Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2018

Les carnets de Harry Haller, d'après Hermann Hesse

Carnets-H.Haller.jpg

 

 

GUICHET MONTPARNASSE

 

15 Rue du Maine

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse)

 

LOC. 01 43 27 88 61

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

http://www.guichetmontparnasse.com/

 

Vendredi & Samedi à 20h30

Dimanche à 16h30

 

jusqu'au : 4 NOVEMBRE 2018

 

Adaptation : Jean-Christophe BARBAUD & Frédéric SCHMITT

 

Mise en scène : Jean-Christophe BARBAUD

 

Interprétation : Frédéric SCHMITT

 

 

Quiconque a eu un jour en mains un livre écrit par Hermann Hesse sera tenté de lire tous les autres car on découvre toujours un peu de cet auteur en nous.


" Demian " mènera immanquablement au " ( le ) Loup des Steppes " et " Gertrude " conduira peut-être, à " Siddharta "

( pour ne nommer que ceux-là ) mais à chacun de choisir son ordre chronologique bien sûr.

Hermann Hesse et Harry Haller de toute évidence, ne font qu'un. L'un et l'autre traînent leur crise existentielle, l'un et l'autre regardent les autres vivre, persuadés qu'ils font partie d'un autre monde.

" … l'argent et le pouvoir appartiennent aux êtres médiocres et fades. Quant aux autres, aux êtres véritables, ils ne possèdent rien si ce n'est la liberté de mourir."

 

( ce que fit Zweig soit dit en passant )

D'évidence, il y a du Nietzsche et du Schopenhauer dans ces déclarations là !

Harry Haller est un homme d'une cinquantaine d'années qui vit seul en une modeste chambre, encombrée de bouteilles et entouré de livres. Il a coutume d'écrire or un soir, où les mots ne viennent pas, il décidera de s'arracher à ce lieu, de se contraindre à sortir, en dépit de la pluie qui tombe, afin de voir un peu comment les autres vivent et qui sait, parvenir peut-être à en faire autant ?

Cet ermite nullement identifiable dans la jungle des villes commencera par rencontrer un mur avec lequel il dialoguera presque. Puis poussant sa pérégrination nocturne de bar en bar, il croisera un quidam qui lui remettra un petit livre intitulé,

" Traité sur le Loup des Steppes "  Dès la première page, il se reconnaîtra immédiatement.

Poursuivant alors son errance, il découvrira - ou croira découvrir - car l'hallucination n'est pas loin, un " théâtre magique " puis s'abandonnera à l'ivresse de la musique.

Ce texte à portée philosophique fut écrit pour être lu et non pour être dit aussi Frédéric Schmitt encouragé en la démarche par Jean-Christophe Barbaud s'implique t-il physiquement en cette action au delà parfois du raisonnable ( mais qui peut le plus peut le moins ) et il s'agit ici, de donner chair aux mots.

Ainsi ceux qui ne connaissaient pas l'univers d'Hermann Hesse le découvriront-ils plus aisément, tandis que ceux qui s'étaient déjà imprégnés du texte de l'auteur désireront y revenir afin de conforter leur chère et vénéneuse solitude.

Ce seul en scène se déroule au Guichet Montparnasse du vendredi au dimanche ce, jusqu'au 4 novembre prochain. Aussi, faites vite !




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

08:53 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.