Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2019

LOOKING FOR BEETHOVEN de et par Pascal AMOYEL

aff.Looking-Beethoven.jpg

 

 

RANELAGH

 

5, rue des Vignes

 

 

75016 PARIS

 

 

(M° La Muette)

 

LOC. 01 42 88 64 44

 

Pl. de 10 à 35€

 

https://www.theatre-ranelagh.com/

 

du mercredi au samedi à 20h45

 

dimanche à 17h

 

( Relâches les 25 décembre & 1er Janvier )

 

représentation supplémentaire exceptionnelle,

le mardi 31 décembre à 20h45

 

Mise en scène : Christian FROMONT

 

avec : Pascal AMOYEL

 

Beethoven-1.jpg

 

 

Dans une mise en scène de Christian Fromont, discrète, épurée, sobre et sous des lumières intelligentes et explicites de Philippe Séon, Pascal Amoyel nous livre au Théâtre du Ranelagh son dernier opus scénique intitulé « Looking for Beethoven ».

 


Ce n’est pas un seul en scène, car sur le plateau, ils sont trois : l’auteur-interprète, Pascal Amoyel donc, Ludwig van Beethoven et le piano. Ces trois- là sont indissociables.

 

Le titre peut paraître être bizarre, il ne l’est pas, car c’est une véritable introspection à laquelle se livre Amoyel qui est à la fois lui-même, le pianiste de renom multi-récompensé, et le malheureux Beethoven, enfant maltraité, jeune homme égaré et homme isolé, et dont la solitude semble avoir contribué à pousser son génie dans ses retranchements.

 

A6.jpg

 

Nous n’apprendrons rien à personne en rappelant que dès 27 ans, Beethoven est frappé de surdité, ce handicap isolant qui coupe du monde celui qui en est atteint, et pourtant il continue de composer, durant les trente ans qu’il lui reste de vivre.

 

Beethoven, c’est une sorte de courroie, un lien, un passage mais un passage obligé, qui force à l’attention et au respect, entre la musique du XVIII ème. finissant et celle du XIX ème. qui s’annonce. Mozart mort en 1791 l’a entendu, et il fut l’élève de Haydn. Au soir de sa vie, c’est le jeune Schubert qui le rencontrera pour lui témoigner de son admiration.

 

Au travers des sonates (32 écrites, et rappelons qu’une sonate est une composition pour un ou deux instruments en quoi il s’oppose à la cantate, qui est chantée, et en trois ou quatre mouvements), qui reflètent la vie de l’auteur, qui sont en quelque sorte son journal, Pascal Amoyel nous permet de mieux connaître et l’homme et son œuvre, sans pédanterie, sans suffisance, avec le talent du véritable pédagogue.

 

Il restitue à ce personnage, car au-delà d’être un homme, Beethoven est un personnage, une sorte de clochard sublime, mais pas un clochard fabriqué à la Céline, qui cherchait par cette image à dissoudre un passé délicat, somme toute méconnu ; il nous permet d’approcher sa douloureuse humanité, son intransigeance, son originalité.

 

Personnage sombre et ombrageux, indifférent aux privilèges, peu voire pas diplomate, ce qui fait de lui, pour employer un néologisme, un homme peu soucieux de carriérisme, mais est-on carriériste quand on est certain de sa valeur ?, Beethoven nous est rendu vivant, et tempétueux, indigné, et tendre aussi, amoureux de la beauté et de la joie.

 

looking-for-B.jpg

( photos : Philippe HANULA )

 

 

Beethoven repose pour l’éternité dans le cimetière central de Vienne, et s’il fut un homme seul, il a dû, peut-être, au-delà de la vie, être sensible à l’important cortège qui suivit ses funérailles, qui reconnaissait ainsi ce qu’il fut au fond réellement pour l’humanité..

 

Nous ne pouvons que trop vous inviter et vous inciter à aller entendre, et applaudir longuement Pascal Amoyel qui depuis le 18 septembre, nous aide dans la recherche de Beethoven, cette quête de l’identité de ce flamboyant inventeur de sons et d’émotions. C’est un spectacle vif, fin, intelligent et didactique sans pédanterie. C’est suffisamment rare pour être salué.

 

Et nous n’écouterons plus jamais le grand Ludwig de la même manière, ni avec les mêmes sentiments.

 


© Frédéric ARNOUX

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

09:56 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.