Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2021

l'édito de Benoît Lavigne

 

 

 

Le Lucernaire est en détresse respiratoire.

 

Louis Jouvet disait, « rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, de plus nécessaire que le théâtre » et que celui-ci, « rend aux hommes la tendresse humaine », plus que jamais ces mots sont d’actualité.

 

Depuis novembre nos théâtres et plus généralement l’ensemble de nos lieux culturels sont à l’arrêt. Ces lieux fantômes, sans artistes et sans public attendent…


Aucun horizon, aucune perspective, aucun calendrier de reprise ne nous sont proposés par nos tutelles. Nous devons donc attendre des jours meilleurs : que la vaccination produise ses effets, que l’épidémie régresse et que les hôpitaux et les services de réanimation ne soient plus sous tension.

 

La Culture, pour ce gouvernement, n’est pas essentielle car la décision de fermer les établissements culturels est avant tout une décision politique et non une mesure de protection sanitaire : il y a moins de risque à se rendre dans un théâtre, un cinéma ou au musée que d’aller dans un supermarché ou de voyager dans un train bondé.

 

Comment réagir ? Que faire aujourd’hui face à cette iniquité et à l’incertitude à laquelle nous sommes confrontés ?

 

Notre désir aujourd’hui est plus que jamais de rejouer, de recevoir au plus vite notre public et de le faire dans les meilleures conditions de sécurité sanitaires possibles mais sans des contraintes telles qu’un couvre-feu ou un passeport vaccinal qui rendraient toute reprise trop contraignante.


 
Malgré notre fermeture, l’école d'art dramatique du Lucernaire continue de fonctionner tout en respectant scrupuleusement les protocoles sanitaires et en permettant ainsi chaque jour au théâtre de continuer à vivre dans nos murs afin que la voix des poètes résonne sur nos scènes. 

 

Nous avons entrepris des travaux pour embellir le restaurant et différents espaces du lieu, pour le rendre plus agréable et chaleureux. Les équipes administratives travaillent à atténuer nos difficultés économiques. Nous continuons à garder le lien, via les réseaux sociaux, avec nos fidèles spectateurs qui nous manquent tant.
Bref, nous survivons en attendant des jours meilleurs….


 
Les théâtres, les musées, les cinémas, les salles de concerts, tous les arts mais aussi les restaurants et les bars doivent maintenant, rapidement et librement, retrouver leur place au cœur de notre société car ils nous sont indispensables pour vivre.


 
Le Lucernaire, lieu de culture et de l’art de vivre par excellence, n’a qu’un souhait, celui de bientôt vous retrouver.


 
Benoît Lavigne

 

 

 

lucernaire-logo-1592594250.jpg

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

Tél. 01 45 44 57 34


 

 

13:28 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.