Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2017

L'AUGMENTATION de Georges PEREC

Perec-Cie-Paris.jpg

 

 

COMEDIE de PARIS

 

42, Rue Pierre Fontaine

 

75009 PARIS

 

 

 

( M° Blanche )

 

 

Loc. 01 42 81 00 11

 

 

http://www.comediedeparis.com/

 

Pl. de 10 à 24€

 

Chaque mardi à 19h15

 

 

Mise en scène : Michel ABECASSIS

 

 

avec Sandrine MOALIGOU - Nicolas DANGOISE et

Pierre OLLIER

 

 

Je vous parle d'un temps que les moins de ? ... ( inutile de préciser ) ne peuvent pas connaître.

Georges Perec écrivit cette pièce en 1967 laquelle fut montée par Marcel Cuvelier en 1970. Trois ans plus tard, le premier choc pétrolier allait déclencher " la crise " laquelle soigneusement entretenue par ceux qui en profitent, perdure ...

Jusque là, le travail était un droit et chacun devait

( théoriquement ) être indemnisé selon ses mérites.

C'était du moins l'esprit de l'époque, hérité des années 30.


Il était par conséquent logique qu'au fil des ans, on sollicitât ponctuellement une augmentation de salaire ... D'autres préféraient carrément aller voir ailleurs en réclamant au nouvel employeur ( qu'ils n'avaient pas eu de trop de mal à dénicher ) un salaire net correspondant exactement au salaire brut dont ils bénéficiaient au préalable.

Démarche désormais hautement surréaliste !

Pour cette raison, le public qui ira voir cette pièce risque fort d'appartenir au 3ème âge. Sans le style très personnel de l'auteur, on se croirait presque chez Courteline.
Cette gentille farce bureaucratique use et abuse des répétitions soulignant ainsi les jours identiques qui passent, la routine que ces trois là partagent allègrement.

Mademoiselle Yolande est celle, n'en doutons pas qui veille à la présence du bouquet de fleurs dans le bureau afin d'égayer un peu les lieux. " La souffrance au travail " étant alors bien supportable si on la compare aux conditions actuelles.

Les comédiens font preuve d'un maximum de fantaisie en ce huis-clos quelque peu désuet certes mais joué avec enthousiasme et qui, il faut bien le reconnaître se laisse voir agréablement. Il faut dire que le " travailler plus pour gagner moins " n'était pas encore d'actualité !

Ceux qui veulent se dépayser prendront le chemin qui mène à la Comédie de Paris où la pièce se joue chaque mardi à 19h15.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

10:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.