Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2018

Tendresse à quai de Henri Courseaux

Tendresse à quai 1 ©Léonard_modifié-1.jpg

 

 

STUDIO HEBERTOT

 

78 bis, boulevard des Batignolles

 

75017 PARIS

 

 

 

(M° Villiers / Rome)

 

LOC. 01 42 93 13 04

 

Pl. de 10 à 28€

 

https://www.studiohebertot.com/

 

du mercredi au samedi à 21h

 

le dimanche à 14h30

 

jusqu'au : 18 NOVEMBRE 2018

 

Mise en scène : Stéphane COTTIN

 

avec Henri COURSEAUX & Marie FREMONT

 

 

Tendresse à quai 3 ©Léonard.jpg

 

Par quels inextricables méandres l'écriture passe t'elle non pas parfois mais le plus souvent ? …

Un vieil homme, qui a su préserver une incroyable jeunesse ( on le découvrira plus tard ) attend son train dans la salle d'attente d'une gare, tout en scrutant l'attitude d'une trentenaire qui elle aussi attend à quelques pas de lui.

 

Comme le hasard fait parfois bien les choses, ils voyageront peut-être de concert ? ... ( se met à espérer notre homme.) Pour l'heure, il l'a détaille, tente de la définir, imagine ce que peut être la vie de la dame en question tout en se gardant scrupuleusement de l'aborder.
 
L'objet de cette brève rencontre prendra le train qui précède celui que notre homme attend non sans avoir rejoint au préalable un beau slave ( ses hautes pommettes en témoignent ) " aux grands yeux sémaphoriques, bleus ! "

La déception à défaut du dépit amoureux trouve parfois refuge dans le lyrisme : on se console comme on peut.  

L'histoire de cette " vision fugitive " aurait bien pu s'arrêter là et la pièce ne pas s'écrire ce qui eut été dommage.

Aussi découvrons la jeune personne en question.

Elle se découvrira d'elle même puisque nous ne tarderons pas à la retrouver en petite tenue résumant incroyablement ce qui vient de se passer et bien décidée à retrouver l'homme qu'elle semblait ne pas avoir remarqué.

Précisons au passage que jadis on se confessait à un curé, maintenant on s'adresse à facebook avec toutes les conséquences qui en découlent.
 
Madeleine c'est du moins ainsi que l'a baptisée notre ex-prix Goncourt … Je dis " ex " car depuis, il n'a plus écrit faisant ainsi d'un seul ouvrage l'apogée et le point final de son oeuvre. Force est de constater que Léon Brémont est désormais un auteur en panne d'imagination ce, depuis au moins dix ans.

Des idées certes, il en a et pas seulement sur les quais de gare mais hélas, il ne termine plus ses livres qui restent à l'état de tentatives d'écriture …

Madeleine ( de son vrai nom Colette Clairon) va donc un jour débarquer chez notre auteur " sans tambour ni trompette " au grand étonnement du monsieur en question.
Comment est-ce possible ? Là, il serait carrément criminel de vous le préciser.

Tendresse à quai 2 ©Léonard.jpgSachez seulement que cette pièce est riche en rebondissements tous plus inattendus les uns que les autres, que l'humour, la poésie et l'onirisme se sont alliés pour satisfaire notre curiosité puisque très habilement Henri Courseaux nous amène à nous poser des questions du début jusqu'à la fin - surprenante certes, mais explicable ( après coup ) - ô combien !

L'auteur réel et son personnage est un interprète à l'indéniable présence scénique ( ça nous le savions déjà ) incroyablement primesautier, bref à l'inépuisable fantaisie en face duquel Marie Frémont fait preuve d'une belle énergie.

Il existe peu de représentations qui captent à ce point l'attention du public et avec une efficacité telle que c'est un régal pour nos neurones émoustillés ...




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

15:55 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.