Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2016

La chambre de Milena texte de Filip Forgeau

Atalante.jpg

 

 

Théâtre de l'Atalante

 

10, Place Charles Dullin

 

75018 PARIS

 

 

(M° Anvers)

 

Loc. 01 46 06 11 90

 

Pl. 20€ - T.R. 8 à 15€

 

http://www.theatre-latalante.com/

 

A 20h30, mercredi, Vendredi, lundi

 

à 19h, jeudi & samedi

 

à 17h. le dimanche

 

 

Du 5 au 22 FEVRIER 2016

 

 

Texte et mise en scène : Filip Forgeau

 

avec Soizic Gourvil

 

et la voix de Daniel Mesguich

 

La-chambre-Milena.jpg

 

Il est rare que les jeunes filles ne rêvent d'un prince charmant. Pour Milena, c'est Franz qui à ses yeux, incarne ce personnage mythique.

 

Nous la découvrons engageant un dialogue imaginaire avec lui. Pour l'amoureuse éperdue la distance n'existe pas, ni le Temps, vie et mort font partie de la même éternité.

 

La jeune femme rêve enfouie sous sa couette couleur de passion. Cette chambre sera donc l'écrin de ce dialogue imaginaire … L'endroit est apparemment situé dans ce que l'on appelait jadis " les combles " car une fuite venue de la toiture égrène les gouttes de pluie dans une bassine, telle une horloge dont les minutes tombent une à une inexorablement.

 

A l'intérieur, la paix règne encore mais dehors ? … la guerre approche et parfois un avion déchire le ciel, porteur de menaces qui se veulent de plus en plus précises. Car cette rêveuse a plus que tout autre le sens des réalités. " Rien n'a jamais été gratuit et rien n'a jamais coûté autant de sang que la liberté des hommes " dira t-elle.

 

Si romanesque soit-il, l'échange qu'elle entretient avec Franz constitue également un bilan de la situation. L'état du monde est rarement au beau fixe et à cette époque, encore moins !

 

Avec la légèreté d'un oiseau, Solzic Gourvil de sa voix claire évoque ces temps maudits tandis que la tranquillisante, chaude et sensuelle voix de Daniel Mesguich lui donne la réplique.

 

Milena  Jesenskà fut un temps la traductrice de Kafka pour lequel elle brûlait d'un amour passionné. L'Histoire commet souvent des injustices car elle n'a peut-être pas - sans doute même - la notoriété qu'elle mérite. Disons que Max Brod lui a fait écran. Ce sont hélas des choses qui arrivent ...

 

Franz Kafka disparaîtra en 1924 tandis que Milena Jesenskà lui survivra durant 20 longues années de lutte intense pour finir ses jours bien trop tôt à Ravensbrück. (elle n'avait que 48 ans) 

 

Filip Forgeau vient de les réunir en plaçant cette femme exceptionnelle en pleine lumière afin que justice lui soit rendue.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

16:08 Publié dans THEATRE | Lien permanent

07/02/2016

Poignard de Roberto Alvim

poignard-h.jpg

 

Théâtre de Belle Ville

 

94, rue du Faubourg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Goncourt ou Belleville)

 

loc. 01 48 06 72 34

 

Pl. de 10 à 25€

 

http://www.theatredebelleville.com/

 

A 21h15 du mercredi au samedi

 

Dimanche à 20h30

 

du 27 JANVIER au 14 FEVRIER 2016

 

 

Mise en scène : Alexis Lameda-Waksmann

 

 

 

avec : Adrien Gamba-Gontard, Benjamin Tholozan, Majid Chikh-Miloud, Célia Catalifo, Rachel André, Julien Urrutia, Guillaume Perez & Claire Lemaire.

 

Poignard.jpg

 

 

M.I.A.O.U !  ( cri du chat qui se mord la queue ) -

 

C'est également le nom de la compagnie théâtrale qui nous propose ce " POIGNARD " ajoutant en sous-titre à la pièce : " Il faut parfois se servir d'un poignard pour se frayer un chemin " ( sic )

 

J'ai surtout eu l'impression que cette bande de joyeux drilles utilise volontiers vidéos et micros pour faire passer le message mais c'est dans l'air du temps, allez vous dire ? ...

 

Le thème - lui aussi - est d'actualité ( hélas ) puisqu'il est question de terrorisme et de manipulation émanant du Pouvoir en place. Or ce n'est pas nouveau, nous avons connu Action Directe, la Bande à Baader, les Brigades Rouges et tous ces mouvements inspirés par une idéologie radicale ont fini de manière identique.

 

Eternelle histoire du pot de terre s'opposant au pot de fer ! Les dés sont par avance pipés. Il faut donc une grande naïveté pour se lancer en pareille entreprise or les illusions ont la vie dure.

 

Une promesse de célébrité ? ... Il n'en faut pas plus pour vendre son âme au diable ! Cela aussi n'est pas nouveau.

 

Quand la pièce commence avec en fond sonore un patchwork d'enregistrements destinés à nous plonger dans l'action, les acteurs effectuent ( en direct ) des exercices d'assouplissements, un peu à la façon dont les chanteurs d'opéra se chauffent la voix avant de monter sur scène.

 

" Nous avons besoin d'un nouvel ennemi " déclarera l'un de ceux qui détiennent le Pouvoir et veulent à tout prix le conserver. Cynique mais bien observé car lorsque les ennemis n'existent pas on les invente, on en crée de toutes pièces avec la ferme intention de les éradiquer le moment venu.

Forcément alors, ce que l'on désigne sous le terme de " dégâts collatéraux " risque de répondre " présent "  à l'appel ! 

 

C'est ainsi qu'un père un peu trop machiavélique devra faire le deuil de sa fille qui, sans ses manigances aurait peut-être continué à vivre ?

Du moins, un peu plus longtemps ...

 

Vous l'avez compris, la pièce constitue un réel coup de poignard donné aux consciences. ( à supposer que les hommes politiques en aient une : ce dont il est permis de douter.)

 

face-a-face.jpg

Bien que constituant un formidable " fourre-tout "

( là, je pense plus précisément à cette scène de télé-réalité ) cette pièce est à voir, car son but est bien de dessiller nos yeux, nous qui trop souvent préférons ne rien voir, ne rien entendre et surtout ne rien comprendre afin de poursuivre notre chemin en toute quiétude.

 

Si vous êtes intéressés, faites-vite car le spectacle n'est programmé que jusqu'au 14 février.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

02/02/2016

Le journal d'un fou de Nicolaï Gogol

aff.gogol.jpg

 

 

GUICHET MONTPARNASSE

 

15, rue du Maine

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

 

loc. 01 43 27 88 61

 

http://www.guichetmontparnasse.com/

 

Pl. 10€ - T.R. 15€

 

A 20h30 : vendredi & samedi

 

A 16h30 le dimanche

 

jusqu'au : 20 MARS 2016

 

Mise en scène : Bruno DAIROU

 

avec Antoine ROBINET

 

 

Antoine-R.jpg

 

Chez tout diariste impénitent, un fou sommeille et pourrait bien se réveiller un jour.

Inadaptation à la vie, à son métier, à son époque ? ... En ce cas, l'écriture sert d'exutoire ( de garde-fou précisément ) mais elle peut aussi devenir le toboggan sur lequel l'esprit dévale ! ...

 

La solitude fait parfois voir des choses qui n'existent pas comme ces oasis surgissant aux yeux de l'égaré dans le désert. L'homme repu de silence finit par entendre les chiens parler le langage humain.

 

Cet obscur petit employé de l'administration tsariste baptisé pompeusement " conseillé titulaire " alors qu'il passe le plus clair de son temps à tailler des plumes d'oie, en est arrivé là.

Le bureau de son supérieur hiérarchique est envahi de livres rédigés en français ou en allemand, ce qui l'impressionne beaucoup. En outre, il est tombé amoureux de la fille de ce dernier laquelle semble ne pas le voir, ce qui parachève la cruauté de son état.

 

Homme jeune en toute possession de ses moyens physiques et a priori ( … ) intellectuels, il sait que son existence est d'ores-et-déjà ratée, faute d'avoir eu un bon départ. Ses vêtements sont usés jusqu'à la trame et bien entendu, il est toujours célibataire.

 

Certains, frustrés, mécontents de leur sort, bâtissent pour se consoler des châteaux en Espagne, lui, va carrément se prendre pour l'héritier du trône ce qui débouchera sur d'irrémédiables conséquences ... mais quel beau rôle pour un comédien !

 

Antoine Robinet prend la gestion de son personnage à bras le corps. Tantôt raisonneur, faussement calme, parfois emporté mais jamais résigné il nous fait découvrir les méandres de cet être malmené par le Destin.

 

Au rythme du texte vient parfois s'ajouter une bande son qui souligne les rebondissements imprévisibles de l'esprit. Une envoûtante slavitude s'installera au moment où nous entendrons cette chanteuse russe dont l'intervention est tout à la fois discrète, en contrepoint mais bouleversante.

 

Ce monologue est à découvrir ou revoir, ce que je fis

( bis repetita placent : " il faut profiter des bonnes choses et reprendre de ce qu'on aime " ) aussi allez-y nombreux car interprète

( Antoine Robinet ) et metteur en scène

( Bruno Dairou ) le méritent bien.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

13:36 Publié dans THEATRE | Lien permanent