Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2020

UN ESPOIR, les trois reflets d'une adoption de Wendy Beckett

logo.jpg

 

ATHENNE THEATRE

LOUIS JOUVET

 

7, rue Boudreau

 

Square de l'Opéra

Louis Jouvet

 

75009 PARIS

 

( M° Opéra )

 

LOC. O1 40 03 72 23

 

https://www.athenee-theatre.com/

 

Mardi à 19h

 

Mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20h

 

 

du 4 au 20 MARS 2020

 

 

Ecrit et mis en scène par Wendy BECKETT

 

 

Traduction : Dominique HOLLIER

 

avec Hélène BABU, Christine GAGNEPAIN et Rebecca WILLIAMS

 

 

 

La perfection est-elle concevable en ce monde ? …

Nous croyons tous faire de notre mieux avec les moyens du moment.

 


Peut-on blâmer cette femme qui a eu un enfant trop tôt et n’a pu l’élever ?  Elle traînera cette culpabilité sa vie durant.

Au moins n’a t’elle pas recouru à une «  faiseuse d’ange «  !

 

Ensuite, il a fallu se reconstruire, créer un semblant d’ordre au moyen de ce puzzle désarticulé.

 

Harpie-poubelle.jpg

 

Quelque part - ailleurs - une autre a pris le relais, remplaçant la mère biologique tout en se reconstruisant elle-même aussi. Deux situations problématiques avec l’enfant devenue adolescente, laquelle n'a que trop tendance à éprouver un sentiment de manque, en dépit de tout ce qui lui est fourni.

 

Voici donc trois portraits de femmes, trois caractères féminins que le Sort n’a pas épargné.

 

Minette ( Hélène Babu ) est une splendide quadragénaire qui vit avec cette fillette adoptée. On comprend qu’elle n’a jamais pu engendrer et qu’elle continue à chercher l’homme idéal sans parvenir à le trouver.

 

Minette.jpg

 

Afin de gagner sa vie et celle de la jeune fille, elle invente des modèles de robes qu’elle réalise elle-même. Ensuite pour s’étourdir, elle sort le soir ( trop souvent ) avec l’ami du moment, au grand dam de Deidre ( Rebecca Williams ) qui cherche à la retenir auprès d’elle, se sentant abandonnée et jalousant ces sorties.

 

Un personnage fantomatique va ponctuellement ( pour nous ) faire son apparition, ayant troqué son nom initial pour celui pour le moins inquiétant de Harpie. Elle fouille alors dans la poubelle de ses souvenirs … Elle envoie des lettres aussi, tant à Minette qu’à Deidre, perturbant l’une et l’autre par ses interventions.

 

missive.jpg

 

Mère et fille sont souvent en conflit et ici le problème est triangulaire bien que l’une des deux adultes soit absente.

 

Comme toujours, Wendy Beckett excelle à brosser les caractères, à analyser les situations, à flirter avec l’étrange, le presque fantastique, parfois ...
Ce drame car c’en est un, nous prend littéralement aux tripes. L’auteure saura habilement convoquer conciliation et sérénité le moment venu.

 

entente.jpg

( photos : Julian Villalba )

 

 

Une fois la pièce terminée, les personnages ne nous auront pas quittés et nous accompagneront encore longtemps …

 

C’est la troisième fois que cette auteure est jouée en ce lieu, mise en scène par elle-même et il convient de féliciter L’Athénée Théâtre de ce choix.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

15:34 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.