Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2018

L'AFFAIRE COURTELINE : 7 pièces courtes de Georges Courteline

aff.Courteline.jpg

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

du mardi au samedi à 19h

 

le dimanche à 16h

 

DERNIERE : le 6 MAI 2018

 

 

Mise en scène : Bertrand MOUNIER

 

avec : Isabelle de BOTTON, Salomé VILLIERS ou Raphaëlle LEMANN, Etienne LAUNAY, Pierre HELIE, Philippe PERRUSSEL, Bertrand MOUNIER ou François NAMBOT

 

Frantz Harscouet.jpg

( photo : Franck Harscouet )

 

 

" C'est un peu tard de 14 juillet "  disait paraît-il Louis Jouvet quand quelqu'un arrivait en retard à son cours. N'ayant pas encore le don d'ubiquité, je peine parfois à honorer dans les temps certains spectacles qui pourtant le méritent amplement mais ça, on ne le sait qu'après.

Courteline : Georges Moinaux de son vrai nom, les petits facétieux sont priés de ne pas ajouter " cui-cui "  même si l'auteur poussa la fantaisie jusqu'à passer de vie à trépas le jour de son anniversaire ! Cet homme écrivit plus de cent farces, saynètes, tranches de vie et autres comédies.

Or, déclarant n'avoir aucune imagination il compensait ce qu'il considérait comme un handicap par un sens suraigu de l'observation.

Tous les travers ( ou presque ) de son époque seront par lui répertoriés. ne manquant pas de souligner la fatalité de la bêtise humaine que cette dernière s'exerce en famille, dans le travail voire même au tribunal dont il démontrera la fréquente iniquité mais comme l'auteur ( tout comme le commissaire ) est bon enfant, le propos restera dépourvu de toute méchanceté.

 

J.Jovelin.jpg

( photo : Julien Jovelin )



Son langage étant basé sur l'observation directe, une aisance naturelle en découlera car s'il n'hésite pas à pousser les situations jusqu'à la charge, le ridicule est plus dû au caractère de chacun qu'à l'intention de l'auteur, les scènes ayant été prises sur le vif, ce qui crée une richesse de langue allant du raffinement mondain au parler populaire.

Les noms dont il affuble la plupart de ses personnages correspondent le plus souvent au défaut dominant de celui qui est représenté ce qui en souligne l'irrésistible comique. Comment ( par exemple ) prendre au sérieux un homme qui se nomme Badin ?

Sept courtes pièces nous sont ici représentées, s'enchaînant avec une fluidité incroyable car la mise en scène de Bertrand Mounier est rapide, efficace et pour tout dire : brillante !

 

pas-de-2Jovelin.jpg

( photo : Julien Jovelin )



Les costumes se conjuguent en rouge et noir ( vive l'Anarchie ! )
Des chansons très lestes s'interposent dans le texte en de joyeuses pauses musicales et si notre rate se dilate tout au long de la représentation ce n'est certes pas le fait du hasard.

Je ne saurais ici nommer un interprète plus qu'un autre car tous s'acquittent de leurs rôles avec le même bonheur et le même enthousiasme communicatif, l'indéniable réussite du spectacle s'imposant à nous.

Vite, courez-y puisqu'il ne reste plus que quelques jours pour découvrir cette petite merveille de joyeuse intensité.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:32 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.