Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2015

Entre les Actes de Virginia Woolf

VINGTIEME THEATRE

 

7, rue des Plâtrières

 

75020 PARIS

 

(M° Ménilmontant)

 

loc. 01 43 66 01 13

 

http://www.vingtiemetheatre.com/

 

Pl. 25€, Séniors : 20€

 

Etudiants : 13€

 

A 21h30 : Jeudi, Vendredi, Samedi

 

A 17h30 le dimanche.

 

 

jusqu'au : 14 JUIN 2015

 

 

Entrelesactes-1.jpg

( photos : Laurencine LOT )

 

 

Adaptation et mise en scène : LISA WURMSER

 

Comédiens et musiciens,

 

Gérald Chatelain, Flore Lefebvre des Noëttes, Christian Lucas, Stéphane Mercoyrol, Stéphanie Schwartzbrod, Gilles Nicolas, Fannie Outeiro, Bernadette Le Saché, Nicolas Struve, Christophe Pecqueur, Emilie Revel, Jérémy Scherjan-Torres.

 

Musique : Gerardo Jerez Le Cam

 

Production : THEATRE de la VERANDA

 

 

Entrelesactes-2.jpg

 

 

Pièce inspirée par un roman inachevé qui ne paraîtra qu'après la mort de son auteur (e), « Entre les Actes » situe l'action en une paisible campagne anglaise, un jour d'été 1939.

 

Or Virginia Woolf comme un certain nombre de ses contemporains aura connu deux guerres ce qui en un esprit aussi impressif que le sien devait forcément laisser des traces. D'aucuns diront que son cerveau battait parfois la campagne alors même que c'est cela précisément qui décida de son génie. Ce n'était pas sans risque, bien sûr ! ...

 

Inéluctablement, chaque histoire individuelle s'inscrit dans la grande Histoire, la compose, la nourrit, ce même quand les personnages donnent l'impression d'être ailleurs, voire imprécis et les intrigues elliptiques car l'auteur (e) fuyait les conventions régissant le mode romanesque de l'époque.

 

 

Ici le drame coudoie la fantaisie en un monde au bord du chaos et en pareille circonstance le temps est presque aboli puisqu'il embrase autant le passé que le présent. Quant à l'avenir ? … C'est ainsi que le théâtre dans le théâtre fera son apparition, apportera la diversion indispensable à la survie fournissant le brio qui manque à la triste réalité.

 

Tel Hamlet accueillant une troupe de comédiens pour mieux s'exprimer, ces estivants en leur propre jardin feront de même avec cette fête paroissiale où tout ou presque pourra être dit. C'est en quelque sorte une soupape de sécurité qui s'exerce quand l'apocalypse s'annonce à l'horizon.

 

Partie de campagne donc, où le chatoiement est de mise tant au travers des costumes que du paysage agrémenté de cet arbre hors saison, au feuillage d'or pur.

Les comédiens s'en donnent à coeur-joie , les répliques sont lestes, non dénuées de truculence parfois et l'on passe en un éclair d'une époque à une autre comme pour établir des bilans que l'on veut à tout prix préserver.

 

 

Entrelesactes-3.jpg

 

Ils sont douze sur scène à rivaliser d'énergie et de brio faisant en permanence rebondir l'action. Un personnage féminin, un seul, se situera un peu en retrait, sorte d'observatrice que l'on aura rapidement assimilée à l'auteur (e) Le tout est admirablement bien construit et l'on voudrait que la pièce ne finisse pas car ensuite, on se sent un peu orphelin de cet instant exceptionnel que l'on vient de vivre en leur compagnie. 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

12:12 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent

27/04/2015

George Sand, ma vie, son oeuvre de et par Caroline Loeb

C.Loeb-h.jpg

 

THEATRE DU MARAIS

 

37, Rue Volta

 

75003 PARIS

 

 

(M° Arts et Métiers)

 

 

loc. 01 71 73 97 83

 

 

Pl. 19€

 

 

http://www.carolineloeb.fr/

 

A 19h. vendredi et samedi

 

A 16h. le dimanche

 

 

jusqu'au : 27 JUIN 2015

 

 

De Caroline Loeb et Tom Dingler

 

Mise en scène : Alex Lutz

 

avec Caroline Loeb

 

Jérémie Pontier au piano et à l'accordéon

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpg 

L'espace scénique est organisé en un savant désordre constitué de livres empilés.

Téléphone noir à cadran sur lequel figuraient les lettres de l'indicatif que l'on devait composer jadis. Maintenant après cette exclusive invasion de chiffres nous ne pouvons même plus imaginer le quartier dans lequel notre appel échoit. " Tout fout l'camp ! " 

 

La chanteuse-comédienne arbore un discret micro "brosse à dents" que nous ne pouvons ignorer hélas mais elle saura rapidement nous le faire oublier. Nous apprenons que ce n'est pas elle qui aurait choisi le thème du spectacle mais qu'il s'agit d'une commande car peut-être de son propre chef aurait-elle jeté son dévolu sur Flaubert ou Proust ? (dixit - mais rassurez-vous, ce n'est qu'un trait d'humour) Du reste, elle ne tardera pas à se prendre à son propre jeu et la bonne dame de Nohant (du moins son souvenir et sa particulière envergure) vont s'emparer de celle qui entend l'investir " par la bande " c'est à dire en passant par tous ceux qui l'ont coudoyée. Technique imparable lui permettant de cerner le personnage au plus près.

 

Ici aucune confusion possible, Caroline Loeb restera elle même et ne se confondra à aucun moment avec celle dont il est question. (les adeptes du Paradoxe du Comédien évoqueront Diderot une autre fois ) Et puis, on peut jouer les biographes scéniques et rester soi-même. C'est ainsi que nous ferons la connaissance (évoquée) de sa mère, cette septuagénaire amoureuse d'un supposé gigolo trentenaire, de sa fille en pleine crise d'adolescence, le tout raconté avec un humour qui fait mouche chaque fois. 

 

La forme choisie ? … un journal qui relate scrupuleusement au fil des jours son approfondissement du thème ( d'où le titre : George Sand, ma vie, son oeuvre ) et ce par le biais alterné de commentaires ou de chansons. En fond de scène, derrière un rideau quelque peu transparent, un piano et un accordéon aussi, parfois.

 

Pour aborder le personnage auquel elle se réfère, Caroline Loeb a eu recours aux soins de Jean-Paul Gaultier qui lui a concocté un costume-pantalon transformable destiné à respecter le plus possible la féminité de celle qui le porte.

 

Il serait malaisé de dire qui - de la chanteuse ou de la comédienne - prend le pas sur l'autre car les prestations sont équivalentes. On passe là un agréable moment à se remémorer des lectures qui firent le bonheur de certains adolescents.

Les biographies étant plus prisées par les adultes et si actuellement George Sand n'est plus tellement lue, remercions Caroline Loeb qui va peut-être nous en redonner l'envie.

 

Simone Alexandre

 

 

Caroline-Loeb.jpg

 

13:35 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Annonce : Caroline Loeb " George Sand, ma vie, son oeuvre "

11:17 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent