Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2017

Au bord du lit d'après Guy de Maupassant

Aff.Maupassant.jpg

 

 

THEATRE L'ARCHIPEL

 

17 boulevard de Strasbourg

 

75010 PARIS

 

 

 

(M° Strasbourg St-Denis)

 

loc. 01 73 54 79 79

 

https://www.larchipel.net/

 

Pl. de 12 à 20€

 

Salle Rouge

 

chaque jeudi à 21h

 

Adaptation et mise en scène : Frédéric Jacquot

 

avec Elisa Birsel, Lina Veyrenc & Frédéric Jacquot

 

F.Jacquot-L.Veyrenc.jpg

( photo : E. Vayn )

 

 

Le spectacle commence par un éloge affamé de la femme, monologue savoureux ayant valeur d'amuse-gueule avec lequel Frédéric Jacquot se régale ; il n'est pas le seul et ce n'est que le début du festin.

 

Sacha Guitry disait,

- " Hmmm ! ... je suis contre les femmes, tout contre. "

 

Guy de Maupassant joua souvent - on le sait - de cette promiscuité là. Les propos que nous allons entendre sont donc le fait d'un connaisseur et d'un assidu.

 

Eloge des relations éphémères, le mariage étant le pire ennemi de l'amour comme le clament tous les célibataires endurcis.

 

Ah ! si les baldaquins pouvaient parler, gageons que l'Histoire de France prendrait une autre tournure  …

 

Crédit-ph.B.Pons.jpg

( photo : B. Pons )

 

Chacun sait que lorsque les hommes sont entre eux, ils commentent leurs bonnes fortunes mais croyez-vous que les femmes fassent autrement ?

 

Soit dit en passant, le MLF nous fit perdre bien des avantages, une femme n'ayant jamais autant de pouvoir que lorsqu'elle feint d'être victime.

 

Car de tout temps, l'homme se figura que c'était lui qui tirait les ficelles alors qu'en réalité ses partenaires le menaient par le bout du nez. Eloge de la différence qui engendre un curieux impact à une époque où l'androgynie est revendiquée comme une victoire sur l'état naturel.

 

Par la finesse de ses observations, leur hardiesse également, Maupassant nous donne la nostalgie d'un temps révolu : celui où l'on prenait le temps d'aimer, d'être victime consentante ou femme dominatrice ( au choix ) l'ère du copinage n'ayant pas encore cours.

 

Scène-3-ph.B.Pons.jpg

( photos : B. Pons )

 

Confidences, échange de points de vue, anecdotes croustillantes, roueries féminines, je ne vous livrerai ici aucun secret qu'il vous faut absolument écouter sur place.

 

Sachez toutefois qu' Elisa Birsel et Lina Veyrenc rivalisent de drôlerie et d'élégance souvent coquine, tandis que leur partenaire masculin passe avec aisance d'un personnage à l'autre nous entraînant dans un tourbillon d'où l'humour n'est jamais absent.

 

Le texte est bien entendu un petit joyau de la langue française, l'esprit y est subtil et le rythme du spectacle enlevé. Allez-y sans tarder car on ne saurait bouder un tel plaisir.

 

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

11:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.