Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2016

Barber Shop Quartet : Opus 3 -

aff.Border.jpg

 

 

L'ARCHIPEL

 

17, bd de Strasbourg

 

75010 PARIS

 

 

 

(M° Strasbourg-St-Denis)

 

loc. 01 73 54 79 79

 

Pl. de 15 à 25€

 

 

http://www.larchipel.net/

 

Salle Rouge : jeudi, vendredi, samedi à 21h

 

 

par Marie-Cécile Héraud ou Rachel Pignot, France Turjman, Bruno Buijtenhulis, Xavier Vilsek.

 

 

Barber-Shop-1.jpg

 


C’est très curieux comme cette année, et particulièrement cette fin d’année, les spectacles musicaux fleurissent dans un nombre de salles considérable à Paris !
Bien évidemment il y a ceux qui affichent des noms plus ou moins connus pour attirer le public, lesquels noms ne sont pas nécessairement illustres dans le domaine pour lequel on les placarde, mais il importe que le spectateur vigilant jette un œil curieux et attentif sur les petites salles, fussent-elles d’anciens cinémas fripons reconvertis.

Il en va ainsi de l’Archipel, boulevard de Strasbourg, où, les jeudi, vendredi et samedi à 21 heures, le Barber Shop Quartet donne son 3ème opus.

Disons-le d’emblée, le sous-titre « un spectacle d’humour musical »  est de trop, car à vouloir trop en dire, on en dévoile par trop également.

Sur scène quatre personnages un peu allumés, costumés un peu comme on se vêtait dans les années 40-50, avec bigrement de talents vocaux et d’imagination burlesque. Car c’est plutôt du burlesque que de l’humour musical, ce qui, reconnaissons-le ne signifie pas grand-chose. Mais on y gagne au change, car on ne s’ennuie pas, même si parfois l’effet est un peu lourd. Il faut néanmoins convenir que le public suit, qui est venu pour trouver une éclaircie dans un mol automne humide, alors que les nouvelles du monde, d’où qu’elles viennent, n’inclinent pas à la fantaisie.

C’est bien là néanmoins le tour de force réalisé par nos compères, Marie Cécile Héraud, France Turjman, Bruno Buitenhuijs et Xavier Vilsek : ce spectacle rapide, à peine plus d’une heure, enjoué, sans prétention autre que distraire parvient pleinement à son but, et les chansons s’enchaînent, raccordées parfois par un petit sketch, une petite prose charmante, un rien, qui font que cela coule aisément et se laisse entendre avec plaisir, et amusement.

On pourra, de ci de là, reconnaître des mélodies, réinterprétées, parfois réinventées, avec des textes vifs, intelligents, écrits.

C’est agréable un spectacle qui ne se moque pas du spectateur, qui ne le racole pas, qui n’esbrouffe pas.

Et ce qui est particulièrement plaisant, c’est se rendre compte, a posteriori, de l’immense travail qu’il a fallu pour garantir une telle légèreté une telle fluidité. Et l’extrême politesse, la délicatesse, la courtoisie de ce joli quatuor polyphonique est de le faire disparaître pour n’en laisser voir et entendre que cette part légère qui constitue le spectacle. Il faut les en remercier et aller les applaudir, nombreux, à l’Archipel.



Frédéric Arnoux ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

13:21 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.