Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2015

100 miniatures de Philippe Minyana & Bruno Gillet

Gisèle.jpg

 

Vingtième Théâtre

 

7, Rue des Plâtrières

 

75020 PARIS

 

 

(M° Ménilmontant)

 

 

loc. 01 48 65 97 90

 

 

http://www.vingtiemetheatre.com/

 

 

Pl. 25€ - Séniors : 20€

 

Etudiants : 13€

 

A 21h30, jeudi, vendredi, samedi

 

A 17h30, dimanche

 

jusqu'au 19 AVRIL 2015

 

 

puis au Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine

 

le samedi 9 mai à 21h et le dimanche 10 mai à 16h

 

Textes : Philippe Minyana

 

Musique : Bruno Gillet

 

Direction musicale : Pierre Roullier - Ensemble 2e2m

 

Mise en scène : Mireille Larroche

 

 

avec Edwige Bourdy, Christophe Crapez, Paul-Alexandre Dubois, Eléonore Pancrazi, Vincent Leterme.

 

 

cuisine.jpg

 

 

Si vous êtes gourmand, dans tous les sens du terme, ce spectacle est pour vous. Imaginez un cake coupé dans le sens de la longueur, dont les fruits confits seraient les personnages ou plus prosaïquement, un immeuble avec les tripes à l'air !

Parfois le soir en ville, face à toutes ces fenêtres allumées on se prend à imaginer ce qui se passe à l'intérieur et bien ici, c'est devenu possible. 

Tout spectateur est un voyeur licite qui s'égaye au spectacle de ce qu'il voit, de ce qui lui est permis de voir et entendre.

Vous vous souvenez de ces maisons en miniatures qui ont peut-être enchanté votre petite enfance ? C'est exactement cela que nous avons sous les yeux mais avec cette fois, des commentaires adultes. Jacques Demy en aurait rêvé, Mireille Larroche l'a fait car exposés dans leur petite boîte non pas à ciel mais à flanc ouvert, les personnages vont, viennent, méditent, racontent, dialoguent et chantent !

Le texte est de Philippe Minyana, la musique de Bruno Gillet. Les paroles sont celles de tous les jours, d'un quotidien un peu banal, méli-mélo-dramatique ( parfois ) avec des anecdotes par bribes dans le style : " elle me dit, il me dit " …et peu à peu, la personnalité de chacun se construit à la façon dont un peintre élabore les portraits, sur le vif. Le voisinage, les gestes quotidiens maintes fois répétés, les recettes de cuisine inventées au fil des jours, histoire d'améliorer la vie … " du temps de mon mari " dit souvent Gisèle, laquelle se console en multipliant les exploits au fourneau, 

- Anne-Lise qui reçoit une lettre mais refuse de croire à ce qui est écrit … 

- Jean Marc qui se souvient ou rêve (sait-on jamais ?) d'avoir bécoté le cou d'Annie rue Winston Churchill à 5 heures alors que Stéphane, un peu fou-fou s'est fait traiter de casse-couilles (à moins que j'aie inversé les rôles ?) mais ça ne fait rien puisqu'après tout, " le coupable, c'est Eric Parent ! " Il en faut bien un, non ? … 

 

 

3espaces.jpg

 ( photos : Mathilde Michel )

 

 

Les voix sont belles, la musique intervient à point nommé : piano, violon, guitare et même crécelle car notre metteur (e) en scène a pensé à tout.

Les quatre se retrouveront sous un parapluie, un jour de Toussaint mais nulle tristesse puisqu'ils ont mis du soleil dans nos coeurs. Aussi, allez y, car ils méritent bigrement le détour.

 

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

10:26 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

03/04/2015

Annonce : 100 miniatures au Vingtième ...

 

 

logo-Vingtieme.jpg

http://www.vingtiemetheatre.com/

09:57 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

28/03/2015

On avait dit pas la famille de et par Eva Gruber

aff.pas-famille.jpg

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.Dame des Champs)

 

 

Loc. 01 45 44 57 34

 

 

http://www.lucernaire.fr/

 

 

A 21h du mardi au samedi

 

 

jusqu'au : 9 MAI 2015

 

 

Mise en scène : Estelle Lesage

 

avec Eva Gruber

 

robe-rouge.jpg

 

- Pianiste absent, piano muet et bande son.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgMais rassurez-vous, Eva Gruber n'est pas muette et à en juger par la puissance de sa voix et les trémolos utilisés, la succession de Rita Gorr est pratiquement assurée.

 

Le démarrage du spectacle est amusant, la tenue de scène de la dame fut choisie avec soin, par conséquent et en dépit de l'absence évoquée, tout devrait bien se passer : nous sommes tout ouïe ! ...

 

La cantatrice parsème son récital pour le moins hétéroclite, d'anecdotes autobiographiques tout en martyrisant de façon compulsive des pupitres vierges de toute partition mais qui poussent sur scène comme des champignons.

 

 

Aux nombreux souvenirs évoqués viennent s'adjoindre des modes d'expression musicale complètement contrastés tels que : chansons a capella, puis avec le soutien de la bande-son et autres bruitages : Opéra - bien sûr -  liturgie,  musique baroque, slam ( ! ) sans oublier une version punk de Monteverdi. 

 

C'est complètement dingue ( il faut dire qu'avoir eu un grand père juif antisémite, une mère psychanalyste et un père absent, ça laisse forcément des traces … )

Certains aimeront, d'autres pas mais pour ceux qui tenteront l'aventure, gageons qu'il leur sera impossible de rester indifférents. 

 

 

Simone Alexandre

 

 

famille-verte.jpg

 ( photos : Mathilde Michel )

 

 

16:36 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent