Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

Stavanger de Olivier Sourisse

Stavanger-h.jpg

 

 

STUDIO HEBERTOT

 

78 bis, boulevard des Batignolles

 

75017 PARIS

 

 

 

( M° Villiers ou Rome )

 

loc. 01 42 93 13 04

 

https://www.studiohebertot.com/

 

Pl. de 10 à 28€

 

Ts les jours sauf dimanche et lundi à 21h

 

Matinée le dimanche à 15h

 

 

Mise en scène : Quentin Defait

 

avec : Sylvia Roux (Florence) et Thomas Lempire (Simon)

 

 

tete-a-tete.jpg

 

" Mens sana in corpore sano "

- que ce proverbe me soit venu à l'esprit au sortir de la pièce peut sembler paradoxal mais peut-être n'était-ce en fait qu'un réflexe d'auto-préservation ? ( Que ceux qui n'aiment pas être dérangés passent leur chemin. ) Jadis on allait au théâtre pour se distraire et les spectateurs n'en étaient pas plus sots pour autant.

Or les temps ont changé et nous nous sommes peu à peu habitués à subir les complications mentales des auteurs … Expression d'un imaginaire plus ou moins morbide ou traumatisme qui cherche la guérison en s'exprimant ? La question se doit de rester sans réponse, eu égard à la vie privée de l'écrivain et nous savons que l'évidence n'est au théâtre qu'un faux semblant.

Sur cette " pièce d'ambiance " planent les ombres portées d'Edgar Allan Poe et pourquoi pas du vieil Hugo lequel - comme chacun sait - s'adonna au spiritisme à la fin de sa vie … Les vapeurs méphitiques de l'esprit sont parfois plus nocives que celles émanant de la décomposition des corps.

Mais fort heureusement, nous sommes ici au théâtre, lieu où le fameux binôme : attraction-répulsion peut s'exercer sans risques, l'enjeu étant la traversée du miroir.

Si nous décidons de ne pas trop en dire, de rester à la surface de ce Styx dont les eaux se révèleront parfois glauques, nous assisterons tout simplement à l'arrivée d'un couple visiblement de condition sociale différente (elle est avocate, lui verrier) et nous apprendrons que cette femme vient de sauver cet homme d'un destin à la Anna Karénine. L'homme apparemment n'est pas en bouillie mais son esprit peine quelque peu à se reconstruire.

 

champagne.jpg

( photos : Patrick Courtois )



L'avocate se transformera donc en Inquisiteur tout en cautérisant les plaies au champagne. Peu à peu, aucun détail ne nous sera épargné lors du déroulement de cette autopsie virtuelle.

Bien sûr, ceux qui sont persuadés qu'il y a une vie après la mort analyseront cette pièce de façon différente à un athée. Le projet était ambitieux et Olivier Sourisse solidement assisté par la mise en scène de Quentin Defalt témoigne ici d'un incontestable talent en menant à bien cette scabreuse entreprise.

Pour les deux interprètes : Sylvia Roux et Thomas Lempire il s'agissait pour eux d'une gageure dont ils s'acquittent impeccablement.

Cette pièce est à voir mais à moins d'être de façon congénitale - indifférent - blindez vous au préalable !


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

14:36 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.