Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2019

La légende du saint buveur de Joseph Roth

aff.st-buveur.jpg

 

 

ARTISTIC THEATRE

 

45, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Voltaire )

 

LOC. 01 43 56 38 32

 

Pl. 30€ - T.R. 25 & 15€

 

https://artistictheatre.com/

 

mardi : 20h30

mercredi & jeudi : 19h

vendredi : 20h30

samedi : 18 & 20h30

dimanche : 17h

 

Traduction : Sylviane Bernard-Gresh

 

 

par Arnaud Simon

 

Le st-buveur.jpg

 

 

Ce n'est certes pas par hasard si Geza von Cziffra a écrit une biographie intitulée : " Joseph Roth, le saint buveur " car les similitudes concernant l'auteur en question et son personnage sont nombreuses.

 

En effet, Joseph Roth devait finir sa courte vie ( 45 ans ) le 27 Mai 1939 à l'hôpital Necker des suites d'une crise de delirium tremens.


Ce poète exilé, ami de Stephan Zweig, auteur de la superbe et célèbre " Marche de Radetzky " était un être pétri de contradictions.

 

N'a t'il pas écrit ? ...

 

- " quant à moi, je suis un catholique convaincu, mon judaïsme est à peu près ce qu'un problème métaphysique est pour un rabbin hassidique : très au dessus de ce qui arrive aux Juifs."



Comprenne qui veut  ...

 

Son héros, Andréas, vit sous les ponts de Paris ce qui malheureusement est d'une cruelle actualité.

 

Un jour, il va rencontrer un mystérieux homme élégant qui lui fera don de 200 fr et comme il déclare à ce dernier qu'il est un homme d'honneur et entend le rembourser un jour, celui-ci lui suggèrera de déposer la somme - quand il le pourra - en l'église Ste-Marie-des-Batignolles où se trouve une statue de Ste-Thérèse-de-Lisieux.

 

Mais n' a t'on pas coutume de dire,

- " promesse d'ivrogne " ! …

 

café.jpg



Andréas en possession de cette somme va bien entendu se croire riche, ce qui lui égayera le gosier et de ce fait collectionnera allègrement les péripéties qui l'amèneront à épuiser la somme en question.

 

Puis comme le destin semble curieusement le protéger, plusieurs fois, cette somme providentielle tombera de nouveau, comme une manne céleste, sur lui.

 

Il reprendra alors le chemin de l'église mais se perdra bien entendu en route, à diverses reprises …

 

Arnaud Simon campe cet être sympathique en diable " ni ange, ni vaurien " lequel collectionne les petits miracles tout au long d'un destin pourtant peu favorable.

 

LLSB-solo.jpg

( photos : Marion Duhamel )

 

 

C'est ainsi qu'Andréas retrouvera d'anciennes connaissances en compagnie desquelles il refera un bout de chemin mais ce personnage touché sinon par la grâce, du moins par l'espoir, ne pourra hélas, éviter la pente fatale.

 

Ne croyez surtout pas que ce texte est sombre car en dépit de ses travers, le personnage reste lumineux à l'image de ceux qui conservent l'espérance en un ailleurs peut-être plus clément ?

 

C'est donc un très beau récit que l'on prend plaisir à entendre en dépit d'une gestuelle un peu répétitive or ayant assisté à ce monologue le soir de la première, la prestation du comédien devrait n'en doutons pas, s'améliorer de jour en jour.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:40 Publié dans THEATRE | Lien permanent

04/12/2019

TROIS FEMMES ( l'échappée ) de Catherine ANNE

aff.3femmes.jpg

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame

des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

 

du mardi au samedi à 19h

dimanche à 16h

 

Texte et mise en scène : Catherine ANNE

 

 

avec : Catherine HIEGEL, Clotilde MOLLET

et Milena CSERGO

 

 

3femmes-Bellamy.jpg

( photo : Bellamy )

 

 

Le Lucernaire, toujours aventurier, toujours à l’affût de la création donne à applaudir dans la Salle Rouge de son théâtre une pièce de Catherine Anne , qui la met également en scène, intitulée,

« Trois femmes ( l’échappée) ».


Ce deuxième élément du titre ne manque pas de retenir l’attention car qui s’échappe de la jeune femme , assez peu sympathique au demeurant, arriviste ayant plus de malices que de moyens, plus d’exigence que d’ambition et moins d’empathie que d’intérêts, ou de la grande bourgeoise qui vit l’hiver de son existence ?

 

Cette dernière, dont le rôle est tenu par l’immense et toujours surprenante Catherine Hiégel, qui nous ferait aller au théâtre sur les mains, dame fort riche, veuve et coupée de sa famille réduite à une fille qui la bat froid et une petite fille absente, va reporter son affection et son reste d’énergie sur une jeune femme qui se trouve être la fille de son assistante de vie, interprétée par une Clotilde Mollet tout en délicatesse, en retrait , chargée d’une vie emplie de tristesses et de désarroi, de misère digne et de renoncements successifs, feignant ( ou pas… ) de la prendre pour sa petite fille.

 

3femmes.V.Tonelli.jpg

( photo : Victor Tonelli )

 

C’est là l’un des grands intérêts de ce texte : cette dame a-t-elle oublié des pans de sa vie, ou des visages, est-elle sur ces rivages que la mémoire déserte ou transforme, ou joue-t-elle un jeu pour se rassurer, pour être de nouveau considérée non comme un objet de soins, mais comme une personne réelle, vivante, aimée et aimable ?

 

Toute la force de ce texte est dans le personnage de cette bourgeoise généreuse et affranchie des codes comme des conventions de son monde, par la situation, la fortune, les années.

 

En revanche, les parties dévolues à la jeune femme, ses propos sont plus faibles, le discours est moins convaincant, plus artificiel, et au final font de ce personnage un être manipulateur et assez détestable.

 

L’arrivée non désirée de cette auxiliaire de vie, dont la vie est auxiliaire, accessoire, tant elle ne semble pas être vraiment de ce monde, ayant un côté empathique , mais de cette empathie un peu fausse, très travaillée, apprise dans le cadre de formations, respectant des règles de politesse, de courtoisie et , ici, de déférence même, ce que la grande bourgeoise moque et repousse, cette arrivée va être plus riche de conséquences que ce que ce phénomène banal peut augurer.

 

Certes on peut voir dans cette délégation du soin de ses parents à un tiers une manière de mise à l’écart, pour ne pas voir, une façon de confier à des mains mercenaires- ce qui est d’emblée signalé - la vie, ( la vie !:  « si tu crois que ma vie est une existence, et si tu crois que mon existence est une vie », fait dire Jacques Prévert à ses personnages in Hôtel du Nord …) des personnes âgées, les confinant dans une solitude plus grande encore puisqu’elles doivent faire connaissance, s’habituer puis tenter de trouver des liens avec des étrangers, des étrangères.

 

3femmes-V.Tonelli.jpg

( photo : Victor Tonelli )

 

 

Le désarroi de cette dame est une évidence, mais elle vit, dignement, sans regret, sans acrimonie réelle, constatant ses échecs et ne pouvant les expliquer, envisageant ses déceptions ; à un autre niveau et pour d’autres raisons, son auxiliaire de vie est de la même farine. Et toutes les deux continuent de tenter d’avancer dans leurs vies, tenant en faire le meilleur usage possible.

 

On ne peut que vous conseiller d’aller assister à cet échanges de trois destinées, ce croisement de chemins, ces trois générations de femmes qui sous nos yeux, continuent d’affirmer la force et la résistance de la chaîne de l’humanité.

 

© Frédéric ARNOUX

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

14:34 Publié dans THEATRE | Lien permanent

02/12/2019

Beginning de David Eldridge

aff.Beginning.jpg

 

 

STUDIO HEBERTOT

 

78 bis, boulevard des Batignolles

 

75017 PARIS

 

 

 

(M° Villiers )

 

LOC. 01 42 93 13 04

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

https://www.studiohebertot.com/

 

Jeudi, 19h

Vendredi & Samedi, 21h

Dimanche à 15H

 

 

Pièce créée au National Théâtre de Londres

 

Mise en scène : Gaspard Legendre

 

avec : Caroline Aïn et Aurélien Mallard

 

duo.jpg

 

 

L'action se déroule dans le nouvel appartement de Laura où vient d'avoir lieu la pendaison de crémaillère. ( soirée très arrosée ) Tous les invités sont repartis sauf un : Danny, lequel n'a cessé de regarder fixement la maîtresse des lieux.

 

Le copain qui l'avait amené est reparti sans lui mais non sans arrières-pensées, lui suggérant d'appeler un taxi quand il le jugerait utile ... ( ou pas )

 

Or celui qui reste est assez emprunté, ne sachant quelle attitude adopter. Il parle sans cesse de s'en aller mais reste là.

 

Intriguée et même plus que cela, Laura va tenter de briser la glace pour devenir de plus en plus aguicheuse voire entreprenante. Il faut bien que l'un des deux fasse le premier pas !  A mesure qu'elle avance, lui recule et se referme.

 

Ils vont échanger des banalités, chacun cherchant en catimini à en savoir plus sur l'autre et chacun se méfie de cet autre, tout en étant visiblement attiré par lui - ou elle -


Ce petit jeu du chat et de la souris s'effectue sur le fil du rasoir. La femme est trop directe, lui pas assez.

 

A tout moment on frise la rupture. C'est ainsi que Danny la traitera successivement de pute (sic) et ensuite pour se faire pardonner, la nommera sans plus de nuances,

" ma puce " ...

 

Asespieds.jpg

 

Chacun peine à utiliser le bon langage et trouver le ton juste.  Pas les comédiens bien sûr mais leurs personnages.



Il n'est pas évident quand on approche la quarantaine de repartir à zéro.
De toute évidence, Laura joue ici son va-tout tandis que Danny quelque peu pris au piège, freine des quatre fers !

 

Certains prétendent que la vie est un éternel recommencement et que tout du long les mêmes erreurs se reproduisent d'où les craintes de chacun.
Comment savoir après un échec si cette fois-ci est la bonne ? On dit souvent que " ce que femme veut, Dieu le veut " et Laura s'emploie à le prouver.

 

Devinez comment tout cela finira ? …

 

Approche.jpg

 

David Eldridge a très curieusement réussi à nous imposer son rythme évolutif.

 

En début de pièce nous ne savons s'il faut nous attendrir ou mépriser les maladresses de cet homme " coincé à mort " ; s'il convient ou non de nous indigner des hardiesses de cette femme qui n'a décidément pas froid aux yeux et peu à peu leur progression deviendra nôtre de façon quasi fusionnelle.

 

Ce duo de comédien correspond parfaitement aux personnages, à l'esprit de l'époque actuelle, la mise en scène est habile et le texte qui au départ pouvait sembler déroutant devient de plus en plus crédible à mesure que l'action évolue. Donc, à ne pas manquer !

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

13:02 Publié dans THEATRE | Lien permanent