Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2017

Probablement les Bahamas de Martin Crimp

aff.les-bahamas.jpg

 

 

ARTISTIC THEATRE

 

45bis, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

 

(M° Voltaire)

 

LOC. 01 43 56 38 32

 

Pl. de 15 à 30€

-26 ans : 10€

 

http://www.artistic-athevains.com/

 

Mardi à 20h

Mercredi et jeudi à 19h

Vendredi à 20h30

Samedi à 18h et 21h

Dimanche à 16h

sauf le 31 décembre à 19h

 

 

Traduction : Danielle Merahi

© L'ARCHE Editeur

 

Mise en scène : Anne-Marie Lazarini

assistée de Cyril Givort

 

avec : Jacques Bondoux,

 

Heidi-Eva Clavier,

 

et Catherine Salviat,

Sociétaire honoraire de la Comédie-Française

 

 

Création Les Athévains  ( durée : 1h10 )

 

 

jeune-fille.jpg


" Play House " - Version Senior -


Côté cour, un personnage assis, dos au public, fume en attendant que l'action commence. Comme celui-ci restera muet durant toute la pièce, Anne-Marie Lazarini aurait tout aussi pu choisir quelqu'un parmi les spectateurs pour tenir ce rôle.

Nous sommes à l'intérieur d'une maison à l'agencement confortable et banal ; un espace cuisine, un salon et tout au fond, les chambres …
Une jeune fille au pair, hollandaise : Marijka  ( Heidi-Eva Clavier) remplit pour le moins négligemment le rôle de domestique qui lui est dévolu chez ce couple de retraités.

Milly, ( Catherine Salviat ) épouse de Franck

( Jacques Bondoux ) n'est pas spécialement tendre avec elle lui reprochant de passer plus de temps au téléphone que penchée sur l'aspirateur sans parler de ce short ! … est-ce une façon de s'habiller ? Franck n'y voit pas d'inconvénient mais sans doute vaut-il mieux qu'il se taise !

Pour l'heure il s'agit de converser avec le visiteur qui fera figure de patient, Milly pratiquant couramment l'art du monologue, ayant un avis tranché sur tout et une version des faits qui diffère souvent de celle de son époux.

Ce dernier est le digne représentant de ces conjoints qui ne sont plus que des témoins distanciés ayant depuis longtemps abdiqué toutes prérogatives. Il risque encore quelques timides contestations mais ne tardera pas à se réfugier dans une surdité protectrice, n'en doutons pas.

 

Bahamas-1.jpg

( photos : Marion Duhamel )

 



Pour l'heure il est question d'anecdotes familiales, tout ce qui est arrivé aux autres … cambriolage, viol raciste, bien que Franck précise qu'il ne s'agissait en fait que d'un simple vol à l'arraché mais comme d'habitude Milly aura le dernier mot.


Car dehors est le danger ! ...

Un vague projet de piscine est alors évoqué alors qu'ils ne savent nager ni l'un ni l'autre mais regarder l'eau est plaisant quand on n'a rien d'autre à faire d'autant que cela constitue un signe extérieur sinon de richesse du moins d'aisance déclarée.

Chez Martin Crimp les dialogues grincent avec subtilité. N'oublions pas que l'auteur est britannique.

Tout comme le visiteur - muet - nous nous lèverons ( non sans avoir applaudi au préalable ) et regagnerons la sortie, la tête pleine de réflexions concernant ces retraités qui savent ne plus appartenir au monde qui continue à évoluer sans eux.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

14:53 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.