Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2020

Le K de Dino BUZZATI

aff.Le-K.jpg

 

 

THEATRE RIVE GAUCHE

 

6, Rue de la Gaité

 

75014 PARIS

 

 

( M° Edgar Quinet ou Gaité )

 

LOC. 01 43 35 32 31

 

Pl. 25€

 

https://www.theatre-rive-gauche.com/

 

du mercredi au samedi à 19h

 

dimanche à 17h30

 

Adaptation et mise en scène,

 

Grégori BAQUET et Xavier JAILLARD

 

avec : Grégori BAQUET

 

Le-K.jpg

 

 

Si quelqu’un prononce devant vous le nom de Dino Buzzati vous allez sans nul doute faire mention de la référence la plus connue à savoir : «  Le désert des Tartares «  soit parce que vous avez lu le livre ou bien vu le film et pourquoi pas, les deux ?

 

Cet auteur fut tout d’abord journaliste au Corriere della Sera où on lui confia dans un premier temps la rubrique des chiens écrasés expérience rapidement suivie de reportages où sa forme d’expression dénota un goût marqué pour le bizarre en une sorte de «  réalisme magique « 

 

D’évidence un écrivain et non des moindres était né.

 

Cette expérience journalistique lui avait donné le goût de l’expression aussi précise que rapide, portée par un sens de l’observation non dénué de profonde réflexion.

 

perplexe.jpg

 

Le K est un recueil de nouvelles composé de courts récits où l’humour recouvre un évident fatalisme. N’est-ce pas en effet, ce même Dino Buzzati qui écrivit, ?

 

- «  Dieu qui n’existe pas, je t’implore  « ...

 

Certains critiques ont parfois comparé son mode d’expression à celui de Kafka ( en moins sombre car moins hermétique ) Et d’évidence, le K le poursuivait !

 

Sur scène précisément, cette lettre énorme et majuscule constitue l’unique élément de décor dont Grégori Baquet se sert habilement tout au long de son «  seul en scène « 

 

G.Baquet.jpg

( photos : Fabienne RAPPENEAU )

 

 

La mort sera certes évoquée mais sans dramatisation réelle car puisque l’on ne peut rien contre l’inéluctable : autant faire avec ! Ainsi, le temps qui passe servira t’il de support -bien qu’éphémère - à la création artistique, à l’amour, aux honneurs plus ou moins dérisoires et à tout ce qui constitue le cours d’une existence …

 

Les récits se succèdent avec une fluidité incroyable, portés par un comédien qui engendre d’emblée la sympathie et dont le talent nous fait accéder à cet univers dont l’issue est certes, connue de tous mais non dénué de poésie arrachée au sort car l’auteur s’exprimait de façon nette, lucide et parcourue de luxuriances imaginatives.

 

Puisque Dieu est parfois convoqué par l’auteur, gageons que de là où il est Maurice Baquet se félicite en son éventuelle compagnie d’avoir engendré Anne et Grégori créant ainsi une dynastie artistique dont il ne peut que s’enorgueillir.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

11:36 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.