Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2018

Signé DUMAS de Cyril Gély & Eric Rouquette

Maquet-Dumas-h1.jpg

 

 

 

THEATRE LA BRUYERE

 

5, rue La Bruyère

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° St-Georges)

 

LOC. 01 48 74 76 99

 

Pl. de 20 à 38€

- de 26 ans : 10€

 

index.php

 

Du mardi au samedi à 21h

Matinée le samedi à 15h30

 

Mise en scène : Christian Petitgirard

 

 

avec : Xavier Lemaire, Davy Sardou et Thomas Sagols

 

signe-Dumas-L1.jpg

 

24 février 1848, la troisième révolution française - après celles de 1789 et 1830 - vient d'éclater.

A l'issue de trois jours d'émeutes, Louis Philippe " le roi-bourgeois " est contraint d'abdiquer.

Alexandre Dumas apprend la nouvelle alors qu'il travaille à l'élaboration de son oeuvre en son château de Port-Marly, assisté de son fidèle collaborateur, Auguste Maquet.

Déjà en 1830, l'auteur de " Henri III et sa cour " vaillant comme un mousquetaire avait fait le coup de feu en compagnie des insurgés n'hésitant pas, l'arme au poing, à prendre d'assaut une poudrière !

 

Il avait du reste été nommé capitaine de la garde nationale parisienne puis s'était brouillé avec Louis-Philippe, avait fait scandale aux Tuileries en refusant de prêter serment au nouveau régime pour finalement revenir à la littérature durant toute la Monarchie de Juillet.

Pour lui, l'occasion de revenir sur la scène politique est trop belle : il se déclare alors en faveur de la Régence, choisit de soutenir la duchesse  d'Orléans et demande à Maquet de rédiger sous sa dictée, une déclaration qu'il compte lire à l'Assemblée.

Nous savons tous que Lamartine prendra sa place en faisant l'éloge de la Duchesse pour ensuite, face à la pression d'une foule en armes, lâcher la Monarchie, quitter opportunément le Palais Bourbon pour l'Hôtel de Ville où la seconde République sera proclamée, devenant ainsi membre du Gouvernement provisoire et dans la foulée, Ministre des Affaires Etrangères !
 
Dans l'intervalle, la duchesse d'Orléans dont la Régence venait de lui échapper avait quitté les lieux ainsi que ses fils, protégée par quelques amis restés fidèles.

Dumas tout à ses rêves de gloire n'avait pas prévu cela tandis qu'Auguste Maquet fut d'évidence, plus avisé que lui. C'est alors que le conflit naîtra entre les deux hommes. Dumas qui selon ses habitudes s'est lancé dans des dépenses somptuaires : le château et son aménagement, la construction de son Théâtre Historique, doit de ce fait beaucoup d'argent à ce collaborateur qu'il humilie pourtant avec constance et sans vergogne.

L'incident qui n'avait besoin que d'un prétexte pour cela, éclate entre les deux hommes. A bout de patience, Auguste Maquet refuse de rédiger le texte en question et dans la foulée exige le remboursement des sommes prêtées, tout en menaçant le célèbre auteur d'un procès en revendication.

 

confrontation.jpg

( photos : LOT )



Mais que deviendrait l'un sans l'autre ? …



- Dumas qui, jeune, a quelque peu négligé ses études et prend bien souvent des libertés avec la vérité historique, privilégie le sensationnel plutôt que le style tandis que ses personnages si attachants soient-ils restent dépourvus de psychologie.

- A contrario : le second, professeur d'Histoire au lycée Charlemagne, licencié ès lettres, travaille avec méthode et acharnement. Les deux hommes ne pouvaient donc que se compléter.

Aussi contrastés sont les comédiens,

Xavier Lemaire prête sa haute stature et sa truculence dévastatrice au personnage de Dumas père tandis que Davy Sardou est un Auguste Maquet qui oppose à l'exubérance du premier pondération et savante intelligence.

Quant au troisième :Thomas Sagols, ce dernier sera tour à tour un Gavroche et un militaire ... Beau contraste dans lequel il excelle avec un égal bonheur.

Si la question se pose toujours quant à la part de création revenant à chacun, sachez que Maquet perdit le procès intenté à Dumas quand confronté au désastre financier, ce dernier décida finalement de congédier son " nègre. "

Et que, par " un juste retour des choses d'ici-bas " l'oeuvre de Dumas n'est pas tombée dans le domaine public 70 ans après sa mort - comme le veut la loi européenne - mais 70 ans après celle de Maquet.

Il reste évident que, l'un sans l'autre n'aurait pu écrire une oeuvre aussi importante, véritable pierre de touche de tous les romans historiques présents ou à venir …




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:23 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.