Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2017

Le cas Martin Piche de Jacques Mougenot

 

 

aff.Martin-Piche.jpg

 

 

THEATRE MONTPARNASSE

 

31 Rue de la Gaité

 

75014 PARIS

 

(M° Edgar Quinet)

 

Loc. 01 43 22 77 74

 

http://www.theatremontparnasse.com/

 

Pl. de 16 à 36€

 

 

du mardi au samedi à 19h

 

matinée le dimanche à 17h

 

 

Mise en scène : Hervé DEVOLDER

 

avec : Jacques MOUGENOT et Hervé DEVOLDER

 

J.Mougenot-H.Devolder.jpg

 

 

Les adolescents s'ennuient souvent mais pour les adultes c'est quand même plus rare. A moins bien sûr, d'être un neurasthénique chronique, ce qui semble être le cas de Martin Piche.

Il y eut certes, des précédents célèbres, Stefan Zweig en tête, lequel comme chacun sait a fini par se suicider mais ce Martin là pourrait-il en venir à une telle extrémité ?
Il est permis d'en douter car en attendant l'absence éternelle, il s'offre de temps à autre des moments de déconnection qui sont autant de pauses bien que ne facilitant pas le dialogue ...

Disons qu'il est assez souvent aux abonnés absents.

Il ressemble alors à ces gadgets : animaux en miniature que l'on place sur la plage arrière de la voiture et qui ne cessent d'acquiescer.

Notre homme a donc fini par accepter de consulter un psy ' et au moment où la pièce commence, ce dernier s'apprête à l'accueillir. ( Tiens, il n'y a pas de divan ? Après tout, à chacun sa méthode. )

Or ce genre de rencontre présuppose un minimum d'attention de part et d'autre mais comment aborder puis poursuivre un entretien avec quelqu'un qui ne s'intéresse à rien et cultive l'absence ? " Big problem " que notre neuropsychiatre est appelé à résoudre.

 

 

Explication.jpg

( photos : Pauline MARBOT )



Il va alors s'installer entre eux un échange quasi surréaliste où très curieusement le patient donnera l'impression de tout percevoir au premier degré mais répondra souvent avec humour comme par inadvertance, quand il ne dort pas les yeux ouverts, bien sûr.

Certaines répliques par leur caractère décalé sont dignes d'un Raymond Devos. Ce neurasthénique serait donc un farceur malgré lui ?

Les échanges entre Jacques Mougenot ( auteur ) et Hervé Devolder ( metteur en scène ) et de surcroît interprètes de talent, sont d'une drôlerie à toute épreuve et justifient pleinement le choix des spectateurs qui ont préféré venir au théâtre plutôt qu'assister à un débat politique télévisé. Au moins là, l'esprit n'est pas absent !

Décidément, le théâtre s'avère bien être le remède à tous les maux ...




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

21:48 Publié dans Annonces | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.