Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2018

Louis Ferdinand CELINE : derniers entretiens *

aff.Celine.jpg

 

 

 

LES DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

 

 

(M° Châtelet-les-Halles)

 

Loc. 01 42 36 00 50

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

Pl. 26€

 

T.R. de 10 à 22€

 

(uniquement sur le site internet du théâtre)

 

Chaque mardi et mercredi à 21h15

 

Durée : 1h25

 

mise en scène : Géraud BENECH

 

avec Stanislas de la TOUSCHE

 

 * d'après Cahiers II, Céline et l'actualité littéraire 1957 - 1961 ( Editions Gallimard )

 

Celine-dern.entret.jpg

( photo : Gabriel de Vienne / ADAGP )

 

 

 

Dans une mise en scène très statique de Géraud Benesh, Stanislas de la Tousche reprend son incarnation de Céline dans « Derniers entretiens » au théâtre des Déchargeurs.

Le célinien n’apprendra ni ne découvrira rien, et les propos tenus sont ceux de Louis Ferdinand dans ce qu’ils peuvent avoir de volontairement excessifs, de faussement provocateurs, laissant voir un Céline au bord du tombeau désespérant de la nature humaine non moins que de lui-même, avec toutefois au fond du coeur une lueur d’admiration pour le personnage qu’il avait créé.

Car tout au long de sa vie, Céline n’aura fait que composer des personnages. Il a beau se revendiquer styliste ( de la langue) il est aussi scénariste et comédien, et il a raté pas mal de ses missions auto-assignées.

Le médecin vaguement dandy des années 30 a succédé au soldat Bardamu blessé en 1914, dandy qui a précédé l’auteur choyé et partout célébré devenu pamphlétaire avant d’être le perdant total, errant de châteaux en châteaux avant d’échouer avec la bande d’ectoplasmes de tout crin de Sigmaringen, puis de fuir au Danemark, d’y être rattrapé, condamné à l’indignité nationale avec la moitié de ses biens confisqués.

 

Voilà de quoi développer dans ce personnage complexe et désireux d’être admiré et plaint de quoi alimenter son fonds de commerce ! Le paraître semble être chez lui une seconde nature.

Le Céline que nous donne à voir, avec talent et fidélité Stanislas de la Tousche est le médecin des pauvres de Meudon, autre incarnation, qui semble ainsi vouloir s’acheter, modestement, une conduite.


N’oublions pas le truqueur absolu qu’il est, et lisons ses propos en marge des entretiens qu’il accorde : « Il y a l’‘Express qui est passé par Meudon. J’avais pavoisé la gare de toute ma dégueulasserie pour le recevoir. Il a dû être content. Vont pouvoir édifier leurs lecteurs et avec bonne conscience. Je me suis roulé dans ma fange de gros cochon. Puis Match…Je suis devenu le fait divers à la mode.  Cela fera peut-être vendre D’un château l’autre… ».

Il s’est composé un personnage à la Paul Léautaud, écrivain atrabilaire et misanthrope, exposant sa décrépitude à la vue des autres pour leur donner un sentiment de culpabilité.

 

Céline, à la mort de Léautaud, endosse physiquement le personnage  du « pauvre qui pue » et tente d’opposer l’allure de la victime à son tour, non sans avoir pris soin d’éluder ou minimiser ses écrits polémiques dont Lucette Almanzor, sa femme, toujours vivante, interdit depuis toujours la ré-édition  en reconnaissant leur « pouvoir maléfique ». Pour elle, ces textes ont existé « dans un certain contexte historique, à une époque particulière ».

Il est vrai qu’au même moment, Marcel Jouhandeau, catholique jusqu’au mysticisme enivré, Paul Morand, jouisseur invétéré, Jean Giraudoux, délicat jusqu’au maniérisme ( citons-le cet auteur –oublié- qui semble passer au travers des mailles du filet, sa réponse au moins à la question Pourquoi écrivez-vous ? » Parce que je ne suis ni nègre ni juif. » … Retirons l’échelle !, d’autres encore ( Montherlant…), moins francs du collier, ou plus habiles, tous ces auteurs célèbres encore suivaient la même pente prétendument littéraire.
Ceci n’est pas exonératoire de responsabilité, mais, à mots couverts, Céline les a dénoncés, ces faux-culs , en estimant payer lourdement la facture pour tous.

Dans son personnage final qui n’est pas sans évoquer le Jean Gabin d’Archimède le clochard, Céline lance ses derniers feux. Il dénonce les modes, la nouvelle vague, les nouveaux auteurs dont il estime être copié, voire plagié. Parce que suivant sa formule il met « sa peau sur la table » et travaille à en crever, il attend un retour en posant pour la postérité. Nul doute que dans cette attitude, c’est une forme de réhabilitation citoyenne par la gloire reconnue qu’il cherche, et il suffit pour s’en convaincre de lire ses écrits à la NRF entre 1931 et 1961, date de sa mort par rupture d’anévrisme.

Il caresse et voue aux gémonies, alternativement, son éditeur, ne cessant de lui réclamer la publication de ses oeuvres dans la seule collection reconnue comme un mausolée pour les écrivains : La Pléiade. Il le souhaite de son vivant, ce qui est un privilège très rare. Il ne l’obtiendra pas, mais sa veuve sera témoin de cette publication dans cette édition prestigieuse qui constitue, il faut le dire, un merveilleux monument à l’immense auteur, difficile, souvent peu sympathique, comédien et hâbleur que fut Céline.

Hâtez-vous d’aller applaudir le formidable Stanislas de la Tousche au théâtre des Déchargeurs.
Vous y rencontrerez Céline réincarné.

C’est un choc.




© Frédéric Arnoux

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

13:47 Publié dans THEATRE | Lien permanent