Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2017

Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer

aff-D.Glattner.jpg

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, Rue Notre Dame des Champs

 

7006 PARIS

 

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

loc. 01 45 44 57 34

 

 

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Pl. de 11 à 26€

 

du mardi au samedi à 19h

dimanche à 15h

 

jusqu'au : 28 MAI 2017

 

 

Mise en scène : Judith WILLE

 

 

avec : Caroline ROCHEFORT et Stéphane DUCLOT

 

 

vent-du-nord.jpg

 

 

Internet " la meilleure et la pire des choses " tant il est vrai que depuis Esope, peu de choses - précisément - ont changé, si l'on se réfère à la mentalité humaine.

J'avoue m'être souvent interrogée au sujet de ces femmes mariées qui parviennent à alimenter régulièrement un blog ou passer leur temps à envoyer puis recevoir des mails sans que le conjoint n'y trouve à redire …

Là, nous allons plonger en plein coeur du sujet !

Emmi ( car décidément, Emma fait par trop bovarien donc à éviter ) est une jeune personne - mariée, faut-il le préciser ? - mère de deux enfants, qui un jour, grâce ou à cause de sa dyslexie va inopinément atterrir sur la messagerie de Léo, lequel ne réagira pas tout de suite ce qui mettra la dame en rage car elle n'est pas exactement un parangon de patience.

Il se trouve que l'homme en question est un conseiller en communication, section : psychologie du langage, qu'accessoirement et comme presque toujours, Cupidon vise juste et que ledit Léo est quelque peu frustré sur le plan sentimental, sa Marlène s'étant fait la belle.

Emmi ne supporte pas qu'on lui résiste et va pratiquer un acharnement textuel, inondant son interlocuteur de messages sans cesse plus pressants. Ce n'est pas autrement que l'on s'attaquait aux places fortes jadis.

De mail en mail, d'interrogations suivies ou non d'effet ( chacun avançant plus ou moins masqué ) une correspondance obsessionnelle va s'installer entre ces deux là.

 

 

cote-a-cote.jpg

( photos : Christophe DAUPHIN )

 



Fidèle à mes principes, je vais vous laisser découvrir la suite mais pour utiliser une expression familière, sachez que " ce n'est pas triste ! "

La personnalité des deux comédiens se situe aux antipodes.

Caroline Rochefort est l'extravertie par excellence tandis que Stéphane Duclot se présente comme son absolu contraire. J'ajouterai à cela que notre Emmi a un accent à découper au couteau ce qui ajoute de la drôlerie à son personnage.

Cette adaptation du roman éponyme de Daniel Glattauer déclenche maints gloussements jubilatoires parmi le public.

Il paraît qu'il y a une suite à cette histoire car nous bénéficions ici d'une fin ouverte mais c'est très bien ainsi puisque nous permettant d'imaginer ce qui nous conviendra le mieux une fois sortis du théâtre.

N'hésitez surtout pas à aller voir cette pièce branchée avec humour sur nos moeurs actuelles ce, pour notre plus grand plaisir.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

14:58 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.