Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2018

fin de la saison 2017 - 2018 - vacances d'été

 

rideau-fermé.jpg

 

( 1300 notes ... )

 

 

09:43 Publié dans Annonces | Lien permanent

25/06/2018

Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare

aff.songe-nuit.jpg

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue N.Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

CREATION LUCERNAIRE

 

 

DU 20 JUIN au 8 JUILLET 2018

 

A 19h du mardi au samedi, dimanche à 16h

 

puis,

 

DU 11 JUILLET au 26 AOUT 2018

 

à 19H du MERCREDI au SAMEDI,

DIMANCHE à 16h

 

THEATRE ROUGE, durée : 1h25

 

Adaptation : Philippe PERSON

 

Mise en scène : Florence LE CORRE & Philippe PERSON

 

par le COLLECTIF MEME SERVICE

 

2ème PROMOTION de l'ECOLE d'ART DRAMATIQUE du LUCERNAIRE

 

Le Songe.jpg

 

 

Heureuse initiative que d'avoir choisi cette pièce ô combien ludique du grand Will pour aborder l'été et qui - mieux que de jeunes comédiens - eussent été à même de jouer ces personnages avec tout l'enthousiasme lié à leur âge ? …

Le décor est agréable à voir. Or l'esthétisme est devenu rarissime à notre époque où il semble le plus souvent que le simple bon goût s'étiole. Bravo à Vincent Blot pour ces feuillages peints de façon aussi superbe qu'onirique !

La pièce habilement réduite dans la durée par Philippe Person

( disons qu'il en a extrait la quintessence ) impose d'emblée son rythme par le biais d'une danse où les personnages arborent des masques d'animaux.

Ici les amoureux ne se battent pas en duel mais avec humour effectuent des pompes et autres cavalcades afin de rivaliser de virilité tandis que les femmes se déplacent joyeusement.

 

Nuit d'été.jpg

( photos : Jennifer Guillet )

 



Je ne vais certes pas vous faire l'injure de raconter ici le déroulement de cette pièce qui est peut-être la plus jouée du répertoire shakespearien puisque susceptible d'inspirer à coup sûr, les metteurs en scène qui, grâce à ce thème ne peuvent que rivaliser d'imagination.

Derrière la fable se greffe une réflexion sur le théâtre quand au milieu de l'action une troupe constituée d'amateurs fait son apparition en un " théâtre dans le théâtre " démarche que Shakespeare affectionnait. ( se souvenir de ces comédiens ambulants qui servirent les desseins d'Hamlet )

C'est donc à une joyeuse représentation où vous êtes tous conviés laquelle vous fera découvrir les espoirs de demain car n'en doutons pas, si la persévérance s'allie aux dispositions de chacun, la relève est d'évidence assurée, l'Ecole d'Art dramatique du Lucernaire faisant une fois de plus ses preuves ici, grâce aux soins conjugués de Florence le Corre et de Philippe Person.

 

 

avec, Zoé Bensimon, Léonard Ballesteros, Lucas Bottini, Jordan Brandao Rodrigues, Cindy del Salto Vitery, Florian Edet, Eléna El Ghaoui, Jennifer Guillet, Bénédicte Fantin, Elodie Fischlenski, Manon Hincker, Florine Leleu, Angéliqua Louis, Thomas Modeste, Juliette Ramirez, Alice Serfati, Lolilla Siourd.

 

Musique originale : Manon Hincker

 




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

14:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/06/2018

VIVRE ne suffit pas de Jean-Mary Pierre

aff.vivre.jpg

 

 

 

ESPACE ROSEAU

 

 

8, Rue Pétramale

 

 

84000 AVIGNON

 

 

Tél. 04 90 25 96 05

 

 

 

CREATION AVIGNON OFF

 

 

du : 6 au 29 JUILLET 2018 à 11h.45

 

 

Ecriture : Jean-Mary PIERRE

 

Mise en scène : Hélène DARCHE

 

avec : Pernille BERGENDORFF & Philippe NICAUD

 

 

Anna.jpg

 

Une femme blonde tout de noir vêtue fait son apparition, tel le fantôme d'elle-même.
Tout dans son comportement exprime la lassitude et cependant quand son compagnon la rejoint, elle va d'emblée formuler sa détermination, son objectif,

- " être heureuse, ( car ) vivre ne suffit pas."

Cette affirmation à valeur d'accusation vis-à-vis de celui qui a poussé l'abnégation à son point ultime quand elle était malade

( gravement même ) paraît injuste, pire inacceptable.

Nous allons comprendre que la maladie a annihilé l'attrait physique chez ce couple, le lien qui perdure entre eux étant devenu purement affectif.

Même en situation de parfaite bonne santé, ce sont des choses qui arrivent ; chacun sait que le désir s'émousse à la longue …

 

Vivre-1.jpg



Comme souvent, les femmes sont plus déterminées que les hommes en pareille circonstance aussi Anna va t'elle proposer à Loïc un  " arrangement " - peut-être a t'elle trop regardé le film d'Elia Kazan ? - toujours est-il, qu'elle lui met le marché en mains. Le couple ne se séparera pas mais vivra des aventures, chacun de son côté.

Loïc est ulcéré et malheureux bien sûr. Dispute.
Puis ce nouveau mode de vie va se mettre peu à peu en place et finalement, l'homme après quelques crises de jalousie fera de même …

C'était mésestimer les risques !

Pernille Bergendorff est Anna et présente le physique idéal pour jouer Elisabeth 1ere d'Angleterre avec ce front haut dégagé et cet accent nordique qui est le sien.

( il faut cependant redoubler d'attention pour la comprendre toujours parfaitement … )

Philippe Nicaud ( Loïc ) est absolument parfait dans ce rôle d'époux aimant et conscient de ce qu'il estime être son devoir. Le comédien dit juste avec une aisance de gestes rendant indéniable son évidente présence scénique.

 

baiser.jpg

( photos : Daniel BOURDY )

 



Le thème par la profondeur du vécu risque peut-être de mettre quelques couples mal à l'aise par le biais de comparaisons scabreuses mais fort heureusement l'humour n'est pas absent et la salle réagit immédiatement quand certaines répliques font mouche.

La mise en scène réalisée par Hélène Darche est épurée à l'extrême et la scénographie s'y prête parfaitement.

Le festival Off d'Avignon ne pourra que s'enorgueillir d'abriter cette pièce qui se jouera du 6 au 29 juillet à 11h45 à l'Espace Roseau.

 


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

21/06/2018

Le bord d'Edward Bond traduit et mis en scène par Jérôme Hankins

Intrusion-h.jpg

 

 

Théâtre de l'Epée de Bois

 

Cartoucherie de Vincennes

 

route du Champ de Manoeuvre

 

75012 PARIS

 

 

 

(M° Château de Vincennes puis

navette de la Cartoucherie ou 112)

 

Loc. 01 48 08 39 74

 

https://www.epeedebois.com/

 

Tous les jours sauf dimanche à 20h30

matinée le samedi à 16h

 

Jusqu'au : 30 JUIN 2018

 

Traduction et mise en scène : Jérôme Hankins

 

avec : Françoise Gazio, Yves Gourvil et Hermès Landu

 

 

Edward Bond est un auteur très clivant puisqu'il a ses inconditionnels comme ses détracteurs, pas de moyenne mesure, ce qui prouve qu'il ne saurait laisser indifférents - or comme chacun sait - seule l'indifférence est mortelle au théâtre.

Son analyse de la société est sans détours et à ce titre peut paraître dérangeante. L'homme est pessimiste à force de lucidité sans nul doute. Plus ou moins que Cioran ? … la polémique est ouverte !

Ici, trois personnages vont s'affronter, chacun plus préoccupé de soi que des autres. La mère abandonnée par le mari a besoin de ce fils pour se sentir encore utile et étouffe ce dernier à force d'attentions. Il s'apprête à partir du reste, le plus loin possible ce qu'elle ne comprend pas.

 

Ne fait-elle pas tout pour lui ? …

 

mère-et-fils.jpg

 



Un vagabond quelque peu ivrogne va se mettre au travers du chemin de ce jeune homme un soir et comme c'est " un bon petit gars " et pas l'un de ces voyous d' "Orange Mécanique ", il cherchera - apparemment en vain - à le remettre sur pied afin de le soustraire à la police qui effectue ses rondes chaque nuit.

" Un bienfait n'est jamais perdu " dit-on. Foutaises ! …

 

Contre toute attente, l'homme mystérieusement dessoûlé suivra le garçon jusque chez lui et l'accusera de l'avoir dépouillé. Souvent dans la vie, des êtres se vengent de ce qu'ils ont vécu en faisant payer ceux qui n'y sont pour rien. C'est à cela que nous allons assister.

Mais à vous de découvrir la suite, bien sûr ...

 

Yves-Gourvil.jpg



Le vieil homme devenu maître-chanteur est interprété avec maestria par Yves Gourvil,
Françoise Gazio est une mère digne quoique dépassée par les événements tandis que le jeune aiglon prêt à s'envoler est joué par Hermès Landu dont c'est ici le premier rôle et il s'en tire fort bien.

Comme souvent, les non-dits ont dans cette histoire presque plus d'importance que ce que nous entendons et la mise en scène de Jérôme Hankins est sobre mais efficace.

A voir même si une certaine gêne en gagnera certains. Or que vaut-il mieux, fuir les problèmes ou les aborder de front afin de mieux les éradiquer ?


 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:02 Publié dans THEATRE | Lien permanent