Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2017

PROJECTION PRIVEE de Rémi de Vos

aff.project.priv.png

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Tous les jours sauf dimanche et lundi à 21h

 

Durée : 1h20

 

Mise en scène : Michel Burstin

 

avec Bruno Rochette ( l'homme ) - Sylvie Rolland ( la fille ) - Elsa Tauveron ( la femme )

 

 

Projection-privée.jpg

( photo : Joseph Bauderet )

 

 

 Une femme installée sur son canapé, remet inlassablement du rouge à lèvres … Son " babouin " marital est absent aussi se confie t-elle à nous. Comme elle est presque toujours seule, la télé lui tient compagnie et elle suit les émissions avec l'âme d'une midinette.

 

Emoustillée par tout ce qu'elle voit sur le petit écran, la dame a une méthode pour approcher les vedettes : elle ne manque aucun enterrement et souvent, la loi des séries lui permet d'approcher ce monde auquel elle n'appartient pas. Bref, comme on dit vulgairement, elle se fait son cinéma.

Brusque changement d'atmosphère, voilà que l'époux débarque accompagné d'une conquête qu'il cherche à justifier n'importe comment, en disant n'importe quoi.


" C'est la nouvelle baby-sitter ! " ce qui pose un léger problème étant donné que le couple n'a pas d'enfant puis l'homme s'étonne en constatant que son épouse est là, persuadé que cette dernière était allée rendre visite à sa soeur ? -
Manque de chance, elle n'en a pas ...
 
Une fois de plus, l'humour  " ab absurdo " de Rémi De Vos fait merveille !

Immédiatement, le spectateur rationaliste perd pied multipliant les hypothèses ...

La dernière conquête de l'époux volage, quelque peu mal à l'aise - car en surnombre et trompée elle aussi - ne tardera pas à sympathiser avec la femme ou du moins tentera de se rapprocher de celle-ci afin de se faire pardonner.
Et puis, la solidarité féminine existe tout de même !  

L'auteur nous proposera une petite parenthèse romanesque dans le style Jane Austen car vivre par petit écran interposé, cela finit par laisser des traces dans l'imaginaire ; le trio de comédiens s'en donne donc à coeur-joie et nous aussi.

Gardons nous farouchement de vous dire comment tout cela va finir, le chiffre 3 étant bien sûr insolite et pas très confortable pour un couple. Or, sans être particulièrement féroces on ne rit jamais autant que du malheur des autres, c'est bien connu puisque l'on reste persuadés que ça ne pourra jamais nous arriver personnellement.

Allez y, texte, mise en scène, jeu des comédiens font bien plus que valoir le détour et on découvre alors ce moment complètement foutraque en se félicitant d'avoir eu la riche idée d'aller voir cette pièce plutôt qu'une autre.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:09 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.