Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2017

Fucking happy end, cabaret insurgé ! de Sarah Funtes

aff.Fucking.png

 

 

 

THEATRE des DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75003 PARIS

 

 

 

( M° Châtelet )

 

Loc. 01 42 36 00 50

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

Pl. de 10 à 26€

 

jusqu'au : 29 AVRIL 2017

 

les jeudi, vendredi & samedi à 21h30

 

Mise en scène : Sarah FUENTES & Jan Oliver SCHROEDER

 

avec pour interpréter les 23 personnages de la pièce dont voici les principaux,

 

Sarah FUENTES (La Reine)

Ludovic CHASSEUIL (Le Roi)

Maud IMBERT (Peau d'Ane)

Jan Oliver Schroeder (la fée)

 

et tous les autres ...

 

Fucking.jpg

 

 

Depuis que les interprétations freudiennes se sont généralisées, on ne lit plus les contes de fées comme avant. Jadis, c'était en quelque sorte la lecture obligatoire que les parents prodiguaient aux enfants qui tardaient à s'endormir ...

Pensaient-ils seulement que des cauchemars risquaient de peupler leur nuit ? Si un enfant se réveillait en hurlant parce que le petit Chaperon Rouge s'était fait dévorer par le loup, la réaction prêtait juste à sourire puisque depuis le XVIIème siècle il était d'usage de pratiquer de la sorte.

En effet, n'est-ce pas Charles Perrault qui écrivit,

" A former les esprits comme à former les corps,
   La nature en tous temps fait les mêmes efforts "

Aucun doute puisque sous l'Ancien Régime et même très longtemps après, l'éducation de nos petites têtes blondes ( oui, à l'époque elles étaient majoritaires ! ) passait par la lecture de la Bible, précédée toutefois de celle plus profane de cet auteur qui racontait souvent des horreurs aux enfants mais ne convenait-il pas de " faire leur éducation " ? ( gulp ! )

De même que l'on disait aux filles " il faut souffrir pour être belle " - on apprenait aux garçons à se considérer comme le possible Prince Charmant afin qu'il devienne ainsi le seul Avenir envisageable ...

Avec malice, Sarah Fuentes nous a détricoté tout cela.

Avant que cette pièce résolument déjantée commence, les spectateurs découvrent face à eux, deux étranges personnages porteurs de masques hautement explicatifs, Peau d'Ane en robe de mariée et son futur époux en smoking et en slip.

Un spectre tout de noir vêtu surgit alors dans la salle afin de se lancer dans une brève mais grandiloquente introduction.  Nous pénétrons dans la salle du trône où le roi fume en cachette de son épouse … Cette royale harpie ne tardera pas à le rejoindre et nous apprendrons dans la foulée que la reine est enceinte. Tout va ensuite se dérouler à un rythme infernal.

L'épouse ayant accouché d'une fille ( ce qui en matière de lignée est calamiteux ) le roi sera veuf, un temps inconsolable mais ne tardera pas à chercher l'épouse qui pourrait remplacer la précédente. N'oublions pas qu'en France la loi était salique et que même en Angleterre, Henri VIII n'hésita pas à faire tomber successivement la tête de plusieurs épouses tant la notion de succession était importante.

 

 

Fucking-2.jpg

( photos : Frédérique Toulet )

 



Nous assisterons alors à un incroyable défilé de personnages issus de l'imagination de l'auteur ( initial ) mais revus et corrigés par … Surgira donc une Blanche Neige infirmière-nympho, que ne tardera pas à suivre sa maléfique belle-mère au style très gothique, un Petit ( pas tant que ça ! ) Chaperon Rouge rappeur, … mais je vous laisse découvrir la suite tant il serait criminel d'en dire plus.

Le public n'en peut plus de rire confronté à cette satire haute en couleurs au langage pour le moins " hard."

Faut-il préciser qu'il vaudra mieux ce soir là trouver une baby sitter si vous ne voulez pulvériser à tout jamais l'éducation de votre enfant ?

C'est violent, complètement relooké face aux impératifs de notre époque. Cela tient du Grand Guignol, du Cabaret, de l'Asile psychiatrique, bref on s'y éclate côté scène et côté salle. A moins de n'avoir aucun sens de l'humour, vous devriez donc passer là " a fucking happy evening ! "




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:57 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.