Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2017

Le dernier jour d'un condamné d'après Victor Hugo

aff.dernier-jour.jpg

 

 

 

STUDIO HEBERTOT

 

78bis, boulevard des Batignolles

 

75017 PARIS

 

 

(M° Villiers / Rome)

 

Loc. 01 42 93 13 04

 

 

https://www.studiohebertot.com/

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

du mardi au samedi à 19h

 

Dimanche à 17h

 

Adaptation : David LESNE

 

Mise en scène : François BOURCIER

 

Interprétation : William MESGUICH

 

william-mesguich.jpg

 

 

Ce texte par la réflexion qu'il engendre se situe parmi les plus importants de la littérature française. La peine de mort est hélas loin d'être abolie sur toute la planète et en dépit de nombreuses pétitions et demandes de révision de la loi, trop nombreux restent les occupants du couloir de la mort en certains Etats ...

Victor Hugo en humaniste qui se respecte était conscient du problème et mit toute son énergie à écrire ce texte.

Nous ne connaîtrons jamais les circonstances exactes qui ont amené cet homme à se retrouver enfermé en cet espace volontairement aseptisé dans lequel surgira brusquement de façon symbolique, ce linge sanguinolent.

La sentence est tombée aussi brusquement que tombera le couperet un peu plus tard.


Condamnation à mort, la phrase tourne en rond dans la tête du condamné, cette tête jeune, pleine de vie et d'espoir qui n'a plus que quelques heures à rester rivée à ce corps vigoureux dont chaque fibre demande à continuer à vivre.

Annule t-on un crime en décidant d'en commettre un autre ?

 

condamne-a-mort.jpg

( photos : Chantal DEPAGNE )



La première victime ne savait pas qu'elle allait mourir alors que la seconde mesure à la fois toute l'étendue rétroactive de son acte mais aussi l'horreur de ce qui va arriver. C'est purement et simplement inhumain. Le fameux " Tu ne tueras point " est ici-bas violé en permanence : individuellement, par des guerres … c'est cela que l'on nomme dérisoirement, l'humanité !

William Mesguich comédien bien plus qu'expérimenté apporte au personnage la fougue de la jeunesse qu'il représente avec cette blonde chevelure d'ange déchu, ce regard clair et intense qui est le sien.

Le texte dont l'adaptation scénique est signée : David Lesné a bénéficié de la mise en scène de François Bourcier.

La réalisation est tout à la fois sobre et puissante.
Enfin, un bref hommage est rendu à Robert Badinter grâce à qui la peine de mort est abolie en France, n'en déplaise à certains.

C'est donc également un acte militant que vous accomplirez en allant applaudir le comédien qui par son incontestable talent mérite chaque soir votre présence.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

11:28 Publié dans THEATRE | Lien permanent