Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2019

Moâ, Sacha ! de Christophe Barbier

aff.Moa-Sacha.jpg

 

 

POCHE-MONTPARNASSE

 

75, bld. du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse)

 

LOC. 01 45 44 50 21

 

Pl. de 10 à 35€

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

chaque mardi et mercredi à 21h

 

 

jusqu'au : 10 Juillet 2019

 

 

d'après l'oeuvre de Sacha GUITRY

 

spectacle conçu par Christophe BARBIER

 

 

avec Chloé LAMBERT, Pierre VAL et Christophe BARBIER

 

Guitry-les3.jpg

 

Guitry, quel personnage fabuleux !

 

Il est impossible d'être indifférent à son endroit, soit il fascine, soit il agace et il en fut toujours ainsi de son vivant comme aujourd'hui.

 

Souvent décrié, taxé de misogynie, lui qui disait,

- " Hmm ! ...je suis contre les femmes, tout contre "  fut l'homme qui collectionna les mariages.

 

Dans sa tombe au cimetière Montmartre reposent à jamais trois hommes, son frère aîné, Jean - décédé en 1920 - son père Lucien en 1925, lui même en 1957.

Lana Marconi sa dernière épouse, devait les rejoindre en 1990 ...

 

Le père Lucien fascinait Alexandre dit Sacha jusqu'à l'obsession. Pourtant être le fils d'un grand acteur n'a jamais été un sort enviable. Or, un siècle plus tard le fils est plus connu que le père !

 

Christophe Barbier a pour Sacha Guitry une admiration analogue à celle que Sacha nourrissait pour celui qui refusait de lui abandonner son nom à la scène et l'avait contraint à adopter le pseudonyme de Jacques Lorcey ...

 

Seuls ceux qui sont dépourvus de générosité pensent qu'admirer est une faiblesse alors que bien au contraire ce sentiment est porteur de transcendance.

 

Avec habileté, l'homme à l'écharpe rouge nous fait donc partager cette attirance qu'il a pour le grand homme.

Par ce spectacle, il le convoque en quelque sorte au tribunal de l'Histoire et se fait son avocat car n'en doutez pas l'accusé se tirera de cette mauvaise passe avec les félicitations du jury et même, pourquoi pas une couronne de lauriers.

 

secrétariat.jpg

 

Prétendre vouloir incarner ce personnage relevait pourtant de la gageure. Beaucoup d'entre nous connaissent leur Guitry par coeur, ils ont cette voix particulière au rythme traînant dans l'oreille et vouloir essayer de la copier eut certes été une erreur.

 

Pour évoquer son idole ( n'ayons pas peur des mots ) Christophe Barbier n'avait à sa disposition qu'une robe de chambre en velours écarlate et une paire de lunettes, sans oublier le texte bien sûr et les nombreuses saillies

( verbales ) du Maître.

 

Prévoyant les critiques et pour bien les désamorcer, notre concepteur de " Moâ Sacha " a mis en pratique la technique de Cyrano, se mettant en mesure de dire,

- " je me les sers moi-même avec assez de verve ! ..."

se déclarant non comédien professionnel et sans illusion aucune quant à l'étendue de son talent.

 

C'est ce qui s'appelle tirer l'échelle au nez et à la barbe des éventuels malfaisants.

 

Pierre Val sera successivement le juge d'instruction puis Lucien Guitry, Sacha lui-même et bien d'autres encore … Il passe sans transition d'un personnage à l'autre avec une incroyable rapidité.

 

Chloé Lambert sera toutes les femmes et se révèle époustouflante du début à la fin.

 

séduction.jpg

( photos : Pascal GELY )

 

 

Merci à Christophe Barbier d'avoir eu l'idée puis l'envie de mettre au point cet hommage auquel par notre présence nous ne pouvons que nous associer.

 

Je recommande tout particulièrement son livre " Le monde selon Sacha Guitry " paru chez Tallandier lequel happe le lecteur au point de risquer la nuit blanche s'il s'y plonge en fin de soirée, tant il nous captive.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

10/05/2019

Melle Camille Claudel à partir de la correspondance de Camille Claudel

aff.MelleCClaudel.jpg

 

 

MANUFACTURE DES ABBESSES

 

7, rue Véron

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Abbesses)

 

LOC. 01 42 33 42 03

 

Pl. 24€ - T.R. 13€

 

https://www.manufacturedesabbesses.com/

 

Lundi, mardi, mercredi à 21h

 

Dimanche à 20h

 

 

Mise en scène et interprétation,

 

Sylvie Adjedj-Reiffers

 

Melle-C.Claudel-1.jpg

( photos : L.Girard - C.Lavigne )

 

 

Nous collectionnons les Camille Claudel depuis quelque temps aussi faut-il se garder de la moindre comparaison, les approches du thème étant légèrement différentes.

 

Ici, la scénographie s'est voulue minimale : une collection de feuilles blanches suspendue à deux fils ( oui, il y a des termes que l'on ne prononce pas au théâtre ) par des épingles à linge, permettant à la comédienne d'y faire figurer les dates auxquelles les événements relatés se sont produits. Pour seuls accessoires, un siège rudimentaire et une bassine contenant le plâtre destiné aux oeuvres à venir ...

 

C.Claudel-h1.jpgL'action est donc centrée sur le personnage qui nous intéresse. Parfois une voix off ( exclusivement féminine ) interviendra ce, même quand il s'agit d'Auguste Rodin. Mais n'est-ce pas cette même femme qui a lu toutes ces lettres à elle destinées ?

 

Camille est un personnage en avance sur son temps donc, objet de scandale en une société d'un catholicisme étriqué.

 

A l'époque le pseudo rêve (sic) de toute femme était de se marier et de faire des enfants. Certes, l'élève de Rodin a souhaité épouser le Maître et peut-être fut-elle quelquefois enceinte ? Jehan Rictus l'a prétendu et son frère Paul fera état d'un avortement survenu peu avant la rupture avec Rodin mais la réelle descendance de Camille Claudel est son oeuvre artistique c'est pour elle et par elle que sa vie se justifie.

 

Dans ce but, elle est prête à remuer ciel et terre et bien sûr, les obstacles sont nombreux car sa famille ne l'aide guère, bien au contraire.

 

Rodin, reconnaissait son talent certes, mais à condition de le situer par rapport à lui, au second plan.


C.Claudel-h2.jpgQuant à son frère … le grand croyant ( ! ) il y aurait beaucoup à dire …

C'est donc une femme, une artiste qui se dresse, seule face à une société hostile, cherchant désespérément à être reconnue et à vivre de son Art, ce qui n'a jamais été facile surtout à cette époque.

 

Elle devra par conséquent faire face à la solitude, au manque d'argent et à la maladie conséquence des privations mais folle ? … Camille Claudel ne l'était vraisemblablement pas.

 

C'était tout simplement une passionnée qui en liberté travaillait douze heures par jour avec acharnement, ce qu'elle fit jusqu'à l'épuisement de ses forces.

Une décision arbitraire la tiendra enfermée durant trois décennies ...

 

Sylvie Adjedj-Reiffers seule en scène nous restitue tout cela grâce à cet hommage, ô combien mérité par cette artiste exceptionnelle qui fut dévorée par son talent.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

10:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

06/05/2019

Dieu habite Düsseldorf de Sébastien THIERY

Dusseldorf-h1.jpg

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame

des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

du mardi au samedi à 21h

 

 

Mise en scène des deux.

 

 

avec Renaud DANNER et Eric VERDIN

 

Dusseldorf-1.jpg

 

 

On est toujours l'imbécile de quelqu'un en cette vie où la norme invalidante nous traumatise. Seuls ceux qui ont choisi d'être différents seront sauvés mais certes pas acceptés.

 

Deux hommes vont délibérément se rencontrer, se raconter à tour de rôle, cherchant désespérément le moyen de s'en sortir, or ils savent qu'ils sont piégés.
En pareil cas reste une seule et unique échappatoire : l'humour !

 

Sébastien Thiéry a examiné chaque situation à la loupe.
Le constat est édifiant, pire : dévastateur. Ce spectacle peut se déguster comme un plat sucré-salé laissant nos papilles gustatives en interrogation et ici nos neurones font de même.

 

C'est loufoque, voire même " carrément barré " et le spectateur se cramponne à sa place bien extérieure à l'action, ne voulant surtout pas s'identifier aux personnages mais reconnaissant volontiers que d'autres sans nul doute, peuvent ressembler à ce qui leur est montré.

 

Dusseldorf-père.jpg

( photos LOT )

 

Certes, vous souhaitez parfois être sourd pour ne plus être confrontés à ce qu'il vous est donné d'entendre mais de là à rendre la situation irrémédiable, de vous soumettre à une mutilation …

 

Notre monde est composé de dominants et de dominés, ce n'est un secret pour personne et quand par hasard, un petit arrive à bouffer un gros, il y a de quoi se réjouir mais si un trader a coulé 12 banques consécutives, ses chances de se retrouver dans la peau d'un héros sont légèrement compromises.

 

Le verdict est tombé -" les incapables à Besançon ! " où là, le condamné s'entendra dire mais un peu tardivement

" dans le Doubs, abstiens-toi ." ( c'est sans doute pour cela que cette ville a été choisie.)

 

Abandonné très tôt par sa mère, Alain qui n'a pas voulu l'être une seconde fois a décidé d'empailler son père sans attendre la mort de ce dernier. Une cassette d'enregistrement est là pour entretenir l'illusion en permettant d'écouter la voix paternelle et les éloges qu'il destine à son fils.

 

La mère reviendra bien sûr, très fantomatique en cet univers surréaliste où ce que l'on invente a plus d'importance que ce qui est vraiment. C'est complètement dingue quoique … si on veut bien se lancer dans une lecture au second degré … cruellement philosophique car bien observé.

 

Les deux comédiens, Eric Verdin et Renaud Danner sont tous deux excellents.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

10:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent