Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2016

Passage en Revue, spectacle réalisé par Estelle Danière et Flannan Obé

estelle daniere2.jpg

 

 

Les Feux de la Rampe

 

34, rue Richer

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° Cadet)

 

loc. 01 42 46 26 19

 

Pl. 25€ - T.R. 17€

 

http://www.theatre-lesfeuxdelarampe.com/

 

Salle de 150 Places

 

Passagenrevue.jpg

( photos : Hubert Helleu )

 

 

Spectacle musical imaginé par Estelle Danière et Flannan Obé

 

avec Estelle Danière

& Patrick Laviosa au piano

 

chaque mardi à 2Oh

 

jusqu'au : 13 décembre 2016

 

 

 

Sur scène et avec brio, Estelle Danière se raconte …

Estelle-Daniere.jpgToute jeune la danse classique l'attira à l'Opéra Garnier. Elle rêvait alors d'être danseuse étoile. Elle sera meneuse de revue aux Folies Bergères ! ...

La musculation de son corps en témoigne et la dame possède plus d'une corde à son arc : comédienne et chanteuse elle conjugue les trois disciplines sur la scène des Feux de la Rampe.

 

 

Personne ne sait mieux bouger qu'elle : tour à tour vamp puis femme sensible elle égrène un répertoire choisi avec soin.
Son partenaire et complice Patrick Laviosa l'accompagne au piano et consent même à pousser la ritournelle en alliant charme et sobriété.

 

 

les-2.jpg
Flannan Obé a conçu une mise en scène précise qui ne néglige aucun argument pour mettre en valeur son interprète.

Les lumières ont été mises au point par Jacques Rouveyrollis donc sont parfaites et les costumes ont été réalisés par Jean-François Castaing, illustrant parfaitement ce qui nous est dit.

 

 


Allez-donc applaudir cette reine du music-hall mais pas seulement … vous devriez passer un excellent moment en sa compagnie. Sciemment, je me suis gardée de trop en dire afin de vous laisser entier, le plaisir de la découverte.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

13:29 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

21/10/2016

Barber Shop Quartet : Opus 3 -

aff.Border.jpg

 

 

L'ARCHIPEL

 

17, bd de Strasbourg

 

75010 PARIS

 

 

 

(M° Strasbourg-St-Denis)

 

loc. 01 73 54 79 79

 

Pl. de 15 à 25€

 

 

http://www.larchipel.net/

 

Salle Rouge : jeudi, vendredi, samedi à 21h

 

 

par Marie-Cécile Héraud ou Rachel Pignot, France Turjman, Bruno Buijtenhulis, Xavier Vilsek.

 

 

Barber-Shop-1.jpg

 


C’est très curieux comme cette année, et particulièrement cette fin d’année, les spectacles musicaux fleurissent dans un nombre de salles considérable à Paris !
Bien évidemment il y a ceux qui affichent des noms plus ou moins connus pour attirer le public, lesquels noms ne sont pas nécessairement illustres dans le domaine pour lequel on les placarde, mais il importe que le spectateur vigilant jette un œil curieux et attentif sur les petites salles, fussent-elles d’anciens cinémas fripons reconvertis.

Il en va ainsi de l’Archipel, boulevard de Strasbourg, où, les jeudi, vendredi et samedi à 21 heures, le Barber Shop Quartet donne son 3ème opus.

Disons-le d’emblée, le sous-titre « un spectacle d’humour musical »  est de trop, car à vouloir trop en dire, on en dévoile par trop également.

Sur scène quatre personnages un peu allumés, costumés un peu comme on se vêtait dans les années 40-50, avec bigrement de talents vocaux et d’imagination burlesque. Car c’est plutôt du burlesque que de l’humour musical, ce qui, reconnaissons-le ne signifie pas grand-chose. Mais on y gagne au change, car on ne s’ennuie pas, même si parfois l’effet est un peu lourd. Il faut néanmoins convenir que le public suit, qui est venu pour trouver une éclaircie dans un mol automne humide, alors que les nouvelles du monde, d’où qu’elles viennent, n’inclinent pas à la fantaisie.

C’est bien là néanmoins le tour de force réalisé par nos compères, Marie Cécile Héraud, France Turjman, Bruno Buitenhuijs et Xavier Vilsek : ce spectacle rapide, à peine plus d’une heure, enjoué, sans prétention autre que distraire parvient pleinement à son but, et les chansons s’enchaînent, raccordées parfois par un petit sketch, une petite prose charmante, un rien, qui font que cela coule aisément et se laisse entendre avec plaisir, et amusement.

On pourra, de ci de là, reconnaître des mélodies, réinterprétées, parfois réinventées, avec des textes vifs, intelligents, écrits.

C’est agréable un spectacle qui ne se moque pas du spectateur, qui ne le racole pas, qui n’esbrouffe pas.

Et ce qui est particulièrement plaisant, c’est se rendre compte, a posteriori, de l’immense travail qu’il a fallu pour garantir une telle légèreté une telle fluidité. Et l’extrême politesse, la délicatesse, la courtoisie de ce joli quatuor polyphonique est de le faire disparaître pour n’en laisser voir et entendre que cette part légère qui constitue le spectacle. Il faut les en remercier et aller les applaudir, nombreux, à l’Archipel.



Frédéric Arnoux ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

13:21 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

03/10/2016

Les Demi-Frères dans " Duo sur Nougaro "

DUO-affiche.jpg

 

 

L'ARCHIPEL

 

17, boulevard de Strasbourg

 

75010 PARIS

 

 

 

(M° Strasbourg St-Denis)

 

Loc. 01 73 54 79 79

 

http://www.larchipel.net/

 

Pl. 12 à 18€

 

A 19h, jeudi et vendredi

 

A 16h30 le samedi

 

jusqu'au : 14 JANVIER 2017

 

Mise en scène : Renaud MAURIN

 

 

avec : Laurent CONOIR et Mehdi BOURAYOU

 

 

duo-Nougaro.jpg

 

Bien que n’étant fan ni de chansons ni de variété, et peu sensible au lyrisme du célèbre toulousain, je me suis laissé convaincre d’aller entendre « Les Demi-Frères » dans « Duo sur Nougaro », et bien m’en a pris !

Ce spectacle qui tourne désormais depuis quelques mois déjà est une totale réussite.

Laurent Conoir et Mehdi Bourayou, qui ajoute aux talents de chanteur et comédien de son comparse celui de musicien offrent là une production d’une truculence inattendue, provoquant alternativement l’émotion, le sourire, voire le rire, et, pour certains certainement, la nostalgie.

 

LES DEMI-FRERES-DUO SUR NOUGARO photo 1 by Charlotte SPILL.jpg

( photos : Charlotte SPILL )

 

La riche idée du metteur en scène, Renaud Maurin , est de traiter chaque chanson, et le spectacle en compte près de vingt d’un répertoire allant de 1962 à 2004!, à la manière de mini scène jouées chacune dans des registres différents, du burlesque au dramatique, du loufoque au mime et aux ombres chinoises. C’est d’une infinie richesse et d’une réjouissante intelligence, qui ne laisse pas le spectateur un instant en répit, face à tant de fantaisie déployée.

Chacun y trouvera, ou retrouvera, sa chanson fétiche, car ce sont surtout des connaisseurs de Nougaro qui emplissent les salles. Il y a pourtant autre chose que le seul Nougaro dans cette production respectueuse mais pas courtisane.

C’est une chance, et un vrai bonheur, après une journée passée cahin-caha, que de pouvoir rire sur certains textes qui, pour légers qu’ils soient, n’appellent pas spontanément l’éclat, d’autant que c’est un rire sain, de complicité et d’affection partagées.

Le jeu des « Demi-Frères » est pour beaucoup dans le plaisir que nous ressentons d’être là, partageant un instant et durant les quelques minutes de chaque chanson, dont le format était jadis de 2’35, des univers, comme il est de mode de dire, différents.

Leur bel enthousiasme est communicatif et roboratif !

J’avais de Nougaro l’image d’un vieux jeune homme ressurgi de l’oubli avec des textes plus abscons que vraiment poétiques. Je suis ressorti de « Duo sur Nougaro » avec autre chose en tête, comme si l’emphase d’origine avait été totalement gommée au profit d’une lecture moins convenue, moins académique, et pour tout dire, plus attrayante, plus jeune. Et au delà des textes nus, il y a beaucoup à voir !

C’est en ce moment au Théâtre l’Archipel, les jeudi et vendredi à 19h00, les samedi à 16h30.
Allez-y, c’est vraiment tout public, et surtout, c’est énergisant. A l’entrée de l’automne, ce n’est pas superflu.

 

 

Frédéric ARNOUX ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

13:02 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent