Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2018

Un jour en octobre ( Oktobertag ) de Georg KAISER

 

oncle-pretre-h_modifié-1.jpg

 

 

 

THEATRE DE L'ATALANTE

 

10, Place Charles Dullin

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Anvers)

 

 

LOC. 01 46 06 11 90

 

 

 http://www.theatre-latalante.com/

 

Pl. 20€

 

T.R. 8/12/15€

 

20h30 : lundi et vendredi,

 

19h : mardi, jeudi, samedi

 

17h le dimanche

 

jusqu'au : 13 FEVRIER 2018

 

Mise en scène : Agathe ALEXIS

 

avec : Jaime AZULAY ( l'Abbé Jattefaux ) - Hervé VAN DER MEULEN  ( Mr Coste ) - Bruno BOULZAGUET ( Lieutenant Marrien ) - Ariane HEUZE ( Catherine Coste ) - Benoît DALLONGEVILLE ( Le boucher Leguerche )

 

les-3.jpg

( photos : Laurencine LOT )

 

 

Cette pièce fut écrite au début du vingtième siècle, c'est à dire avant la montée du national socialisme qui contraindra Georg Kaiser à l'exil. Les sentiments exprimés sont ceux de l'ancien monde où les valeurs morales primaient encore.

L'oncle Coste est le digne représentant d'une grande famille bourgeoise et à la suite d'événements qui ne seront pas évoqués est devenu le tuteur de Catherine dont il a confié l'éducation à l'abbé Jattefaux assisté de la soeur de ce dernier, lesquels veillent l'un et l'autre sur la bonne conduite de la jeune fille, ce qui ne l'a pas empêchée de tomber enceinte.

Imaginez le désarroi et l'indignation de Mr Coste !

A l'époque l'état de " fille-mère " était considéré comme une infamie et il convenait d'étouffer le scandale par un mariage précipité.

 

Le prêtre en porte-à-faux peine à expliquer ce qui a pu se produire, tandis que l'oncle est bien décidé à tirer toute cette affaire au clair.

Lors de l'accouchement, Catherine n'a t'elle pas prononcé un nom ? … Il s'agit d'un lieutenant qui va être convoqué de façon bien plus que pressante or il se trouve que l'homme en question nie avec obstination les faits.

La situation va se compliquer encore plus quand le garçon-boucher, fiancé de l'ancienne femme de chambre fera son apparition : le crapuleux se joindra alors au sordide.

Faisant preuve d'une technique d'écriture théâtrale dont beaucoup d'auteurs actuels devraient s'inspirer, Georg Kaiser met ses personnages sous pression, alliant suspens et rebondissements imprévus.

Ses analyses psychologiques évolutives au possible sont sans failles.

Le décor est sobre mais esthétique et la mise en scène d'Agathe Alexis intelligemment percutante.

Même si les situations bien plus que les sentiments sont d'un autre temps, le tout demeure sujet à réflexion concernant le peu d'emprise qu'une éducation la plus rigoureuse possible peut avoir sur un esprit libre, indépendant et excessivement romantique.
 
Depuis toujours, l'univers se compose d'êtres qui aiment et d'autres qui se laissent aimer or la force de persuasion d'une passion quoiqu'au départ non partagée, est grande !

L'auteur qui eut indéniablement son heure de gloire, n'écrivit pas moins de 74 pièces - dont une trilogie antique et versifiée - la plupart furent jouées en Allemagne avant 1933.
 
Georg Kaiser avait vécu un temps en Amérique du Sud, où il exerça une activité commerciale, c'est à cette époque qu'il lût assidûment Schopenhauer, Dostoïevski et Nietzsche, ( sans doute à l'origine de sa vocation ) avant de revenir en Europe et s'installer à Magdebourg. C'est là qu'il commencera à se consacrer entièrement à l'écriture.


Quand la tourmente nazie s'abattit sur l'Allemagne, il choisit alors de se réfugier en Suisse, où il restera jusqu'à la fin ses jours.

Voilà incontestablement un auteur qu'il fallait redécouvrir.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

10:01 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.