Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2017

In love with PersoN

aff.In-love.jpg

 

 

GUICHET MONTPARNASSE

 

15, Rue du Maine

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

LOC. 01 43 27 88 61

 

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

2 spectacles le même soir : 30€

 

http://www.guichetmontparnasse.com/

 

Chaque vendredi & samedi à 20h30

 

le dimanche à 16h30

 

 

jusqu'au : 30 DECEMBRE 2017

 

 

Texte, mise en scène et interprétation,

 

Julien ROMANO

 

 

JR-assis.jpg

 

Bruit de vagues : lancinant flux et reflux …

Un vieil homme cramponné à sa canne s'interroge,

- " Est-ce que j'existe vraiment ? "

Calderon lui aurait objecté que " la vie n'est qu'un songe " et un cauchemar aussi, parfois ...

Julien Romano compose ce personnage post-hivernal, cassé en deux, un bras replié dans le dos, évoquant une branche morte, à la limite du caricatural mais rassurez-vous, l'instant de gêne passé, la démarche se justifiera pleinement.

Il existe toujours un moment dans la vie où les événements ( ou non-événements ) nous contraignent à faire le point. La constatation s'impose alors d'elle-même :
" l'amour rend vulnérable. "  ( remember …)

 

JR-de-dos.jpg



Brusquement sous nos yeux, le vieillard se transforme en jeune homme lequel va éperdument s'élancer en une danse aérienne, tel un oiseau ivre. Ne dit-on pas que l'amour donne des ailes ? Mais ô paradoxe, il sait aussi retenir prisonnier.

Les souvenirs s'invitent. C'était un vendredi 13 " tout bon ou tout mauvais " disent les superstitieux. Une femme au téléphone pleurait. Est-ce ainsi que tout a commencé ? Zweig écrivit " la Pitié dangereuse " et n'oublions pas qu'en chaque homme sommeille un chevalier blanc qui ne demande qu'à s'exprimer en pareille circonstance.

Ensuite, il fera tout pour se surpasser aux yeux de celle dont il est brusquement tombé amoureux. Voilà bien de quoi faire sourire les cyniques et pourtant ! ...

Une question s'est de tout temps posée : pourquoi est-on conscient de ce qui arrive ( l'amour avec un grand A ) au moment précis où l'on commence à souffrir ? …
L'amour ne devrait-il pas aller de pair avec la joie et le bonheur, cet état étant un cadeau des dieux ?

 

envol.jpg



Force est de reconnaître qu'il en va rarement ainsi ou de façon provisoire mais quand on y réfléchit, c'est juste un problème d'équivalence, l'Autre - autrement dit, l'être aimé - n'aime pas de même sorte, avec le même potentiel d'intensité et lorsque par hasard, cela arrive, c'est rarement en même temps.

Deux ego sont face à face et ne tardent pas à s'opposer

" question d'âme et d'éducation " précise notre auteur-interprète qui veut rester indulgent. C'est en réalité bien plus complexe que cela.

Non sans humour le même précise " on tombe amoureux comme on tombe d'un escalier " ce qui sous-entend qu'on a loupé une marche. C'est que totalement investi dans l'ascension, il semble bien que l'on ait voulu monter trop haut et trop vite. Alors on se ramasse et - qui sait ? - peut-être a t'on été victime d'un croc-en-jambe ? Allez savoir  ! …

Après la déconvenue, viennent les insomnies. Notre palpitante victime passe ses nuits à penser - à ressasser plutôt. C'est ainsi que l'on se consume de l'intérieur en faisant le vide autour de soi. Ne voulant pas s'avouer vaincu, l'amoureux désemparé s'accrochera à des faux-semblants qu'il transformera en réalité ( du moins le croit-il ) tant en pareille circonstance, l'auto-persuasion est grande …

 

Julien-Romano.jpg



C'est que, au lieu de l'accepter tel qu'il est, la perfide créature a décrété que c'était à lui de changer et même dans l'intervalle, de débarrasser purement et simplement le plancher. Damned !

Devient-on " le dernier des abrutis quand on est amoureux " ?
Pourtant un très vieil adage propose depuis toujours la solution,

" Suivez, on vous fuira,
" Fuyez, on vous suivra "

Mais l'amour est sourd et aveugle, c'est bien connu !

Plus d'un spectateur se reconnaîtra tout au long de ce monologue que Julien Romano nous livre ici, sans l'ombre d'une réserve en s'y impliquant totalement ( corps et âme ) et quand le vieillard du début refait son apparition ce sont les accents de Musset qui nous reviennent en mémoire :

… "  quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. "
 
" On ne badine pas avec l'amour ", bien sûr.

Il vous reste jusqu'au 30 décembre pour aller voir et entendre Julien Romano au Guichet Montparnasse et il est impossible que vous ne soyez pas émus.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:16 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.