Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2019

Dieu habite Düsseldorf de Sébastien THIERY

Dusseldorf-h1.jpg

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame

des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

du mardi au samedi à 21h

 

 

Mise en scène des deux.

 

 

avec Renaud DANNER et Eric VERDIN

 

Dusseldorf-1.jpg

 

 

On est toujours l'imbécile de quelqu'un en cette vie où la norme invalidante nous traumatise. Seuls ceux qui ont choisi d'être différents seront sauvés mais certes pas acceptés.

 

Deux hommes vont délibérément se rencontrer, se raconter à tour de rôle, cherchant désespérément le moyen de s'en sortir, or ils savent qu'ils sont piégés.
En pareil cas reste une seule et unique échappatoire : l'humour !

 

Sébastien Thiéry a examiné chaque situation à la loupe.
Le constat est édifiant, pire : dévastateur. Ce spectacle peut se déguster comme un plat sucré-salé laissant nos papilles gustatives en interrogation et ici nos neurones font de même.

 

C'est loufoque, voire même " carrément barré " et le spectateur se cramponne à sa place bien extérieure à l'action, ne voulant surtout pas s'identifier aux personnages mais reconnaissant volontiers que d'autres sans nul doute, peuvent ressembler à ce qui leur est montré.

 

Dusseldorf-père.jpg

( photos LOT )

 

Certes, vous souhaitez parfois être sourd pour ne plus être confrontés à ce qu'il vous est donné d'entendre mais de là à rendre la situation irrémédiable, de vous soumettre à une mutilation …

 

Notre monde est composé de dominants et de dominés, ce n'est un secret pour personne et quand par hasard, un petit arrive à bouffer un gros, il y a de quoi se réjouir mais si un trader a coulé 12 banques consécutives, ses chances de se retrouver dans la peau d'un héros sont légèrement compromises.

 

Le verdict est tombé -" les incapables à Besançon ! " où là, le condamné s'entendra dire mais un peu tardivement

" dans le Doubs, abstiens-toi ." ( c'est sans doute pour cela que cette ville a été choisie.)

 

Abandonné très tôt par sa mère, Alain qui n'a pas voulu l'être une seconde fois a décidé d'empailler son père sans attendre la mort de ce dernier. Une cassette d'enregistrement est là pour entretenir l'illusion en permettant d'écouter la voix paternelle et les éloges qu'il destine à son fils.

 

La mère reviendra bien sûr, très fantomatique en cet univers surréaliste où ce que l'on invente a plus d'importance que ce qui est vraiment. C'est complètement dingue quoique … si on veut bien se lancer dans une lecture au second degré … cruellement philosophique car bien observé.

 

Les deux comédiens, Eric Verdin et Renaud Danner sont tous deux excellents.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

10:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.