Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2007

La belle et le Hussard de Benoît Marbot

3eb9fad57a951d876705d3f760446c4c.jpgDe 1792 à 1818 nous suivrons quatre personnages emportés par la tourmente des événements ce, durant vingt six années, cinq régimes politiques différents au fil des guerres, des passions mais aussi des intérêts.
Combien de fois avons nous entendu dire au sujet de deux êtres ? ..." Ils ne vont pas ensemble " - comme si de l'extérieur, on pouvait juger !
On jouait volontiers à colin-maillard à l'époque; maints films nous l'ont prouvé.
Jeu hérité de l'enfance mais teinté d'une évidente sensualité.
Ne convient il pas de deviner qui est l'autre en le touchant sans le voir, en le humant afin de l'identifier ?
On ne doute plus aujourd'hui de l'importance des phéronomes quant à l'attrait que les individus éprouvent l'un pour l'autre. Nous restons d'évidence une forme animale évoluée.
Lefort est un housard, il sent le cuir, la sueur et ce jeune lion héberge forcément une odeur fauve dans sa crinière.
Face à lui, Gontran de Richepoix ne peut qu'être falot.
L' homme est indécis, joue à l'amoureux transi quand l'autre prend d'assaut.
Sa soeur, Sophie, la meilleure amie de Caroline de Tiersanville aura dans l'action un rôle-charnière mais pas seulement ...
Rien n'attise plus le désir sexuel que l'approche de la mort.
La natalité part en flèche au lendemain des guerres. C'est en quelque sorte un réflexe issu de l'instinct de conservation.
Benoît Marbot nous transporte en ces temps reculés où tout homme valide ne pouvait qu'être militaire où l'habitude du danger finissait par créer une dépendance, un besoin que rien ne pouvait remplacer. Mourir au combat ou mourir d'ennui étant l'unique alternative.
Le style est direct et le rythme enlevé. La lecture de la pièce attise notre impatience à la voir prochainement jouée.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

17:20 Publié dans Editions Théâtrales | Lien permanent