Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2018

La sonate à Kreutzer d'après la nouvelle de Léon Tolstoï

J.M.BARR-h.jpg

 

 

STUDIO HEBERTOT

 

78 bis, boulevard des Batignolles

 

 

75017 PARIS

 

 

(M° Villiers )

 

LOC. 01 42 93 13 04

 

Pl. de 10 à 28€

 

 REPRESENTATIONS du,

 25 SEPTEMBRE au 7 OCTOBRE 2018

 

Le mardi à 21h

du mercredi au samedi à 19h

le dimanche à 17h

 

D'après la nouvelle de Léon Tolstoï

et des extraits du journal de Sofia Tolstoï

 

Adaptation : Urina DECERMIC

 

Mise en scène : Goran SUSLJIK

 

avec Jean-Marc BARR, Irina DECERMIC et Tijana MILOSEVIC

 

Trio.jpg

 

Combien d'hommes, au fil des siècles, ont tué leur femme pour une simple suspicion ? ... Sans doute serait-on étonnés de l'apprendre !

Tolstoï fut-il le confident involontaire de ce personnage rencontré dans un train ou bien a t'il voulu exprimer ici ce qui aurait pu advenir s'il n'avait conservé le contrôle de lui-même ? Il n'en demeure pas moins que blessée par la lecture de cette nouvelle, son épouse semble lui avoir répondu non sans malice par le biais d'un texte intitulé,

-  " A qui la faute ? "

La nouvelle publiée en 1890 dépeint en détail les moeurs de " la bonne société, " en Russie ( comme ailleurs, du reste.)

Un adolescent devait alors " jeter sa gourme " le plus tôt possible afin de connaître la vie, disait-on, et ainsi acquérir l'expérience qui lui permettrait de choisir celle qui deviendrait sa compagne à vie.

Pozdnychev ( interprété par Jean-Marc Barr ) après une jeunesse tumultueuse mais qui avait cependant bénéficié d'une sérieuse éducation religieuse, estimait qu'il était de son devoir, une fois marié, de se convertir à la monogamie.

Or les habitudes prises durant son célibat n'épargnèrent pas l'épouse, puisqu'elle mit au monde 8 enfants en 5 ans …

Le médecin, Ivan Zakharytch donna bien entendu son avis sur la question et le mari frustré sombra peu à peu dans la folie obsessionnelle.

Le couple se fit de plus en plus souvent des scènes, certes entrecoupées de torrides réconciliations mais au fil des années la situation empirât. C'est alors que la reprise de la pratique du piano que l'éducation des enfants avait forcément mise de côté, s'imposa à la femme qui de ce fait, reprit goût à la vie.

 

Quant à l'époux ! ...

 

les-3.jpg

( photos : Ludo LELEU )



Quel malin démon incita Pozdnychev à inviter ce violoniste à accompagner son épouse ( ? ) car une complicité ne tarda pas à s'installer entre les deux musiciens et c'est là, que tout bascula.

Irina Decermic a adapté la célèbre nouvelle agrémentée d'une postface de Tolstoï ( qui éprouvait sans doute le besoin de se justifier ) en l'enrichissant d'extraits du journal rédigé par Sofia Tolstoï.

L'adaptatrice-pianiste et comédienne, interprète ( fort bien ) le rôle de la malheureuse femme, tandis que Tijana Milosevic quelque peu grimée est Troukhatchevski, le talentueux violoniste à cause duquel le drame est survenu.

La Sonate pour piano et violon n° 9 en la majeur, op. 49 est là pour intensifier l'atmosphère du récit mais pas seulement.

Il n'y a hélas, qu'un nombre restreint de représentations puisque la pièce ne se joue au Studio Hébertot que jusqu'au 7 Octobre aussi, faites-vite !




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

22:40 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.