Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2010

Monty Python's SPAMALOT

piece-comedia.jpg

THEATRE COMEDIA

4, bd de Strasbourg

75010 PARIS

(M° Strasbourg-St-Denis)

Loc. 01 42 38 22 22

www.theatrecomedia.fr

Pl. de 15 à 65€

du mardi au vendredi à 20h.30

samedi à 17h. & 21h.

dimanche à 17h.

Adaptation et mise en scène : Pierre-François Martin-Laval.

Livret et paroles de Eric Idle.

Direction musicale : Mathieu Gonet. Chorégraphie : Stéphane Jarny,

Décors : Franck Schwarz, Costumes : Jean-Michel Angays.

avec Jean-François Martin-Laval, Gaelle Pinheiro, Olivier Denizet, Philippe Vieux, Grégoire Bonnet, Arnaud Ducret, Andy Cocq, Laurent Paolini, Edouard Thiebaut, Tiffany Jamesse, Arnaud Denissel, Sophie Gemin.



Avant que le spectacle commence, on découvre une immense et lourde entrée de château fort, encadrée de deux tours, le tout surmonté de nuages ayant la densité d'une triple pression de crème à raser. Mais là, aucun risque car c'est le délire le plus absolu du début à la fin. Quelle pêche, ils ont tous !
Pourtant porter ce classique de dérision à la scène n'était pas une mince affaire, surtout avec la perspective de transformer le film en comédie musicale digne de Broadway, ce qui paraît logique puisque c'est là qu'elle fut créée.
Qui donc oserait encore dire qu'en France nous n'avons pas d'artistes complets sachant jouer bien sûr mais également chanter et danser de façon optimale ? ...
Ou alors c'était en des temps immémoriaux car la preuve du contraire est faite.
Ils sont tout bonnement for-mi-da-bles ! Confrontés à ce duel qui oppose le roi Arthur au chevalier noir, c'est simple : les bras nous en tombent.
La procession de moines chantant des cantiques (je ne vous dirai pas ce qu'ils font en plus) est purement et simplement hilarante. La distribution de courrier par le facteur une pure trouvaille ... (et là aucun spam possible). Les acrobaties vocales de la dame du Lac révèlent un grand professionnalisme. Le doigt de Dieu (et pas seulement) est lourdement chargé de signification (ne parlons pas de son accent) et même l'entracte ne parvient pas à casser le rythme tant les spectateurs sont impatients de découvrir la suite. Vous l'avez compris, cette réalisation est un maelström joyeux qui nous entraîne à sa suite et mérite d'avoir ici un succès équivalent au clin d'oeil du début. Vous voulez savoir à quoi je fais allusion ? Et bien c'est simple, allez y car certains spectacles ne se racontent pas. Il faut les voir et croyez moi, vous ne serez pas déçus.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

sacré-graal.jpg

 

 

11:02 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent