Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2019

PEUR (S) de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre

Peur(s).jpg

 

 

THEATRE de l'ETOILE

du NORD

 

16, rue Georgette Agutte

 

75018 PARIS

 

 

 

M° Guy Môquet, Pte de St-Ouen

ou Jules Joffrin

 

LOC. 01 42 26 47 47

 

mardi, mercredi et vendredi à 20h30

jeudi et samedi à 19h30

 

jusqu'au : 2 MARS 2019

 

Mise en scène : Sarah TICK

 

avec Lucas BONNIFAIT, Julie BROCHEN,

Vincent DEBOST, Milena CSERGO, Gwenaëlle DAVID, Raouf RAIS et Pierre-Antoine BILLON en alternance avec Frédéric JESSUA

 

Peur(s)-1.jpg

 

 

Il n'est que trop évident que depuis quelques décennies nous assistons à ce que d'aucuns nomment " l'industrie de la peur."  Si l'on veut comprendre ou tout simplement essayer, il n'existe qu'une seule et unique règle : rechercher à qui profite le crime et ne pas nous laisser aveugler par les apparences.

Tant que la preuve de la culpabilité n'est pas rigoureusement établie, l'homme libre ( mais qui peut se targuer de l'être encore ? ) doit bénéficier de la présomption d'innocence. Certains pays n'en font pas grand cas et le mal aurait tendance à se répandre …

Ce spectacle a valeur de témoignage (s) or, parmi tous ceux qui ont été suspectés d'appartenir à Al-Qaïda, combien d'innocents ont croupi à Guantanamo ?


Ce fut le cas de Lakhdar Boumediene qui s'est retrouvé durant 7 ans, porteur de la tristement célèbre tenue orange, enchaîné nuit et jour, séparé du monde extérieur par un grillage et des barbelés. Autant dire que les nazis ont fait école !

 

Peurs-3.jpg



A l'origine bien sûr, ce fameux 11 Septembre 2001 et l'attentat contre le World Trade Center qui allait nous faire entrer en une nouvelle ère peu glorieuse, anxiogène au possible. Depuis, de multiples théories du complot se sont mises en place. Bien malin celui ou celle qui pourrait en toute certitude trancher la question.

Et l'affaire Dreyfus, ce n'était pas un complot peut-être ? … Et le maccarthysme ? … Visions de l'esprit ? …

Tout cela sera évoqué lors du spectacle, en vrac, sans chronologie aucune, un peu à la façon dont on balance des exemples à la tête de quelqu'un qui ne veut rien voir, rien entendre, rien comprendre pour mieux préserver son petit confort intellectuel et pas seulement …

Les comédiens s'adresseront souvent au public afin de les prendre à témoin ce, avant chaque épisode de ce rappel de l' Histoire mondiale, comme pour nous réveiller de cette torpeur qui nous a trop souvent rendus étrangers à tout ce qui se passe. " don't disturb ! "


Il semblerait que le processus ait tendance à s'inverser depuis quelque temps bien que certains s'accrochent encore à leur confortable torpeur.

Deux personnages essentiels émergeront de cette pièce-patchwork, l'ancien prisonnier matricule 10005 et son avocat Steve Oleskey qui finira par prouver son innocence et lui obtiendra le droit d'asile en France.

 

Peurs-2.jpg

( photos : Eric MICHOT )



Cette pièce a le mérite de nous rappeler qu'une culpabilité supposée ne saurait se substituer à la présomption d'innocence, ce principe ayant tendance à être ignoré quand nous avons par trop hâte de trouver un coupable.

La scénographie passe-partout car rétrospective m'a toutefois quelque peu dérangée. Il est difficile de justifier la présence d'un homme enchaîné à une table de cuisine-bar si ce n'est un alcoolique patenté, or cet homme est musulman, fit une grève de la faim et sa tenue orange fait tache en ce lieu.

A cette réserve près qui ne s'applique qu'à la forme et non quant au fond, ce texte est à découvrir comme le fut celui de " Les deux frères et les lions " commenté en son temps ici même, pièce écrite également par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, laquelle se joue toujours au Théâtre de Poche Montparnasse. ( à voir ou revoir ) et qui résume assez bien les moeurs de notre époque !



Simone ALEXANDRE
www.theatrauteurs.com

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

11:13 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.