Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2019

Dans la peau de Cyrano de et par Nicolas DEVORT

aff.Ds-la-peau-Cyrano.jpg

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

 

http://www.lucernaire.fr/

 

du mardi au samedi à 20h

 

dimanche à 17h

 

 

Direction d'acteur : Clotilde DANIAULT

 

 

 

Nicolas-Devort.jpg

Imaginez un Cyrano bègue - avec un Christian : " beau et c… à la fois " - la scène du balcon ( même au café-théâtre ) aurait du mal à passer … petite réflexion en guise de plaisanterie que je me fis en sortant du théâtre.

Pourtant il y eut des bègues célèbres à la scène et au cinéma. Voyez Francis Perrin ( pour ne pas le nommer ) et mieux encore, saviez vous que Louis Jouvet, " le grand Jouvet " disent certains, était en réalité un bègue qui se contrôlait ? Ecoutez attentivement le rythme de sa diction et vous en serez convaincus. Aussi avoir eu l'idée d'écrire ce monologue n'est finalement pas si surprenant que cela car elle répond à une indéniable logique.



coince.jpgImaginez cette fois, un jeune garçon, Colin, traumatisé par la brusque mort de son père, lequel se voit tout aussi brusquement confronté à ce handicap. Il suffit de peu de choses chez un être sensible … Mais notre Colin aura de la chance car il va rencontrer un prof ' exceptionnel, aussi habile que compréhensif.

 Il y avait bien la psychologue de l'établissement laquelle semble plus douée pour aggraver les choses que pour les améliorer … or Colin va devoir sortir de la cahotique coquille dans laquelle il s'était enfermé.

 



ND-hilare.jpgOn dit parfois que l'amour accomplit des miracles et précisément, le jeune garçon vient de tomber amoureux.

Ce fut immédiatement le coup de foudre quand il fut en face de celle qui allait être sa Roxane et là, il voudra se surpasser, botter en touche face à ce hâbleur qui jusqu'alors faisait la cour à sa bien aimée. ( la parodie de la tirade des nez est hilarante au possible ) et Adélaïde ne pourra qu'être conquise.

Nicolas Devort est époustouflant de fantaisie en tant qu'interprète des nombreux personnages qu'il fait vivre sous nos yeux : ( Maxence, fat et sûr de lui, Benoît le pitre dévastateur, sans oublier Adélaïde sujette au vertige ) et ne manque certes pas d'esprit en sa qualité d'auteur. C'est un vrai festival qu'il nous offre là.

Ce spectacle dure depuis quelques années et déclenche toujours le même enthousiasme.

La surabondance de monologues lasse parfois mais là, aucun risque : chapeau Monsieur Devort, quel panache ! 




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent