Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2017

Play Strindberg de Friedrich Dürrenmatt

aff.Play-Strindberg.jpg

 

 

LES DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

 

 

(M° Châtelet)

 

Loc. 01 42 36 00 50

 

Pl. de 10 à 26€

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

Tous les jours sauf dimanche & lundi à 19h

 

jusqu'au : 13 MAI 2017

 

 

Adaptation : Patrick ANTOINE

 

Traduction : Hélène MAULER et René ZAHND

 

Mise en scène : Patrick ANTOINE

 

avec : Jean-Pierre GRANET (Edgar) - Axel PETERSEN (Alice) - Jean-Christophe RAUZY (Kurt)

 

 

Play-Strindberg.jpg

(photo : iFou, le Pôle Média)

 

 

D'évidence, l'espace scénique est judicieusement aménagé, le déroulement de la pièce le prouvera. C'est à un presque match de catch à trois auquel nous sommes conviés et chaque round sera annoncé avant que nous y assistions.

Friedrich Dürrenmatt - en cours d'action, aimait s'adresser au public, créant ainsi une relation directe avec lui. Remanier un texte préexistant était sans nul doute son péché mignon ( se souvenir de Romulus le Grand ) mais l'auteur ne saurait être accusé de plagiat puisque l'intention est ici clairement exposée.
 
Ceux qui connaissent La Danse de Mort de Strindberg reconnaitront son climat cruel fait de rancoeur accumulée, de déception et de hargne avec en plus le caractère ludique et désespéré qui personnalise l'oeuvre de Dürrenmatt.

Un couple s'apprête - presque distraitement - à fêter  ( ! ) ses Noces d'Argent ce, de façon pour le moins spartiate car précisément, l'argent fait défaut. Un fond de bouteille, du tabac interdit par la faculté, nulle provision de bouche, juste quelques cartes à jouer avec l'intime conviction que ce sont peut-être les dernières ? ...

Edgar est un militaire en fin d'existence. Malade, il essaie de se persuader qu'il vivra encore 20 ans mais collectionne les malaises réels ou feints. Son caractère intransigeant a littéralement fait le vide autour de lui. Personne n'a grâce à ses yeux, à commencer par le médecin. Pour lui l'espèce humaine est composée de crapules et d'imbéciles, le cumul des deux étant le plus fréquent.

Sur le plan caractériel, Alice n'a rien à lui envier. Ses phrases vipérines sont là pour le prouver. Surviendra Kurt qui refait son apparition après 15 ans de silence. Edgar ne le ménage pas bien sûr, l'accusant d'avoir abandonné femme et enfants.
L'homme s'était alors lancé en un long périple tandis que le couple lui, n'a quitté Copenhague que pour s'enterrer en ce trou perdu.
 
Le seul moment de relative humanité sera symbolisé par une pause effectuée entre Alice et Kurt, album de photos en mains. Nostalgie du passé … On comprend alors que des liens ont existé entre eux ce que confirmera Alice mais c'était avant Edgar !

Cette femme plus très jeune quoique moins âgée que son mari, était comédienne et a dû abandonner sa carrière pour suivre son époux auteur d'un seul et unique ouvrage qui n'intéresse que les militaires.

Un banquet est organisé chez le médecin et " les flonflons de la fête " parviennent jusqu'à eux, soulignant le fait qu'ils ne sont pas invités, ce qui crée un supplément de rancoeur.

Ces deux anthropophages vont se déchiqueter sous les yeux du visiteur …

La haute stature de Jean-Pierre Granet fait merveille et le comédien campe son personnage de façon intelligemment contrastée : tantôt redoutable, tantôt victime expiatoire mais cherchant à rester " droit dans ses bottes " jusqu'à la fin (ou presque).

Peut-être eût-il fallu à ses partenaires un peu plus d'intériorité agressive pour justifier le climat voulu par l'auteur mais il est difficile de se faire une exacte opinion par le biais d'une seule représentation, la mise en condition n'étant pas la même d'un soir à l'autre et puis vous avouerai-je que le souvenir de Michelle Marquais aux côtés de Bernard Fresson hante encore mon esprit ?

Pour être parfaitement impartial, il faudrait pouvoir remettre les compteurs à zéro chaque fois que l'on va au théâtre.

Friedrich Dürenmatt s'est amusé à émailler le dialogue d'expressions répétitives un peu à la façon de Tchekhov avec son ironique " d'une certaine façon " prouvant  ainsi que tout est relatif en cette triste vie.

Comme cette pièce fut programmée sur une période courte du 2 mai au 13 inclus, il ne vous reste plus que peu de temps pour l'aller découvrir aussi faites vite !




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

15:52 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.