Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2015

Strip-tyque de Denys Treffet

flyer-Strip.jpg

 

Théâtre Essaïon

 

6, rue Pierre au Lard

 

75004 PARIS

 

 

(M° Rambuteau)

 

 

loc. 01 42 78 46 42

 

http://www.essaion.com/

 

Les lundi et mardi à 21h30

 

 

jusqu'au : 21 AVRIL 2015

 

 

Mise en scène : Anne de Broca

assistée de : Muriel Piquart

 

avec Anne de Broca, Erwan Daouphars 

 

Pablo Nemirovsky au bandonéon

 

 

photo Anne de Broca.jpg

 

Blonde, petite, menue, Anne de Broca vient à nous, les yeux bandés. Avec des mots crus, aussi insolites qu’incongrus, voire davantage dans la bouche d'une femme, ce personnage fragile - du moins en apparence - relate ici une sexualité multiple, protéiforme et pour tout dire, débridée.

 

Victime consentante, elle dira (entre autres) " je m'offre à vos effractions. ". Ce consentement suffit à ce que le délit ne soit plus constitué, ce qui fait de la phrase une forme d’oxymore

Oreilles chastes, passez votre chemin ! Les détails abondent, précis et les moyens d'expression utilisés ne connaissent pas de limites. C'est un inventaire non à la Prévert mais à la Treffet auquel nous assistons ici.

 

Erwan-Daouphars.jpgA cette première partie du " striptyque " succèdera le monologue de l'homme, tout de noir vêtu mais portant de prime abord, un loup blanc et des gants non moins immaculés ; lui aussi entre dans le détail de sa sexualité ô combien exigeante, car elle est dépendante de cette boussole qui lui fait perdre le nord. L'analyse est incroyablement juste puisque la majorité des hommes n' obéit qu'à son sexe que notre personnage également désigne de façon crue mais cette fois, n'est-ce pas habituel ? Il s'ensuivra une longue description de ses pratiques, magnifiées par le désir impérieux du recommencement.

 

La troisième partie du spectacle correspondra à la rencontre des deux et nous assisterons à cette danse de l'amour ici symbolisée par le tango argentin, la musique s'étant tue comme pour mieux nous permettre de percevoir la sorte d’alchimie qui passe entre ces deux-là ...

 

Le lieu scénique est sobre avec seulement en fond de scène, côté cour, une table située peut être dans l'arrière salle d'un bistrot où les confidences ont lieu après la fermeture et où le vin coule à flot.

 

Pablo Nemirovsky.jpg

Pablo Nemirovsky accompagne au bandonéon les chansons hispaniques qu'Anne de Broca interprète d'une voix plus grave, plus chaude, plus sensuelle que n’est sa voix parlée. J'ai presque reconnu des accents de Milva quand celle-ci se produisait de façon torride aux côtés d'Astor Piazzola mais le tango en est cause sans doute ? 

 

Erwan Daouphars possède une incroyable palette d'expressions et fait preuve d'un humour qui transforme le texte en agréable passe-temps. Ce faisant, il se joue de toutes les difficultés. Ah ! si DSK avait eu ce talent …

Le spectacle se donne chaque lundi et mardi à 21h30 jusqu'au 21 avril prochain et plus d'un couple en sortant risque de réinventer l'amour … ( physique, bien sûr ) -

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

14:46 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent

22/03/2015

Argent, dette et music-hall

aff.argent.jpg

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

 

Loc. 01 45 44 57 34

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Tous les jours sauf dimanche & lundi à 21h30

 

matinée le dimanche à 19h

 

Théâtre Noir, Durée : 1h20

 

 

 

Création collective sur une proposition de Nigel HOLLIDGE

 

Direction musicale : Daniel GLET

 

 

avec,

 

Nigel HOLLIDGE (Andrew)

 

Antonio INTERLANDI (Agostino)

 

Armel PETITPAS (Annabelle & Le millionnaire)

 

 

au piano (en alternance) Daniel GLET ou Vincent GAILLARD (Jean Christophe)

 

 

Argent-dette-1.jpg

 

 

 

Ah ! l'argent … cette valeur fausse par excellence car fluctuante au possible, source de tous les maux, capable de transformer un imbécile en réel potentat et fait de celui qui n'en a pas un médiocre, voire un minable, aux yeux de ceux qui en ont trop.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgEt pourtant, trouver un billet - un jour - par terre, par accident, peut ouvrir la porte au rêve puisque si une manne semblable venait à tomber du ciel, l'avenir en serait transformé.  " la fortune, quelques thunes … ah ! si j'avais des sous, papimm, papoum ! " Personne ne passe au travers de cette invention du Diable !

 

A de rares exceptions près, les artistes n'ont pas la réputation de rouler sur l'or ( comme on dit  ) et il arrive qu'un partenaire quémande quelque argent à son compagnon de scène. ( si ce dernier en a, bien sûr et consent à donner, serait-ce à fonds perdus ? )

 

Et oui, les temps sont durs mais heureusement nous avons la musique, laquelle comme chacun sait, adoucit les moeurs et nous fait oublier ce qui s'impose à tous.

 

On peut même se venger d'un banquier en le convertissant en marionnette. Qu'est-il donc du reste, vautré qu'il est, au pied de l'éternel Veau d'Or et puis c'est toujours mieux que de l'envoyer à la guillotine ! Fasse le Ciel que ces temps ne reviennent pas, même si certains méritent à peine la corde pour les pendre. " Ah ! ça ira, … ça ira, ça ira " mais je m'égare …

 

Revenons à nos talentueux trois A,

 

( Andrew, Agostino et Annabelle )

 

 

et à leur non moins talentueux pianiste.

 

Sans esbroufe, sans prétention aucune mais avec un réel professionnalisme, ils égrènent pour nous le répertoire des années 30 ( ne parlait on pas alors précisément de Crise ? ) aidés en cela par une savante utilisation de costumes, ombres chinoises, numéro de ventriloque, voire même de prestidigitation.

 

Les voix sont contrastées et agréables à entendre, bref nous passons là un excellent moment en leur compagnie. 

 

Actuellement nous en avons bien besoin avec tout ce qui survient un peu partout et le Lucernaire reste un ventre chaud dans lequel nous aimons nous réfugier.

 

Simone Alexandre

 

 

Argent-dette-2.jpg

 ( photos : Ingrid Jouault )

07:57 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

19/03/2015

La chatte bleue (polar musical)

plumes.jpg

 

THEATRE CLAVEL

 

3, rue Clavel

 

75019 PARIS

 

(M° Pyrénées)

 

Loc. 06 64 13 00 85

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

http://www.theatre-clavel.com/

 

A 21h.30 : mardi et mercredi

 

jusqu'au : 29 AVRIL 2015

 

tuerie.jpg

 

Ecriture, mise en scène et costumes,  

GUILLAUME OLLIVIER BERNO

 

Musique : NIKOLA TAKOV

Scénographie : PASCAL CROSNER

Chorégraphie : OGUN JACORAU

 

avec : NADINE GIRARD (Anthéa Washington) - JEAN LUC VOYEUX (l'Inspecteur)  - FREDY RENAUD (Valentin) et NIKOLA TAKOV (le pianiste-accompagnateur) 

 

 

balinais.jpg

(photos : FREDERIC RENAUD / MARIUS)

 

 

On connaissait Le Chat Noir … il y a désormais La Chatte Bleue, cabaret situé en un Montmartre mythique où, certains soirs, les ombres de Maigret et Nestor Burma, s'efforcent de résoudre des énigmes dignes d'eux.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgApprenti-crooner en mal de notoriété, si vous décidez d'y chercher fortune, sachez que sur place sévit une serial-killeuse, laquelle vous attend en affûtant ses griffes.

 

Anthéa Washington est le nom de cette meneuse de Revue et croqueuse - peut-être pas de diamants - mais d'hommes, attirés par son truc en plumes !

 

Une fois sur place, vous pourrez peut-être alors pousser des cocoricos triomphants en coulisses ... Sachez toutefois que sur scène, les couacs vous seront rigoureusement interdits sous peine de mort car la dame vous fera chanter (en français ou en anglais) à l'ombre d'une Tour Eiffel un peu mastoc, certes mais qui permet bon nombre de déplacements.

 

Cependant, si les chansons d'amour figurent à ce bilingue répertoire, n'oubliez pas qu'Eros et Thanatos se donnent la main sous l'oeil jaloux de Valentin, l'âme damnée d'Anthéa.

 

Le rythme de ce spectacle est enlevé, les costumes clinquants, la chorégraphie réussie, seul petit bémol, puisqu'il s'agit d'un spectacle musical, les voix se devaient d'être optimales et ce n'est hélas pas tout à fait le cas.

 

En revanche, concernant la comédie, les interprètes se défendent fort bien, Jean-Luc Voyeux alias Marcel Richard (inspecteur qui mène l'enquête) alias Bob Angeles, Bobby pour les intimes, nous gratifie d'un jeu intelligent et d'une élégance naturelle, fait devenu trop rare à notre époque pour ne pas oublier de le souligner.

 

Le public quant à lui, réagit au quart de tour, passe visiblement en leur compagnie un excellent moment. (les applaudissements en témoignent) toutes les oreilles n'étant pas aussi exigeantes que les miennes …

 

Je me garderai bien d'oublier le pianiste (Nicola Takov) lequel a depuis longtemps fait ses preuves, quant aux trois autres, lesquels cumulent vous l'avez compris, les fonctions de danseurs, comédiens et chanteurs, ces derniers ont toute la vie devant eux pour s'améliorer de jour en jour, ce qui adviendra n'en doutons pas.

 

Par conséquent, longue vie à cette Compagnie : Etoile-Express !

 

Simone Alexandre

 

09:55 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent