Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2019

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

aff.ds-les-forets.jpg

 

 

 

 

THEATRE de la HUCHETTE

 

23, Rue de la Huchette

 

75005 PARIS

 

 

(M° St-Michel)

 

LOC. 01 43 26 38 99

 

Pl.26€ -25 ans : 18€

 

http://www.theatre-huchette.com/

 

du mardi au vendredi à 21h

samedi à 16h

également à 21h à partir du 7 décembre ...

 

 

mise en scène et jeu : William MESGUISCH

 

William-Mesguich.jpg

( photo : LOT )

 

 

Sylvain Tesson a voulu rompre un temps ( six longs mois quand même ! ) avec l'agitation des villes. Il s'est donc installé dans une cabane sibérienne située en bordure du lac Baïkal. Pour aborder l'épreuve, il a choisi la période la plus rigoureuse, entendez février, là où le thermomètre descend à moins trente degrés !

 

L'habitation construite en rondins mesure 3 mètres sur 3, possède un poêle en fonte qui deviendra l'axe du monde autour duquel la vie devra s'organiser. Un lit à une place, une table collée à la fenêtre comme le font les slaves qui peuvent rester ainsi durant des heures, le regard rivé aux carreaux, ce qui n'est pas plus bête que de faire de même face à une télé.

 

De nombreux livres ont été emportés, précisément ceux que l'agitation de la ville condamnait à la procrastination et qui n'auraient peut-être jamais été lus sans cela ?

( Le plaisir de lire sans interruption étant rarement un luxe de citadin.)

 

Dix boites de paracétamol attendent le moment où leur rôle sera de contrer les effets de la vodka dont un important stock a été constitué.

Tolstoï préconisait quatre heures de travaux par jour afin d'être en mesure d'affronter les éléments et le poêle est vorace de rondins, il y a donc de quoi s'occuper.

 

Il faut exactement cinq heures pour rejoindre l'habitation la plus proche mais sur notre terre bruyante et surpeuplée, un tel havre de paix peut faire figure d'Eldorado !


La solitude est une reconquête qui justifie la jouissance des choses et une page blanche peut ainsi s'ouvrir à disposition, chaque jour.

 

Seul inconvénient, le lieu d'aisance est à 50 mètres de la cabane et par un froid sibérien : mieux vaut faire vite !

 

Parfois un ours rode à proximité mais pas question de le tuer, une fusée éclairante devrait suffire à l'éloigner ; il est chez lui, après tout. Sans ordinateur, la pensée se refait une virginité et le thé brûlant aide la survenue des réflexions.

 

Quand au bout de quelques mois les réserves de nourritures seront épuisées, il conviendra de creuser un trou dans la glace afin de pêcher les quelques poissons qui voudront bien se laisser attraper et constituer ainsi une sobriété luxueuse  ( sic ) améliorée par la combustion de quelques cigares, cet encens profane ...

 

Une mésange viendra parfois en visite, illuminant ainsi l'après-midi.

 

Bien sûr, l'ermite ne restera pas toujours enfermé, il décidera d'aller rendre visite à Volodia le garde-chasse dont l'isba est située à 15 km de là tout au nord. Il chaussera alors ces indispensables crampons et prendra résolument la route, face au vent.

 

D'autres fois des visiteurs viendront sans prévenir, pénétrant brusquement dans le lieu où des orgies de vodka seront de mise. C'est la coutume de bienvenue ...



William Mesguich nous prouve si besoin était que cette forme d'expression ( le monologue ) ne se justifie que par l'excellence. Sa parole est claire, l'intention précise et il n'est certes plus besoin de faire l'éloge de son indéniable présence scénique. Sylvain Tesson ne pouvait donc rêver meilleur interprète.

 

S'isoler dans le froid sibérien n'est pas à la portée de tout le monde. Le théâtre de La Huchette nous en offre la possibilité ( virtuelle bien sûr et bien au chaud ) alors si vous rêvez de grands espaces, très paradoxalement ce petit lieu grâce au double talent de l'auteur et du comédien vous en fournira la superbe illusion.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

09:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.