Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2018

La ménagerie de verre de Tennessee Williams

aff.Menagerie.jpg

 

 

THEATRE DE POCHE

MONTPARNASSE

 

75 boulevard du Montparnasse

 

 

75006 PARIS

 

(M° Montparnasse)

 

LOC. 01 45 44 50 21

 

Pl. de 10 à 35€

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

du mardi au samedi à 21h

 

dimanche à 17h30

 

 

Traduction : Isabelle FAMCHON

 

Mise en scène : Charlotte RONDELEZ

 

 avec : Cristiana REALI, Ophélia KOLB, Charles TEMPLON et Félix BEAUPERIN

 

 

Tom-Amanda.jpg

 

Cette pièce constitua le premier grand succès de Tennessee Williams dès sa sortie, en 1944, d'autres non moins prestigieuses allaient suivre mais sans doute est-ce la plus autobiographique de toutes.

Tom ( Charles Templon ) se souvient … non sans remords, lui qui va suivre l'exemple du père alors qu'il restait seul responsable de ces deux femmes, lesquelles symbolisaient l'impasse dans laquelle il se trouvait.

L'action relativement mince se déroule en un huis-clos familial les études de caractères en constituant tout l'intérêt. Nous sommes à Saint-Louis dans le Missouri durant les années 30.
 
Trois membres d'une même famille vivent ensemble,

- la mère : Amanda ( superbe Cristiana Réali ! ) tout à la fois nostalgique mais débordant d'énergie,

- la fille : Laura ( Ophélia Kol ) laquelle souffre d'une légère infirmité dont l'importance est plus morale que physique.
Cette jeune fille complexée au possible a pour seul intérêt ces petits animaux en verre soufflé qu'elle collectionne amoureusement.

- enfin, le fils devenu bien malgré lui, soutien de famille après le départ du père.

 

Jim-Amanda.jpg



Un quatrième personnage venu de l'extérieur fera son apparition, il s'agit de Jim, ancien camarade de lycée de Tom et de Laura lequel va - un temps - tomber dans le piège qu'Amanda avait ourdi, elle que les événements dépassent constamment, le trio familial ayant une commune caractéristique, celle de se sentir frustré par la réalité.

Tom qui a dû accepter un travail purement alimentaire écrit des textes poétiques depuis toujours ce qui lui valut le surnom de Shakespeare du temps où lui et Jim étaient au lycée. La nécessité plus que le hasard a voulu qu'ils travaillent ensemble dans cet entrepôt en espérant des jours meilleurs …

Quand Jim comprendra dans quel traquenard il vient de tomber, il ne pensera plus qu'à fuir ce que fera Tom peu de temps après comme si l'aspiration masculine était le départ vers d'autres horizons tandis que les femmes, elles - ne peuvent que subir et assumer en restant sur place.

Si les études de caractères sont puissantes il y a malgré tout beaucoup de non-dits.  Tom passe t'il réellement ses soirées au cinéma où il prétend aller chaque soir pour rentrer au petit matin ? Il semble que sa mère ait des doutes …

En fait, chaque personnage vit sa solitude en restant secret vis-à-vis des autres.

Laura quant à elle, passe ses journées à traîner çà et là puisqu'après un incident elle n'ose plus se présenter au cours de dactylographie. Amanda est la seule à s'exprimer en déversant des flots de paroles de façon répétitive.

 

mère-et-fille.jpg

( photos : Pascal GELY )



Tennessee Williams nous laisse imaginer ce qui adviendra une fois que les deux femmes se retrouveront définitivement seules.

La mise en scène de Charlotte Rondelez est vive, le décor que l'on doit à Jean-Michel Adam est agréable à voir et nous ne saurions lui faire reproche de s'être éloigné des didascalies.

La musique intervient à point nommé tandis que des surtitres surgissent pour apporter une touche d'humour aux moments les plus dramatiques.

Grâce à eux tous, la pièce n'a pas pris une ride et nous passons là un excellent moment.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

14:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent