Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2017

Annonce : Zonzon Pépette, fille de Londres

 

17:55 Publié dans Annonces | Lien permanent

09/01/2017

Le Moche de Marius von Mayenburg

aff.Le-Moche.jpg

 

 

Théâtre de l'Atalante

 

10, place Charles Dullin

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Anvers)

 

Loc. 01 46 06 11 90

 

Pl. de 8 à 20€

 

http://www.theatre-latalante.com/

 

Du 4 au 29 Janvier 2017

 

 

les : lundi, mercredi et vendredi à 20h30

 

jeudi et samedi à 19h

 

dimanche à 17h.

 

Relâche le mardi

 

 

Traduction : Hélène Mauler et René Zahnd

L'Arche éditeur

 

Mise en scène : Nathalie Sandoz

 

avec Nathalie Jeannet, Guillaume Marquet, Gilles Tchudi et Raphaël Tschudi

 

bandages-L.M.jpg

 

 

En une époque où le paraître a pris le pas sur l'être, il n'est pas étonnant que la chirurgie esthétique constitue " la solution " pour certains d'entre nous.
Solution de surface bien sûr mais pour ceux qui ont les moyens de s'offrir cette coûteuse démarche, pourquoi pas ? …
 
Or ce n'est peut-être qu'une façon de remplacer un problème par d'autres ? …

Ici, notre héros n'y aurait pas pensé seul car jusque là il n'était préoccupé que de ses recherches en matière de connecteur à courant fort. Qu'est-ce au juste ? …

J'avoue mon incompétence en ce domaine mais les inventeurs sont précisément là pour savoir et mettre en oeuvre ce que nous ignorons.

Donc Lette s'apprête à présenter le résultat de ses travaux à un congrès qui devrait avoir un impact international.

Or voilà qu'au dernier moment, il découvre que ce n'est plus lui qui doit animer la conférence en question mais son assistant Karlmann. Incompréhension, indignation, révolte ! La raison ? Son physique est impossible et risque de dissuader l'auditoire …

Qu'à cela ne tienne ! Lette est un homme d'action ce qui l'amènera à prendre rapidement la décision qui s'impose, à savoir : se faire refaire complètement le visage.
Son épouse ne peut que l'encourager, elle qui vient de lui avouer qu'elle l'a toujours trouvé " incroyablement moche " (sic)

En conséquence, Karlmann se retrouvera relégué en son rôle habituel, c'est à dire au second plan et Lette transformé en Apollon se produira un peu partout ne tardant pas à avoir une armée de femmes émerveillées et disponibles à ses basques.

Là, je vous laisse découvrir la suite et ses conséquences.

 

Eros-L.M.jpg



Guillaume Marquet qui joue le rôle de Lette, en dehors de l'épisode durant lequel il est converti en momie ne fera pas preuve d'une grande transformation physique mais sa transformation mentale elle, sera évidente.

Nathale Jeannet sa tendre épouse se transformera en septuagénaire relookée et lubrique de même qu'elle symbolisera toutes les conquêtes à venir de ce tout nouveau Don Juan.

Raphaël Tschudi sera successivement Karlmann ( l'assistant qui attend sa revanche ) également, le fils homosexuel de la vieille dame indigne et heureuse de l'être, qui grâce à ce même chirurgien paraît la moitié de son âge.

Enfin Gilles Tschudi est le patron tyrannique de Lette ainsi que le non moins tyrannique chirurgien qui grisé par le résultat fabriquera des clones à la chaîne.

La mise en scène réalisée par Nathalie Sandoz procure la note indispensable de drôlerie permettant à ce texte âpre au possible de nous distraire malgré tout.
Car si l'on veut bien réfléchir au problème, ce monde là existe bel et bien, hélas.
L'argent et le Pouvoir qu'il engendre régissent notre monde.

Le processus d'aliénation qui en découle entraîne certains aux limites de la folie. Cette pièce a donc valeur d'électrochoc.

Rassurez-vous, la fin sera plus " soft " puisque dérivant vers un narcissisme consolateur … ( ceci pour ceux qui redouteraient le miroir tendu par l'auteur.)

Ultime précision : quelques uns, habituellement mal dans leur peau le seront sans nul doute beaucoup moins après avoir vu cette pièce.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

21:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

08/01/2017

Annonce : " Le moche " de Marius von Mayenburg

 

 

http://www.theatre-latalante.com/

08:34 Publié dans Annonces | Lien permanent

05/01/2017

NEVROTIK-HOTEL

Bouffes-Nord-h.jpg

 

 

THEATRE DES BOUFFES

DU NORD

 

37 (bis) boulevard de la Chapelle

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° La Chapelle)

 

 

Loc. 01 46 07 34 50

 

http://www.bouffesdunord.com/

 

Pl. de 14 à 30€

 

Du mardi 3 au dimanche 8 Janvier 2017

 

Du mardi au samedi à 20h30

 

Matinée le dimanche à 16h

 

 

Mise en scène : Michel FAU

 

Trame et dialogues : Christian SIMEON

 

avec Michel FAU et Antoine KAHANE

 

Chansons : Michel RIVGAUCHE, Julie DAROY, Pascal BONAFOUX, Jean-François DENIAU, Christian SIMEON, Hélène VACARESCO, Claude DELECLUSE et Michelle SENLIS

 

Musique : Jean-Pierre STORA

 

avec Mathieu EL FASSI au piano, Laurent DERACHE à l'accordéon et Lionel ALLEMAND au violoncelle.

 

M.Fau-A.Kahan.jpg

 

 

- Il s'en passe de belles, dans certains hôtels ! .

Ceci pour illustrer les rimes faciles dont Michel Fau use et abuse au fil du répertoire qu'il entonne à la recherche d'un amour perdu sur fond de décor-bonbonnière conçu de travers mais avec esprit par Emmanuel Charles.

Tout ce récital sera décliné en rose et vert, symbolisant l'amour et l'increvable espoir qu'une dame d'âge mûr entretient à grand renfort de pourboires ...

Rencontre percutante et hautement imaginative entre Lady Margareth ( Michel Fau, en vrai … ) et un gracile groom tout de rose vêtu, répondant au doux nom d'Antoine - ce qui tombe bien puisque l'interprète se nomme Antoine Kahan - lequel sera surnommé Boy pour les besoins de la cause.

Si je précise que la trame de ce spectacle et les dialogues ont été conçus par Christian Siméon, vous saurez immédiatement qu'aisance et fluidité sont bien au rendez-vous.

Juchée sur des talons de 7 cm - au moins - le corsage amplement rembourré, la crinière blonde, les faux-cils aussi palpitants que son coeur, la plantureuse créature fait le siège de sa victime hésitante puis progressivement gagnée par de tels arguments.

Quinze chansons figurent au répertoire, dont sept ont été écrites par Michel Rivgauche et si cette fois, nous ne sommes pas " emportés par la foule " nous le serons indubitablement par ce duo.

Trois talentueux musiciens accompagnent le couple tout au long de cette aventure dont je me garde bien de vous fournir le détail car il serait criminel de ne pas vous en laisser la découverte pleine et entière.

Ce Névrotik Hôtel n'étant programmé que jusqu'au 8 janvier, courez-y vite et si comme ils le chantent : " on a chacun, tu le sais bien, chacun sa limonade " c'est ici du petit lait que vous allez déguster ( aromatisé à la fraise, bien sûr) !




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

 

 

14:44 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

01/01/2017

Que 2017 soit l'année du théâtre !

 

2017.jpg

10:55 | Lien permanent