Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2018

BERLIN KABARETT de Stephan DRUET

aff.Berlin.jpg

 

 

 

THEATRE DE POCHE

 

MONTPARNASSE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

LOC. 01 45 44 50 21

 

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

30 REPRESENTATIONS EXCEPTIONNELLES

 

( du 24 MAI au 15 JUILLET 2018 )

 

du jeudi au samedi à 21h

dimanche à 17h30

 

Musique de KURT WEILL - STEPHANE CORBIN

 

avec MARISA BERENSON - STEPHANE CORBIN ou SIMON LEGENDRE - SEBASTIAN GALEOTA - JACQUES VERZIER ou OLIVIER BREITMAN - LOIC OLIVIER - VICTOR ROSI

 

 

Berlin-Kabarett.jpg

( photo : Victor TONELLI )

 


Au moment où se situe l'action ( celle de la République de Weimar qui ne dura que 14 ans ) l'Allemagne est confrontée aux conséquences de la défaite de 1918 et surtout aux conditions imposées par le traité de Versailles …

La plus grande partie de la population allemande connaît misère et chômage tandis qu'une frange de la société vit dans le luxe et la débauche afin de mieux s'étourdir.


Ce fut l'époque des fameux cabarets allemands et Kirsten

( Marisa Berenson ) dirige l'un des plus en vogue, n'hésitant pas au moment de la montée du nazisme à pactiser avec les S.A.

Son fils Viktor ( Sébastian Galéota ) se produit en des numéros acrobatiques de travesti tandis que son ex-amant Karl,

( Jacques Verzier ou Olivier Breitman ) écrit des textes qui se voulant subversifs, constituent un risque réel en cette période de tous les dangers.

Un compositeur en vogue : Fritz ( Stephane Corbin ou Simon Legendre ) assisté de deux musiciens assure le support musical.

Homosexuels et communistes sont alors particulièrement traqués or le cabaret abrite les deux catégories honnies par le national-socialisme mais ne faut-il pas vivre dangereusement ?  

Nous allons donc recueillir commentaires et confidences de la dame qui dirige le lieu, assister aux numéros tous plus enlevés les uns que les autres en une atmosphère factice de bonne humeur insouciante.

Les propos sont délibérément osés, les descriptions précises et les parodies subversives ce qui est logique en ce lieu où les spectateurs viennent pour s'étourdir.

A votre tour de faire de même, vous avez jusqu'au 15 juillet pour cela ce qui n'est pas une raison suffisante pour attendre. ( chaque jeudi, vendredi et samedi à 21h, dimanche à 17h30 )




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:18 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.