Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2018

François d'Assise d'après Joseph Delteil

aff.francois.jpg

 

 

THEATRE DE POCHE

 

MONTPARNASSE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75OO6 PARIS

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

LOC. 01 4544 50 21

 

Pl. de 10 à 35€

 

du mardi au samedi à 19h

 

le dimanche à 17h30

 

jusqu'au : 15 JUILLET 2018

 

 

Adaptation : ADEL hAKIM et ROBERT BOUVIER

 

Mise en scène : ADEL HAKIM

 

Interprétation : ROBERT BOUVIER

 

ph.Claire-Besse.jpg

( photo : Claire BESSE )

 

 

L'espace scénique est nu, quatre spots éclairent la scène à partir des cintres ; on distingue alors de profil, un personnage accroupi, une capuche rabattue sur la tête.


Des voix célestes et féminines retentiront puis François

( Robert Bouvier ) commencera à s'exprimer …

Ce spectacle fut mis en scène par le regretté Adel Hakim et indirectement la prestation de l'acteur est un hommage rendu à celui qui eut la vision de ce qu'il fallait faire mais il est évident que le personnage habite ce comédien depuis de nombreuses années. Or il faut pour interpréter ce rôle une indéniable puissance d'expression ce dont Robert Bouvier n'est certes pas dépourvu !


Ceux qui s'aventurent parfois imprudemment dans les " seul en scène " devraient tous l'aller voir car c'est une belle leçon de théâtre qui nous est donnée là.

Le texte de Joseph Delteil n'est pas anodin et cette constatation en multiplie les dangers car il s'agit ici d'incarner avec force et conviction un personnage que d'aucuns qualifieront d'illuminé. L'entreprise est scabreuse faisant cohabiter truculence et sainteté.

Cet homme jeune, bouillant de vie, va par conviction se dépouiller de tout.


Fils d'un riche drapier, sur un message ( réel ou non, peu importe ) qu'il a entendu et pris au pied de la lettre, il financera aussitôt la restauration d'une chapelle en ruine ce qui lui vaudra un superbe conflit avec son père événement qui marquera son destin.

Sa toute jeunesse fut dissipée et quand nous le verrons tomber amoureux de Claire nous imaginerons tout sauf la scène décrite par lui avec une terrible précision. Nous entendrons presque alors les ciseaux crisser sur la chevelure de la belle qui deviendra plus tard la fondatrice de l'ordre des Clarisses.

Tout comme Anne-Catherine Emmerich qu'il devancera en ce domaine, son corps présentera les stigmates du Christ.

Les spectateurs se répartiront indubitablement en deux camps, croyants et sceptiques percevant le message de façon différente mais la conviction sera unanime en ce qui concerne le talent de celui que nous voyons et entendons lequel mérite vraiment le déplacement et parfois même plusieurs fois de suite. ( à quelques années d'intervalle, il est vrai )

 

francois-d-assise-d-apres-joseph-delteil.html



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

16:42 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.