Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2017

CRUELLE AURORE, Bas de soie contre sans-culottes de Benoît MARBOT

tract recto.png

 

 

 

Août 1792, le souvenir de la tentative de fuite de la famille royale interceptée à Varennes est présent dans tous les esprits …

 

Le manifeste d'ingérence du duc de Brunswick général en chef des armées prussiennes et autrichiennes menaçant Paris d'une " subversion totale " s'il était fait le moindre outrage à la famille royale avait définitivement mis le feu aux poudres.

Les demeures seigneuriales étaient pillées parfois rasées et la noblesse française fuyait pour rejoindre les troupes de la coalition. N'oublions pas que les familles régnantes en Europe étaient parentes et craignant que la Révolution déclenche un

" effet domino " se découvraient une brusque solidarité après s'être si souvent fait la guerre …

Une poignée de fidèles défend encore les souverains retenus au Palais des Tuileries, l'Ancien Régime vit ses derniers instants.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpg
Le jeune Alban Gonthier d'Armentières observe ce qui se passe en bas depuis les combles du bâtiment quand sa cousine Sophie d'Aubusson de Noyelle l'y rejoint.


Les lieux sont sur le point d'être pris d'assaut par une populace ivre de vin et de colère. Pour protéger les souverains qui ne le sont déjà plus que de nom, seuls quelques gardes suisses tiennent encore …

Lefebvre va faire son apparition et proposera à Sophie de la mettre à l'abri.

Il est toujours curieux de constater à quel point même dans les périodes les plus troubles de l'Histoire, les sentiments privés prennent le pas sur tout ce qui se passe. C'est même cette folie du décalage qui permet la survie.

Les potins de Cour, un pas de danse peuvent sembler anachroniques en fonction des événements tragiques qui se déroulent alors aux pieds des deux jeunes gens. Illustration d'un passé encore très proche et d'un avenir incertain. Nous savons que les massacres de Septembre ont suivi mais en attendant …

La pièce se joue au Théâtre du Petit Parmentier du mercredi 22 au samedi 25 février  à 20h30 puis sera reprise du mercredi 1er au samedi 4 Mars et du mercredi 8 au samedi 11 Mars 2017 toujours à 20h30.

 

Tél. pour la location : 01 46 24 03 83

 

distrib.jpg

Texte et mise en scène : Benoît MARBOT

 

avec Sarah Denys ( Sophie )

Tigran Mekhitarian ( Alban )

Jonathan Semo ( Lefebvre )

 

 

THEATRE DU PETIT PARMENTIER

Place Parmentier

92200 NEUILLY-sur-SEINE

 

 

( Métro : Porte Maillot, sortie 7 )

 

theatre-le-petit-parmentier

 

( pl. 18€ - T.R. 14€ )

 

 

 

 

09:09 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.