Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2017

Le soliloque de Grimm de Bruno George

soli-Grimm-h.jpg

 

 

THEATRE ESSAION

 

6, rue Pierre-au-Lard

 

75004 PARIS

 

 

 

( M° Hôtel de Ville ou Rambuteau )

 

Loc. 01 42 78 46 42

 

Pl. de 10 à 25€

 

http://www.essaion-theatre.com/

 

du Jeudi au samedi à 21h30

 

DU : 16 NOVEMBRE 2017

au : 27 JANVIER 2018

 

 

Mise en scène : Jean-Philippe AZEMA

 

avec : Fred SAUREL

 

 

" Nul n'est à l'abri de vivre sans amour,

nul amour ne peut vivre sans abri. "

 

Soliloque-1.jpg




En choisissant d'aller écouter ce texte, vous prendrez la décision d'entendre tout ce que vous évitez soigneusement et aussi un peu piteusement il faut bien le dire, dans la vraie vie.

 

Car, ces êtres en marge … nous les fuyons la plupart du temps comme si une contagion était possible. En réalité, ils nous font peur car les exemples sont trop nombreux, vont croissant et à la longue deviennent cauchemardesques.

Où est l'époque pas si éloignée que cela où l'on disait qu'en France, plus personne n'avait faim ni froid ? Tenir ce genre de discours dans les années 80 était encore possible même si certains signes avant-coureurs se profilaient déjà à l'horizon.

Fred, ce bon gros nounours un peu crasseux certes et passablement imbibé de mauvais alcool ( l'expression est stupide quand on sait qu'il n'y en a pas de bon, sinon au goût ) fut jadis un comédien et pas n'importe lequel puisqu'il interprétait du Shakespeare ; c'est sans doute la raison pour laquelle il ressemble de plus en plus à Falstaff ?

Le copain Fred s'est retrouvé dehors le jour où Nelly, son épouse en a eu assez de cohabiter avec cette distillerie ambulante. Au préalable, le comédien en guise de " panouille " avait accepté le cachet constitué par une pub houblonnée qui lui avait fait prendre de mauvaises habitudes ...

Le crescendo arrive vite en ce domaine et ce fut le commencement de la fin, bref la dégringolade.

Il a donc rejoint l'un de ces villages de tentes qui fleurissent désormais un peu partout sorte de Cour des Miracles en ce 21ème siècle où l'argent virtuel coule à flots, où certains font fortune sur un simple coup de bluff et où d'autres deviennent des crève-la-faim dans l'indifférence générale.

 

" Chacun pour soi et Dieu pour tous ! "

 

Soliloque-2.jpg

( photos : Jean-Christophe Charrier )

 



Une seule chose permet encore à ce clochard sublime de tenir le coup : c'est l'humour qu'il nous fait partager en dépit de ce " karma pourri " qu'il traîne depuis des années.

Alors il soliloque et entre deux lampées nous narre sa vie, exposant son présent sans avenir ...

Fred SAUREL joue ce personnage avec un réalisme confondant. Gageons qu'après l'avoir entendu vous ne verrez plus ces malheureux " frères humains " qui hélas errent, que dis-je, stagnent dans le froid des rues du même oeil qu'auparavant.

Pour cela, que le trio constitué par l'auteur, Bruno George, le metteur en scène, Jean-Philippe Azéma et l'interprète déjà nommé en soient remerciés.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

14:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.