Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2017

Les Misérables de Victor Hugo

Aff.Miserables.jpg

 

 

 

THEATRE LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

( M° N.D. des Champs)

 

Loc. 01 45 44 57 34

 

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Pl. de 11 à 26€

 

 

Tous les jours sauf dimanche et lundi à 20h

 

Matinée le dimanche à 18h

 

Adaptation et mise en scène : MARION MONTEL

 

assistée de STEPHANIE WURTZ

 

avec : DOV COHEN, STEPHANE DAUCH, CLAIRE FAUROT, JEAN-CHRISTOPHE FRECHE, CECILE GENOVESE,

MANON MONTEL, LEO PAGET, FRANCOIS PERACHE, ANTOINE GUIRAUD et ANATOLE DE BODINAT

 

 

Discus-politique.jpg

 

A l'origine, un roman - volumineux - que sans doute, tout le monde n'a pas eu le courage de lire mais qui a fait l'objet de nombreuses adaptations tant au cinéma qu'au théâtre.

Comme Hugo ne lésinait pas sur le nombre de personnages et qu'il ne s'agit nullement ici d'une superproduction, Manon Monteil a donc effectué des coupes sombres pour ne conserver que les personnages principaux, voire essentiels.
 
Il fallait ensuite trouver une approche et elle a eu l'idée d'utiliser le personnage de la femme Thénardier

( Claire Faurot ) pour introduire l'action.

En effet, sans le couple infernal le drame que nous connaissons dans son intégralité ne serait sans doute pas advenu, aurait du moins été atténué. Or il fallait que la densité même écourtée conservât son impact.

C'est ainsi que 7 interprètes devront camper 13 personnages - pas un de plus ou de moins - au grand mépris de la superstition, laquelle porte malheur comme chacun sait.

La monumentale oeuvre initiale repose donc au départ sur les épaules de cette fâcheuse Thénardier, conteuse de circonstance et accordéoniste d'occasion - cette expression ne mettant nullement en cause la qualité de son jeu musical - tandis que dans sa voix passe l'accent crapulard des bas-fonds du Paris de l'époque.

Ce roman fleuve nous est donc ici servi en tranches vives et colorées. Signalons que les lumières mises au point par Allan Hové sont particulièrement réussies.

Certes, les hugoliens ( il doit bien en rester quelques uns ) se plaindront peut-être de ce traitement à la Reader's Digest mais en revanche, les paresseux-à-lire y trouveront leur compte et même certains scolaires auront peut-être envie d'en savoir un peu plus ? ...

Stéphane Dauch est un Jean Valjean fougueux et apparemment ses années de bagne n'ont en rien émoussé son énergie une fois devenu Monsieur Madeleine …

Le chien hargneux qui le suit en la personne de l'inspecteur Javert est interprété par Jean-Christophe Frèche à qui il manque peut-être un peu de vicieuse perfidie ?

Quant à Xavier Girard, son physique le met à l'abri de toute antipathie alors que le personnage de l'époux Thénardier avait coutume de déclencher l'aversion la plus physique qui soit.

Du fait de l'alternance, j'ignore si François Pérache correspond plus à ce triste sire que lui. L'un et l'autre interprètent également Courfeyrac …

 

 

Les-Miserables.jpg



Alors certes, le personnage de Fantine joué par Manon Montel précisément, n'échappe pas au mélo très en vogue à l'époque.

( l'action, pas le jeu ) Victor Hugo et Karl Marx étant contemporains, si les temps actuels ne sont pas joyeux, le 19ème siècle était bien pire ! Un moment très réussi du spectacle est du reste celui qui nous donne un aperçu du travail à la chaîne ... ( autre forme de bagne )

Le sautillant Gavroche également interprété par cette comédienne-adaptatrice-metteur en scène ne m'a pas complètement convaincue, peut-être parce que les travestis au théâtre sont un peu passés de mode mais également du fait que le personnage du jeune garçon est devenu par trop présent en notre esprit. Ferait-on jouer le Petit Gibus à une fille ? Pardon Hugo pour la comparaison ! 

Léo Paget offre sa fragilité au personnage de Marius tandis que Cécile Génovèse est une Cosette un peu plus charmeuse et semble t-il, un peu moins ingénue que d'habitude. Elle sera accessoirement le subversif Enjolras ...

 

 

les-amoureux.jpg

( photos : Bruno DELORD )



J'ai cru déceler un malicieux clin d'oeil à Corneille en cours de représentation mais peut-être n'est-ce qu'un dérapage incontrôlé ou un effet de mon imagination ?

Dov Cohen est tour à tour Monseigneur Bienvenu ( Myriel ) et Guillenormand, grand-père de Marius et royaliste convaincu.

Ce double rôle équivaut pour lui à une belle performance.

J'espère n'avoir oublié personne. Chorégraphie et musique originale sont de Claire Faurot. Le traitement est curieux car inhabituel et même si cela ne correspond pas exactement à l'idée que l'on est en droit de se faire concernant cette oeuvre, ce qui nous est donné de voir mérite le détour.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

11:12 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.