Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2018

QUI A PEUR DE VIRGINIA WOOLF ? d'Edward ALBEE

Virginia-W.h.jpg

 

 

THEATRE 14

 

20, avenue Marc Sangnier

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Porte de Vanves°

 

LOC. 01 45 43 25 48

 

Pl. 25€ - T.R. 18€

- 26ans : 11€

 

http://theatre14.fr/

 

lundi à 19h

du mardi au samedi à 20h45

matinée le samedi à 16h

 

jusqu'au : 27 OCTOBRE 2018

 

Traduction : Daniel LOAYZA

 

Mise en scène : Panchika VELEZ

 

avec Aurélien CHAUSSADE, Stéphane FIEVET,

Frédérique LAZARINI, Agnès MIGURAS

 

George-Martha.jpg

 

- In whisky veritas ? …

Ce serait trop simple car tout ce qui se passe ici, entre ces deux êtres vient de très loin. Certains couples ont besoin de se faire la guerre pour perdurer. A fortiori lorsqu'il s'agit de deux intellectuels.

D'aucuns ont parlé de corrida mais c'est surtout à une séance de bizutage à laquelle Nick et Honey vont être soumis.

Ce ne sont pas les premiers à qui cela arrive car ce vieux couple pervers ( George et Martha ) adore créer la situation à laquelle nous allons assister.

Certains choisissent de se faire des scènes en public, cela les excite et quand les invités repartent complètement déboussolés, la réconciliation prend ensuite une étrange saveur  ...

La pièce fut écrite dans les années 60 et les mentalités actuelles n'ont plus rien à voir. Quoique ! … L'homme à cette époque là se devait d'être dominateur sinon c'était " un pauvre type. " Martha ne se gênera pas de le rappeler.

Maintenant que l'on se gargarise avec " l'égalité des sexes " il serait malaisé de déterminer qui de George ou de Martha est responsable de ce harcèlement qui peut être assimilé à un viol sinon physique du moins moral.

 

corrida.jpg



Ces deux là se déchirent à belles dents même si certaines sont factices comme ils aiment à se le rappeler.Tous les coups sont permis puisqu'il faut absolument faire sortir l'autre de ses gonds.

Deux jeunes qui apprennent encore à vivre ensemble vont avoir sous les yeux le pire exemple que la vie pouvait leur présenter. Ils vont alors constater que le mariage n'est pas un long fleuve tranquille et la vie en société encore moins.

La traduction de Daniel Loayza est bien plus percutante que celle de Jean Cau, car plus proche de nous qui percevons ce genre de situation de façon différente à celle qui correspondait à l'époque de l'écriture initiale de la pièce. Notre raisonnement va plus loin ...

Gageons du reste que certains d'entre nous ont eu des exemples identiques sous les yeux !
La réaction dépend ensuite de la mentalité de chacun.

Finie l'époque où l'on considérait que George était un raté, quelqu'un qui abdiquait face à une mégère même pas apprivoisée, encore moins apprivoisable. George se veut chef d'orchestre et inventant des situations fictives cesse d'être victime.

 

empoignade.jpg

( photos LOT )



Stéphane Fiévet joue avec maîtrise ce rôle face Frédérique Lazarini qui est une Martha époustouflante, dévastatrice.

La comédienne s'affirme ici d'une façon tellement incroyable que l'on pourrait penser qu'elle n'a vécu que pour incarner un jour ce personnage là.

Tout à fait intéressant est le couple cobaye formé par Nick

( Aurélien Chaussade ) et Honey ( Agnès Miguras )

Certes, un fond de naïveté subsiste chez la jeune femme mais son jeune époux prouvera à diverses reprises qu'il sait récupérer la situation à son profit, si scabreuse soit-elle !

Déjà en 2008, Panchika Velez nous avait donné un aperçu de son talent de metteur en scène avec " Les Forains " de Stephan Wojtowicz. Dirigés par elle, les comédiens rivalisent d'intelligence et de sensualité. Le résultat est intense, subversif et jouïssivement dérangeant.

Attention ! vous n'avez plus que jusqu'au 27 Octobre pour voir la pièce aussi ruez vous en direction du Théâtre 14. Sachez que si cela m'était permis j'y retournerais bien volontiers tant j'ai éprouvé du plaisir à les voir et les entendre car c'est du théâtre, du vrai : ENFIN !




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

13:51 Publié dans THEATRE | Lien permanent