bien évidemment.

Une disparition, un secret de famille, des retrouvailles, tous les ingrédients sont en place pour mettre le spectateur en haleine et en hilarité.

C'est chaque lundi à 20 heures et devrait vous permettre de commencer la semaine de façon ludique.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Trinidad.jpg

 

photo : Benoit Cambillard

http://www.visioscene.com/spectacle.php?idProduct=4015&page=5&video=1&btns=3

(désolée mais là, je ne puis que vous suggérer un copier-coller en direction de votre navigateur)


10:16 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

22/02/2011

Heureuse ? Hélène DELAVAULT -

H.Delavault.jpg

Théâtre du Lucernaire

53, rue Notre Dame des Champs

75006 PARIS

(M° Vavin ou N.D.des Champs)

Réserv. 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

Pl. de 10 à 30€

(photo : Jean Tholance)

du mardi au samedi à 20h.
dimanche à 17h.

jusqu'au : 6 MARS 2011

Spectacle conçu et interprété par Hélène DELAVAULT

avec au piano : Cyrille Lehn ou Victorien Vanoosten

 

Heureuse ? ... Question imprudente que tous les hommes prononcent après l'amour aussi fallait-il tout l'humour d'Hélène Delavault pour faire de ce simple mot interrogatif un titre de spectacle.
Car de l'humour, (que dis-je ? ...) de l'esprit, notre chanteuse-comédienne en a à revendre !

Par le biais de chansons d'une autre époque, cette Yvette Guilbert améliorée remet ce répertoire au goût du jour grâce à des textes de liaisons écrits par elle, dits avec facétie, entraînant dans son sillage le pianiste, converti pour la circonstance en parfait complice, ludique partenaire de scène.
Le mythe de la Belle au Bois Dormant sera par elle détourné et le fou rire du spectateur assuré du même coup.
Cette mezzo-soprano décline pour nous une aimable et généreuse philosophie de l'existence au fil des situations évoquées et son spectacle pétille comme une coupe de champagne. Grâce à elle, nous passerons (entre autres) d'un texte de Colette à Charles Baudelaire non sans avoir effectué un détour du côté de Lou Andréas Salomé. (pas étonnant puisque Freud n'est pas loin ...)
Cette anthologie musicale remontera le fil du temps jusqu'au 18ème siècle, celui des Lumières qui nous fait parfois bien défaut actuellement.
Madame du Chatelet et son " Discours sur le bonheur " remettra celui-ci d'actualité sans oublier les textes (pas seulement de liaison cette fois) que l'on doit à cette interprète de talent dont l'érudition émaille tout le spectacle.

Une heure dix de pur bonheur et si en sortant, quelqu'un vous pose la question mesdames, vous ne pourrez que répondre par l'affirmative.  Pour vous messieurs et individuellement, cette recommandation, " le bonheur est au Théâtre Noir, cours y vite, cours y vite ! "

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com


16:49 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

05/11/2010

Barbara, de l'Ecluse au Châtelet conçu et interprété par Marie-Hélène Féry.

barbara-h.jpg

Théâtre de Nesle

8, Rue de Nesle

75006 PARIS

(M° Pont Neuf ou Odéon)

loc. 01 46 34 61 04

Pl. 20€ - T.R. 15€

Tarif groupe : 12€

Tous les mardi à 21h.

 

Pour rendre cet hommage hebdomadaire à Barbara, Marie-Hélène Féry s'est entourée des meilleurs musiciens. On ne présente plus Roger Pouly (au piano) tandis que Sergio Tomassi ou Jacques Ferchit l'accompagnent en alternance et avec brio à l'accordéon.
En sa qualité de comédienne, elle nous narre le parcours de celle qui constitue la raison de son actuelle présence sur scène. Certes, elle n'a pas les envolées du modèle original mais sa voix est posée et bien que l'utilisation du micro ne puisse nous permettre d'en mesurer l'ampleur réelle, ce n'est pas seulement une " brisure de voix " qui nous est offerte ici. ( tous les défauts de Barbara étaient devenus des qualités, c'est même ce qui rendait ses prestations géniales.)
Contrairement à son modèle, l'interprète actuelle est sereine (du moins en donne t-elle l'impression) et a d'évidence une déjà belle expérience à son acquis. Grâce à elle, nous allons découvrir ou nous souvenir de ce que fut le parcours de Monique Serf plus connue sous le nom de Barbara, la longue dame brune, celle qui affirmait que sa plus belle histoire d'amour, c'était nous.
Ce spectacle se déroule dans la cave voûtée du Nesle chaque mardi à 21 heures et (si j'en juge par le soir où j'y étais) l'interprète étant ponctuelle, (ce qui n'est pas un reproche, bien au contraire !) n'arrivez surtout pas en retard ce qui serait dommage et pour elle et pour vous.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Barbara-1.jpg

Photos : Delphine Royer

15:31 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent